TISSUS VÉGÉTAUX

Médias de l’article

Cellules végétales (illustration de 1665)

Cellules végétales (illustration de 1665)
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie

Repérage par vert d'iode des tissus lignifiés

Repérage par vert d'iode des tissus lignifiés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Collenchyme : histogenèse

Collenchyme : histogenèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Différenciation

Différenciation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Les techniques de l'histologie végétale

Historiquement, les premières observations de tissus de plantes sont très anciennes et remontent au xviie siècle. Elles sont pratiquement contemporaines de la construction des premiers microscopes. Les descriptions de R. Hooke dans sa célèbre Micrographia (1665), de A. Van Leeuwenhoek (1674), de M. Malpighi (1674), de N. Greew (1685) établirent des faits et introduisirent des termes encore utilisés actuellement (cellules, parois, parenchyme, vaisseaux, fibres...). Du point de vue de l'histoire des sciences, il est intéressant de signaler que les préparations originales de Leeuwenhoek ont été retrouvées récemment dans les archives de l'Académie royale de Londres. Parfaitement confectionnées, minces – moins de 20 μm d'épaisseur – et intactes, elles ont pu être, après plus de trois siècles, observées au microscope électronique à balayage ; elles témoignent de l'habileté et de la précision des premiers microscopistes.

Cellules végétales (illustration de 1665)

Cellules végétales (illustration de 1665)

photographie

Parue en 1665 dans Micrographia, cette illustration présente une écorce de chêne-liège vue au microscope par le scientifique Robert Hooke. Ces cellules avaient été en fait interprétées à tort par Hooke comme des sections de canaux où circulait la sève de l'arbre. 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

La méthodologie de l'histologie végétale n'est pas fondamentalement différente de celle de l'histologie animale. La technique de base comporte en général une fixation des échantillons puis un durcissement ou une inclusion dans de la paraffine ou des substances plastiques, des coupes par microtomie puis des colorations soit topographiques lorsqu'on recherche une vue d'ensemble, soit spécifiques lorsqu'on veut caractériser électivement certaines structures.

Les possibilités de mise en évidence par voie chimique, physiques (microsondes à rayons X, microscopie à ultraviolets, etc.), par utilisation de traceurs radioactifs et autoradiographie, par tests enzymatiques spécifiques, etc. ont largement diversifié les moyens d'approche des tissus pour permettre des études non seulement morphologiques mais également fonctionnelles : c'est le but de branches spécialisées de l'histologie que sont l'histochimie et l'histophysiologie.

La différence principale entre tissus animaux et tissus végétaux, qui explique qu'on traite à part l'histologie des plantes[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TISSUS VÉGÉTAUX  » est également traité dans :

ADVENTIFS ORGANES

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 326 mots

Les organes adventifs se mettent en place à partir de tissus bien différenciés, c'est-à-dire de tissus dont les cellules ont perdu toute activité prolifératrice, parallèlement à l'acquisition des modifications structurales liées aux fonctions spécialisées qu'elles exercent. Une dédifférenciation cellulaire aboutissant à la reprise d'une activité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organes-adventifs/#i_46460

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 115 mots
  •  • 11 médias

Le bois est un tissu végétal – xylème – dont le rôle a toujours été capital dans l'histoire de l'humanité. C'est, dans la plante vivante, un tissu conducteur de sève brute, dont les membranes incrustées de lignine jouent un rôle de soutien. La lignine est, de toutes les substances que crée la vie, la plus répandue sur le globe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bois/#i_46460

CORMUS

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 395 mots

Sur une coupe transversale, le cormus de l'extérieur vers l'intérieur montre divers tissus, en principe bien différenciés, qui sont : un épiderme pourvu de stomates ; des parenchymes chlorophylliens et assimilateurs ou des parenchymes de réserves ; des tissus conducteurs : du liber ou phloème dont les tubes criblés contiennent un liquide nourricier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cormus/#i_46460

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 746 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Mécanismes »  : […] Dans les tissus des cormophytes, la croissance d'un organe résulte de la multiplication des cellules (mérésis) et de l'accroissement de leur taille (auxésis). Ce dernier processus peut se réaliser soit dans toutes les directions (croissance isodiamétrique des cellules des tubercules), soit dans une direction privilégiée, perpendiculaire (croissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_46460

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 206 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Spécialisation cellulaire »  : […] Certaines cellules ne dépassent pas ce stade de structuration. Ce sont les cellules parenchymateuses qui occupent la masse principale des organes herbacés. Leur spécialisation se situe au niveau des vacuoles (cf. les cellules à tanin mentionnées au début) ou au niveau des plastes, chloroplastes dans les organes aériens éclairés ; amyloplastes dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_46460

