MORRISON TONI (1931-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre mémoire et oubli

En 1970 paraît le premier roman de Toni Morrison, The Bluest Eye (L'Œil le plus bleu). Dans cet itinéraire frustrant d'une fillette, les rapports familiaux sont inaccomplis et tragiques : le désir déçu de Pecola, privée d'amour maternel et violée par son père adoptif, s'asservit au regard des Blancs et la conduit au dédoublement de sa personnalité. Sula paraît en 1973. À partir des différences entre les codes que chacun se donne et des transgressions qui y sont apportées, le roman montre la gloire et l'échec de l'individualisme et pose de multiples questions sur les rapports entre individu et communauté, entre hommes et femmes.

Conférencière à l'université Yale, Morrison voit Song of Solomon (La Chanson de Salomon) couronné par le National Book Critics Circle en 1977. Elle reçoit aussi le prix de l'Académie américaine et celui de l'Institut des arts et des lettres. La Chanson de Salomon a recours au réalisme magique pour explorer les origines africaines quasi effacées et la quête de soi d'un adolescent à qui sa tante, Pilate, sert de guide. Jadine, l'héroïne instruite et splendide de Tar Baby (1981) souffre elle aussi du déchirement dû à ses racines culturelles, partagée qu'elle est entre l'attrait de l'Europe et la persistance mythique de l'Afrique. Dans le corps féminin s'inscrivent souvent une irréductible différence – exprimée par un stigmate (l'absence de nombril chez Pilate) et une volonté de résistance. Le corps est le lieu – le « texte » – où il convient de lire de multiples symboles.

Toni Morrison obtient en 1984 une chaire à l'université de l'État de New York, à Albany, et quitte Random House. En 1985, sa pièce Dreamling Emmett est montée à New York...

En 1987, Beloved obtient le prix Pulitzer pour la fiction. Ce livre essaie de restituer l'histoire afro-américaine dans une dialectique complexe de la mémoire et de l'oubli, établissant un dialogue avec la tradition des récits d'esclaves et montrant la transformation de l'image de la plantation. Le fantôme de Beloved, que sa mère a tuée par excès d'amour, revient solliciter l'affection de celle-ci et la complicité de sa sœur. Si [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORRISON TONI (1931- )  » est également traité dans :

UN DON (T. Morrison) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 015 mots

Invitée au Louvre en 2006, Toni Morrison , avait choisi « l'étranger chez soi » comme thème d'exploration du musée pour lier les notions d'origine, d'appartenance et d'exil. Elle tomba en arrêt devant le tableau de Géricault, Le Radeau de la Méduse, émue par cette métaphore de l'errance où elle reconnaissait « les implications […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-don/#i_10275

BELOVED, Toni Morrison - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 906 mots

Publié en 1987, le cinquième ouvrage de la romancière américaine Toni Morrison (née en 1931) lui valut le prix Pulitzer et accrut une réputation déjà établie avec Le Chant de Salomon (1985 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beloved/#i_10275

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'autre version de la mémoire »  : […] d'un retour au pays natal » est Le Chant de Solomon (1978), de Toni Morrison. À la lumière du « réalisme magique », une romancière noire se réapproprie le Sud, « son » Sud. Avec Beloved (1987), qui remonte à l'avant-guerre, aux temps de l'esclavage, elle a écrit le plus faulknérien des romans, sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_10275

Pour citer l’article

Michel FABRE, « MORRISON TONI (1931-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toni-morrison/