TITRES & GARANTIES, métaux précieux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pourcentage d'or ou d'argent contenu dans un alliage officiel est appelé « titre ». En France, sous l'Ancien Régime et jusqu'à la loi du 19 brumaire an VI (1797), il n'y avait qu'un seul titre pour l'or ainsi que pour l'argent. « Nul orfèvre ne peut ouvrer à Paris d'argent que ne soit aussi bon qu'esterling, ou meilleur », telle était l'obligation du règlement assez vague du prévôt de Paris, Étienne Boileau, vers 1260. Un esterling était pour l'argent un titre unique de onze deniers, ce qui correspond dans les unités actuelles à 917 millièmes de métal pur. Pour l'or, le titre unique était de 19 carats un quint, c'est-à-dire 800 millièmes de métal pur. Un poinçon unique pour l'argent et un autre pour l'or attestaient officiellement du titre du métal ; l'or « rouge » allie l'or au cuivre pur, l'or « jaune contient » du cuivre et de l'argent, l'or et l'argent sont en parties égales dans l'or blanc.

Depuis la loi de Brumaire, le poinçon de titre remplace le poinçon de communauté ; il existe deux titres pour l'argent, le premier à 950 millièmes et le second à 800 millièmes de métal pur. Pour l'or, trois titres dont le premier correspond à 22 carats, c'est-à-dire 920 millièmes, le deuxième à 20 carats, soit 840 millièmes, et le troisième à 18 carats, soit 750 millièmes. Les poinçons correspondants sont différents et ont changé à chaque nouvelle recense (changement de poinçons officiels), c'est-à-dire en 1798, en 1809, en 1819 et enfin en 1838, date à laquelle le poinçon de titre ne fait plus qu'un avec le poinçon de garantie. Dès lors, ils représentent pour l'or une tête de médecin et pour l'argent la tête de Minerve. Le titre n'est plus indiqué que par les chiffres 1 et 2 disposés différemment selon qu'il s'agit d'un poinçon de province ou de Paris. À chaque recense, un nouveau poinçon fut créé où étaient changés les sujets, la forme des cadres et les listels : le coq utilisé jusqu'en 1819 fut remplacé par une tête de Michel-Ange. Les poinçons de titre sont apposés de nos jours dans le bureau de garantie dont relève l'orf [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur de l'Inventaire, responsable des Objets mobiliers à l'Inventaire général

Classification


Autres références

«  TITRES & GARANTIES, métaux précieux  » est également traité dans :

ESSAIS, or et argent

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 448 mots

En France, les objets en or et en argent ont toujours été essayés  : par les gardes sous l'Ancien Régime, par les centres de garantie à partir de 1798. L'essai est une analyse chimique ayant pour but, par des moyens divers, de constater le titre. Les métaux précieux ne sont en effet jamais utilisés seuls, ils comportent toujours un alliage dans des proportions variables et co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-or-et-argent/#i_92456

LIVRE TOURNOIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 4 501 mots

Dans le chapitre « Le titre (ou aloi) »  : […] Les pièces sont faites d'un alliage dans lequel entre une certaine part d'or ou d'argent fin (pur). Le titre de loi, ou aloi, est la proportion de métal fin entrant dans la composition de l'alliage utilisé en lingots, ou en flans (rondelles métalliques), pour la taille des pièces de monnaie. D'autres composants (cuivre, étain, plomb) sont ajoutés au métal pur pour rendre les pièces moins ductiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-tournois/#i_92456

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

La notion d'orfèvrerie ne peut se réduire à une définition simple. En effet, s'il est vrai que cet art est intimement lié au travail des métaux précieux, dont il sera nécessaire également de proposer une définition rigoureuse, il n'en est pas moins vrai que la seule présence de ces matériaux ne saurait constituer une définition absolue ; ainsi, les monnaies et médailles, souvent frappées en or ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_92456

POINÇONS, métaux précieux

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 1 106 mots

Les premiers témoignages que l'on trouve en France d'une empreinte appelée poinçon datent du xiii e siècle ; ils attestent une reconnaissance de titre légal dans l'usage du métal précieux employé, or ou argent. Au cours du siècle suivant les documents laissent penser que, parallèlement, un autre poinçon, signature de l'orfèvre ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poincons-metaux-precieux/#i_92456

Pour citer l’article

Catherine ARMINJON, « TITRES & GARANTIES, métaux précieux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/titres-et-garanties-metaux-precieux/