ÉCORCE, botanique

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 348 mots

Pour les botanistes, ce terme désigne, au sens propre, le tissu cortical, parenchymateux, siège des fonctions nutritives de la tige et de la racine. Lorsque ces organes sont jeunes, l'écorce, dite primaire, est en situation « corticale », mais toujours séparée de l'extérieur par une couche protectrice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecorce-botanique/#i_46460

EMBRYOLOGIE VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE
  •  • 2 125 mots
  •  • 3 médias

restent celles de l'histologie tant qu'il s'agit d'analyser les structures embryonnaires : fixations à divers stades, inclusions, coupes sériées au microtome, étalage sur lame et colorations permettent de reconstituer, dans leurs cadres archégoniaux ou/et ovulaires, les mises en place des premières cellules et des premiers organes. La présence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie-vegetale/#i_46460

ENDOSPERME

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 212 mots
  •  • 1 média

Incluse dans l'ovule, elle y engendre un tissu haploïde (n chromosomes) appelé endosperme. Il représente le gamétophyte femelle, destiné à produire la (ou les) cellule(s) sexuelle(s) femelle(s) ou oosphère(s), au sein de structures équivalentes à des archégones […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/endosperme/#i_46460

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 323 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Activité proliférante du méristème caulinaire en relation avec l'initiation des feuilles »  : […] Chez les plantes, la croissance et la formation de nouveaux organes (feuilles, tige, racine) sont assurées par des territoires cellulaires proliférants (méristèmes) situés aux extrémités des axes. En ce qui concerne le méristème caulinaire qui occupe l'extrémité des tiges, une organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histologie/#i_46460

LIÈGE, botanique

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 153 mots

En anatomie végétale, tissu composé de cellules aux parois subérifiées, c'est-à-dire recouvertes de subérine, substance composée d'un mélange de corps gras, insoluble et imperméable. On trouve du liège à la surface des racines (assise subéreuse, au-dessus de l'assise pilifère pour les radicelles), dans les lenticelles des tiges vertes, et sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liege-botanique/#i_46460

MÉRISTÈMES

  • Écrit par 
  • Arlette NOUGARÈDE
  • , Universalis
  •  • 3 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Méristèmes primaires et organogenèse »  : […] origine, leurs caractères cytologiques et leurs fonctions, auxquels on donne le nom de tissus. Ces tissus établissent la structure primaire de la plante. Par leur activité prolifératrice constante, les méristèmes primaires entretiennent la croissance en longueur, caractéristique des végétaux vasculaires. Cette spécialisation dans la fonction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meristemes/#i_46460

MYCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY, 
  • Gabriel SEGRETAIN
  • , Universalis
  •  • 6 989 mots

Dans le chapitre « L'invasion des tissus de l'hôte »  : […] La caractéristique essentielle d'une mycose est la pénétration d'une partie au moins du thalle du champignon à l'intérieur des tissus de la plante. Le parasite doit donc être capable de franchir les barrières physiques constituées par les parois rigides des cellules de son hôte. Pour cela, il dispose de moyens efficaces, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycoses/#i_46460

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 248 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Particularités du parasitisme fongique »  : […] Les Bactéries parasites préfèrent les animaux, les Champignons parasites les végétaux. Les tissus végétaux, normalement acides, contrairement à ceux des animaux, sont, pour les Bactéries, généralement alcalinophiles, un milieu peu favorable. De plus, les solides parois des cellules végétales offrent, à la pénétration des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_46460

PAROI CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 579 mots

Le durcissement des couches externes entraîne une solidité qui confère à la paroi une fonction de soutien dans les tissus végétaux. Elle était jadis considérée comme seule fonction de la paroi que l'on désignait sous le nom de membrane squelettique. Ce terme périmé est désormais à proscrire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paroi-cellulaire/#i_46460

PEROXYSOME

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 666 mots

Explorant la cellule à l'aide du microscope électronique, les cytologistes signalèrent l'existence, dans de nombreux tissus, animaux ou végétaux, de particules (« microbodies ») sphériques, ayant 0,5 μ de diamètre environ, entourées d'une seule membrane, au contenu finement granuleux, renfermant parfois un « nucléoïde » ou « pseudocristal ». Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peroxysome/#i_46460

PÉTIOLE

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 511 mots

Sur le plan anatomique, le pétiole ne compte pas de parenchymes palissadique et lacuneux comme le limbe. Ses tissus conducteurs sont distribués suivant une symétrie bilatérale, ce qui l'oppose à la tige et à la racine, organes à symétrie axiale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petiole/#i_46460

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 777 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Plantes comme matières premières »  : […] coton, le lin et le chanvre – sont aussi utilisées comme sources de fibres naturelles pour la confection de tissus. On extrait du cotonnier les poils tégumentaires recouvrant ses graines, et du lin ou du chanvre les fibres de leur tige. La viscose est quant à elle un textile provenant de fibres de cellulose tirées du bois et transformées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_46460

