TOB SEM (XIVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète castillan du xive siècle, Sem Tob ben Ishaq Ardutiel naquit à Carrión de los Condes (Vieille-Castille) ; il exerça dans cette ville un rôle important en tant que rabbin. Hormis des poésies religieuses en hébreu et quelques œuvres scientifiques, il est l'auteur des Proverbios morales dédiés à Pierre le Cruel (1350-1369). L'ensemble comporte 686 quatrains d'heptasyllabes à rimes croisées ; ce livre introduit en castillan la poésie gnomique, caractéristique de la littérature hébraïque. Comme l'archiprêtre de Hita dans le Libro de buen amor, Sem Tob incorpore à son ouvrage beaucoup de dictons ou de proverbes du terroir castillan, parfois sous forme de devinettes : « Jamais contente ni fâchée, / Elle n'aime ni ne désaime ; / N'a ni défaut ni qualité, / Elle ne répond ni n'appelle. » (La nature). Le style, comme l'exige le genre, est lapidaire et imagé, souvent empreint d'un humour quelque peu amer ou d'un certain fatalisme : « Au monde nulle chose / Ne peut croître toujours ; / Dès que la lune est pleine, / La voici au déclin. » Grand amateur de livres et de savoir intellectuel, le rabbin don Sem Tob (ou Santob) exprime dans ses Proverbes une philosophie très réaliste de l'existence : « Il n'est de jour sans nuit, / De moisson sans semailles, / Ni de froid sans chaleur / Ni de rire sans pleurs. » « N'est plus grande fatigue / Que loisir à l'excès / Entraînant avec lui / L'infortune et l'ennui. » Pragmatisme et scepticisme marquent son idéal d'humanisme.

En plus du Talmud les principales sources d'inspiration sont la Source de vie d'Avicébron, Honain ben Ishac et Pedro Alfonso. Vantés au xve siècle par le marquis de Santillane dans sa Carta proemio adressée au connétable don Pedro de Portugal, les Proverbes moraux ont connu un regain de popularité au xxe siècle grâce notamment à Antonio Machado qui s'en est inspiré dans les proverbios y cantares de Campos de Castilla et de Nuevas Canciones.

—  Bernard SESÉ

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « TOB SEM (XIVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tob-sem/