THURINGIENS, ALAMANS ET BAVAROIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Royaumes germaniques, seconde moitié du VIe siècle

Royaumes germaniques, seconde moitié du VIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Costume alémanique (1)

Costume alémanique (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Costume alémanique (2)

Costume alémanique (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'art bavarois

Il est beaucoup plus difficile de définir un art « national » des Bavarois car, à la différence des Alamans et des Thuringiens, ceux-ci ont été tributaires, en matière culturelle, des peuples avec lesquels ils étaient en contact : jusqu'au milieu du vie siècle, ce furent surtout les Alamans, les Thuringiens et les Lombards de Pannonie. Ensuite, l'influence des Avars, des Lombards de Haute-Italie et des Francs fut prépondérante.

Autant qu'on en puisse juger par l'archéologie, et bien qu'une continuité d'occupation soit attestée dans maintes localités romaines de la rive droite du Danube, comme à Regensburg, la rupture culturelle avec l'Antiquité fut beaucoup plus grande que dans le monde mérovingien occidental. L'évangélisation de la Bavière, sous l'impulsion des missions franques, entraîna dès les alentours de 600 la multiplication des monastères et des églises. Les fouilles archéologiques révèlent les plans de ces édifices de bois ou de pierre, mais il ne subsiste rien de leur décor.

À la différence de celles du monde alémanique qui leur sont contemporaines, les sépultures recèlent rarement un mobilier funéraire exceptionnel. La vaisselle de terre et de verre est en général peu représentée, exception faite de céramiques communes décorées au peigne. L'orfèvrerie suit les modes du temps. Proche de celle du monde alémanique, elle est notamment marquée au vie siècle par des influences ostrogothiques (fibules ansées dissymétriques) et franques (fibules ansées dissymétriques et aviformes). Dès la fin du vie siècle, l'empreinte des Lombards, établis en Italie depuis 568, domine, et c'est par leur intermédiaire que les styles et les techniques du monde méditerranéen se répandent en Bavière : décors animaliers de boucliers et de fourreaux de scramasaxes (longs couteaux ou sabres à un tranchant), fibules et pendentifs d'orfèvrerie rehaussés de filigranes, croix funéraires en tôle d'or estampé. L'imitation des modèles avars (boucles d'oreilles à pendant ovoïde, garnitures de ceinture à pendentifs multiples) et byzantins (boucles d'oreilles à pendants ajourés en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : directeur du musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye

Classification


Autres références

«  THURINGIENS, ALAMANS ET BAVAROIS  » est également traité dans :

CLOTAIRE Ier (entre 497 et 500-561) roi de Neustrie (511-558) et roi des Francs (558-561)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Plus jeune fils de Clovis I er et de Clotilde, Clotaire I er joua un rôle important dans l'expansion de l'hégémonie franque. Lors du partage du royaume de son père en 511, Clotaire I er reçut les terres traditionnelles des Francs Saliens dans le nord de la France d'aujourd'hui et dans la Belgique actuelle, ayant pour cap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clotaire-ier/#i_85760

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PÉRIN, « THURINGIENS, ALAMANS ET BAVAROIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thuringiens-alamans-et-bavarois/