PLASTES

  • Écrit par 
  • Roger BUVAT, 
  • Gérard LEDOIGT
  •  • 5 704 mots
  •  • 4 médias

Les plastes sont des organites propres aux cellules des végétaux chlorophylliens, c'est-à-dire des Algues, des Bryophytes et des végétaux vasculaires ou végétaux supérieurs. Les chlorophylles, pigments de la photosynthèse, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plastes/#i_46460

RACINE, botanique

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 2 131 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Croissance et ramification »  : […] cellules les plus éloignées de l'apex s'allongent rapidement, puis se différencient en tissus caractéristiques de la structure primaire. De ce fait, le point végétatif est maintenu identique à lui-même, ce qui permet, comme chez les tiges, une croissance théoriquement indéfinie. L'élongation cellulaire se manifeste uniquement dans le premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racine-botanique/#i_46460

RESPIRATION

  • Écrit par 
  • Pierre DEJOURS, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 371 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La respiration des végétaux »  : […] se constate chez les organismes ou les organes non chlorophylliens (champignons, racines, tissus divers) aussi bien à la lumière qu'à l'obscurité. Pour les organes chlorophylliens, la respiration est masquée à la lumière par l'activité photosynthétique qui aboutit à des échanges gazeux inverses, dix à cinquante fois plus intenses. Néanmoins, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration/#i_46460

SÈVES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 7 358 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les tissus conducteurs »  : […] Les expériences de décortication, dont les premières furent réalisées par l'Anglais Stephen Hales dès 1726, ont montré que la sève élaborée circule par les tubes criblés du phloème (liber) : chez les dicotylédones où le liber forme une couche superficielle entourant le bois, une décortication annulaire de ce tissu provoque l'apparition d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seves/#i_46460

SQUELETTE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 5 761 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Squelettes intracellulaires ou péricellulaires des protozoaires et des végétaux »  : […] ou pluricellulaires, doivent leur rigidité à la combinaison d'un « squelette hydraulique » et d'un squelette dur. Le premier est constitué par les cellules végétales elles-mêmes. Dans les conditions normales de température et d'humidité, les vacuoles du cytoplasme sont pleines d'eau et exercent une pression dite de turgescence sur la membrane […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/#i_46460

SUBER

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 102 mots

En anatomie végétale, le suber est une couche de liège secondaire qui apparaît par fonctionnement d'une assise génératrice subérophellodermique, au sein des tissus de racines ou de tiges des plantes possédant des formations secondaires, appartenant de façon générale aux dicotylédones. Cette assise génératrice produit, vers l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suber/#i_46460

TANINS ou TANNINS

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 530 mots

Substances d'origine végétale, inodores, qui possèdent la propriété de tanner la peau, c'est-à-dire de la rendre imputrescible en se fixant sur les protéines. Les tanins sont répandus dans tout le règne végétal et l'on en trouve des quantités importantes chez les arbres en général, dans les rosacées, les éricacées, les sterculiacées, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tanins-tannins/#i_46460

TIGE, botanique

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 2 639 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La croissance en épaisseur »  : […] Angiospermes monocotylédones, la tige conserve pendant toute sa vie une structure primaire mise en place par la différenciation de cellules issues de méristèmes primaires. La croissance en épaisseur se réalise par un accroissement des tissus primaires, sans qu'il y ait adjonction de nouveaux tissus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tige-botanique/#i_46460

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 455 mots
  •  • 5 médias

les végétaux, certaines touchent plus particulièrement la croissance et la morphogenèse : ce sont les galles – encore appelées cécidies – et les tumeurs. Il s'agit soit de nodules ou de proliférations tissulaires anarchiques provoquées par des champignons, des bactéries, des virus ou des facteurs génétiques, soit de formations hautement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_46460

TURGESCENCE

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 376 mots

En cytologie végétale, pression qui applique naturellement le cytoplasme contre la paroi cellulaire pecto-cellulosique, et qui, en vertu du principe de l'action et de la réaction, peut être considérée dans le sens inverse (pression de membrane ou de paroi, sur la masse cytoplasmique). L'origine de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turgescence/#i_46460

XÉROPHYTES

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 1 020 mots
  •  • 2 médias

On appelle xérophytes les plantes (dites xérophiles) qui vivent dans des habitats classés comme secs, soit par le substrat, soit par l'atmosphère, soit par l'ensemble des deux. On connaît l'importance vitale de l'eau pour les plantes. Comme chez tout être vivant, l'eau prend part à la structure du cytoplasme et, donc, à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xerophytes/#i_46460

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude ROLAND, « TISSUS VÉGÉTAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-vegetaux/