THREE MILE ISLAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 28 mars 1979, l'un des plus importants accidents de l'histoire de l'énergie électronucléaire s'est produit dans la centrale nucléaire de Three Mile Island, proche d'Harrisburg, (Pennsylvanie). Il a eu lieu dans le réacteur no 2 d'une puissance de 900 mégawatts électriques, de type P.W.R. (Pressurised Water Reactor), qui avait été mis en service en décembre 1978.

Centrale nucléaire de Three Mile Island

Centrale nucléaire de Three Mile Island

photographie

La centrale nucléaire de Three Mile Island, proche d'Harrisburg, en Pennsylvanie (États-Unis), a subi un grave accident le 28 mars 1979 : le cœur du réacteur numéro 2 a fondu et a été mis définitivement hors service. 

Crédits : Phil Degginger/ Getty Images

Afficher

Comme la plupart des accidents industriels, il résulte d'un enchaînement de défaillances matérielles et d'erreurs humaines. À l'origine, c'est un défaut technique qui a affecté toutes les pompes d'alimentation en eau des générateurs de vapeur. Le système d'alimentation de secours n'a ensuite pas fonctionné car les vannes avaient été fermées en violation des consignes d'exploitation. L'électrovanne du pressuriseur, qui s'est mise en route automatiquement pour réduire la pression primaire, ne s'est ensuite pas refermée, sans que cela ne soit signalé en salle de contrôle. Comme l'enceinte de confinement n'a pas été isolée à temps, l'eau radioactive est passée dans un bâtiment auxiliaire ; les rejets radioactifs résultant du dégazage de cette eau contaminée ont ensuite rejoint l'extérieur par le système de ventilation. L'arrêt prématuré de l'injection de secours pour compenser la perte de réfrigérant et l'arrêt pendant une douzaine d'heures des pompes du circuit primaire par l'opérateur transformèrent les incidents initiaux en un accident sérieux (niveau 5 dans l'échelle de gravité qui en compte 7).

45 p. 100 du noyau du réacteur a fondu ; la fusion complète, évitée selon certains experts à moins d'une heure près, aurait entraîné les barres de combustible à traverser le fond de la cuve et à s'enfoncer dans le sol (syndrome chinois). Un autre déroulement catastrophique aurait pu se produire : la bulle d'hydrogène, qui s'est formée dans la partie supérieure de la cuve par oxydation du zirconium des gaines du combustible, aurait pu provoquer l'éclatement de la cuve ; elle a heureusement pu être évacuée avant que l'enrichissement en oxygène soit suffisant pour déclencher cette explosion.

Il n'y a pas eu de victimes. L'irradiation des populations habitant autour de la centrale et de leur environnement a été très faible ; 163 travailleurs de la centrale ont reçu une dose supérieure à 100 mrem (supérieure à 500 mrem pour 20 d'entre eux). À titre de comparaison, la dose annuelle résultant de la radioactivité naturelle est pour cette région de l'ordre de 100 mrem.

—  Yves GAUTIER

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  THREE MILE ISLAND  » est également traité dans :

CATASTROPHES INDUSTRIELLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 484 mots

1794 Explosion, le 1 er  septembre, de la poudrerie de Grenelle à Paris, faisant près de 1 000 morts. La prise de conscience des risques technologiques entraînée par cette catastrophe passe pour être à l'origine de la réglementation française marquée par le décret impérial de 1810 sur les établissements dangereux, insalubres et incommodes. 1906 Explosions, le 10 mars, dans les fosses de la Compagn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophes-industrielles-reperes-chronologiques/#i_96119

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 797 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « René Dumont et les années Lalonde (1974-1981) »  : […] En 1974, beaucoup pensent que Charles Piaget, le populaire leader autogestionnaire de Lip, peut fédérer électeurs de gauche, d'extrême gauche et écologistes. Mais la C.F.D.T., alignée alors sur le P.S., l'en empêche. La route est libre pour le président d'honneur des Amis de la Terre, René Dumont. Passé d'une vision productiviste de l'agriculture à une conception tiers-mondiste, il se définit co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-ecologiste/#i_96119

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Génie nucléaire et sûreté »  : […] Les réacteurs nucléaires ne sont pas les seuls ni même les plus importants ouvrages du génie nucléaire. Certains de leurs composants ont réclamé, pour leur mise au point, une industrie originale. Cela s'applique à l'élaboration de matières ou de métaux nouveaux : eau lourde, zirconium, mais surtout aux différentes phases de transformation du combustible nucléaire. Ces phases sont souvent appelées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_96119

NUCLÉAIRE - Applications civiles

  • Écrit par 
  • Pierre BACHER
  •  • 6 686 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La génération actuelle de réacteurs »  : […] Mis à part 38 réacteurs modérés au graphite encore exploités en Grande-Bretagne (graphite gaz à uranium naturel ou faiblement enrichi) et dans l'ex-U.R.S.S. (filière R.B.M.K.), et 3 réacteurs à neutrons rapides refroidis par métal liquide, les réacteurs électrogènes (au nombre de 441 au 1 er  janvier 2006) se répartissent en trois filières à eau : les R.E.P., qui utilisent l'eau comme modérateur e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-civiles/#i_96119

NUCLÉAIRE - Sûreté des centrales nucléaires

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 2 314 mots

Dans le chapitre « Accident nucléaire grave et accident nucléaire majeur »  : […] Des dispositifs considérables sont nécessaires pour que, en toutes circonstances, les éléments radioactifs contenus dans les éléments combustibles du réacteur ne puissent s'en échapper et, par conséquent, irradier ou contaminer les travailleurs de la centrale et les populations environnantes. Dans les réacteurs à eau, cette protection est assurée par trois barrières : la gaine des combustibles, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-surete-des-centrales-nucleaires/#i_96119

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 103 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Incidents et accidents »  : […] Malgré toutes les précautions prises, des accidents nucléaires ont malheureusement assombri l’histoire de l’électronucléaire. En 1979, à la suite d’un incident ordinaire sur le circuit de refroidissement de la centrale de Three Mile Island (États-Unis), tous les automatismes fonctionnèrent jusqu’à l’arrêt du réacteur. Mais, lors du retour à la normale, une soupape bloquée, couplée à des erreurs d’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire/#i_96119

PHÉBUS P.F.

  • Écrit par 
  • Michel SCHWARZ
  •  • 2 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les expériences du programme et les premiers résultats »  : […] Le programme Phébus P.F. comporte au total six expériences qui s'étalent sur une douzaine d'années. Chaque expérience demande trois ans de préparation, puis cinq ans d’analyse et d’exploitation des données. Les expériences Fission Product Test F.P.T.-0, F.P.T.-1 et F.P.T.-2 sont plus particulièrement destinées à étudier le mode de dégradation d'un assemblage muni d'une barre de commande en alliage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phebus-p-f/#i_96119

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « THREE MILE ISLAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/three-mile-island/