MORE THOMAS (1477 ou 1478-1535)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sage au cœur de la Cité : l'action et le pouvoir

Né à Londres, sans doute l'année même où William Caxton imprime à Westminster le premier livre anglais (The Dictes or Sayings of the Philosophers), le jeune Thomas reçut, comme Érasme, Vives ou Rabelais, une éducation typiquement scolastique. Il apprit le latin et s'initia aux subtilités jargonnesques des Parva Logicalia et aux joies sophistiques de la disputatio à l'école Saint-Antoine, dans Threadneedle Street, alors la plus célèbre de Londres. Il fit ses humanités à Oxford (1492-1494), au Canterbury College, où il étudia Aristote et ses commentateurs scotistes (notamment Alexandre de Halès et Antonius Andreas) et s'initia au grec. Ensuite, vraisemblablement pour obéir aux injonctions paternelles (son père était juge et principal de Lincoln's Inn, école de droit réputée), il s'adonne à des études de droit, d'abord à New Inn, puis à Lincoln's Inn à partir de février 1496. Ses dons exceptionnellement brillants, salués déjà, alors qu'il n'avait que douze ans, par son protecteur le cardinal Morton, archevêque de Canterbury, chez lequel son père l'avait placé en qualité de page, lui assurèrent une promotion rapide dans les rangs de sa profession. Barrister en 1498, bientôt nommé membre du Conseil des avocats (bencher), puis « lecteur » en 1501, il enseigne trois années successives à Furnivall's Inn. Cette éclatante réussite professionnelle lui permettra d'élever une assez nombreuse famille (il se mariera deux fois) et fera de lui un membre du Parlement (1504, 1512 et 1515), un sous-shérif de Londres et un avocat des marchands de la Cité (1510-1518), un maître des requêtes et un membre du Conseil privé du Roi (1518), enfin, à la disgrâce du cardinal-courtisan Wolsey, un chancelier du Royaume (1529-1532).

Cette montée vers le pouvoir, paradoxale pour un homme qui, si l'on en croit Érasme, était plus que personne « avide d'échapper à la vie de cour », s'accompagne de distinctions et d'honneurs. En 1521, l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française, directeur du département des langues romanes, The Johns Hopkins University, Baltimore

Classification

Autres références

«  MORE THOMAS (1477 ou 1478-1535)  » est également traité dans :

L'UTOPIE (UTOPIA), Thomas More - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 827 mots
  •  • 1 média

Croisant les influences du platonisme, de l'aristotélisme, du stoïcisme, de l'épicurisme, de la patristique, de la Bible, de la Kabbale et des récits des grands voyageurs de l'époque, l'ouvrage, rédigé en latin, porte les marques incontestables de la culture humaniste et du goût de la Renaissance pour les rêves d […] Lire la suite

COMMUNISMES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « Communisme et utopies pratiquées »  : […] L'âge de l'utopie date de ce début du xvi e  siècle où Thomas More la porta sur les fonts baptismaux avec sa célèbre Utopia . Dans la tradition utopique ainsi inaugurée, il semble qu'on doive discerner deux courants : le courant de l'utopie écrite et le courant de l'utopie pratiquée. Les deux courants, d'ailleurs, s'entrecroisent et même Thomas More, auteur type de l'utopie écrite, n'est pas sans […] Lire la suite

HENRI VIII (1491-1547) roi d'Angleterre (1509-1547)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 3 969 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fidélité à la tradition »  : […] Avant 1529, Henri VIII est davantage un continuateur qu'un innovateur. À l'heure des déchirements religieux sur le continent, après que Luther, en 1517, eut levé l'étendard d'une révolte contre Rome, le roi se veut le défenseur de l'orthodoxie. Il n'empêche pas les humanistes de conduire leur quête, permet sans difficulté à Thomas More de publier, en 1516, son Utopie , demeure l'ami de John Colet […] Lire la suite

JOHN FISHER saint (1469-1535)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 765 mots

Humaniste et prélat anglais célèbre par la résistance qu'il opposa, au nom de sa fidélité au pape et à l'Église catholique, à Henri VIII d'Angleterre en refusant de reconnaître la suprématie royale et l'abolition de la juridiction pontificale sur l'Église d'Angleterre. Ordonné prêtre en 1491, John Fisher se distingua comme érudit, comme prédicateur et comme administrateur. Devenu, en 1497, le conf […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 66 médias

Dans le chapitre « L'âge des réformes »  : […] Rien n'annonce l'âge des réformes sous Henri VII ou dans les premières décennies du règne de Henri VIII , monté sur le trône en 1509. Au contraire, ces souverains ont lutté contre les héritiers des lollards et contre les thèses luthériennes, au moment où elles se sont propagées en provenance du continent : Henri VIII les a personnellement réfutées dans un écrit qui lui vaut en 1521, du pape Léon  […] Lire la suite

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'utopie et le pré-urbanisme »  : […] Dès la fin du xviii e  siècle, les problèmes sociaux, économiques, politiques, qui surgissent dans une société en pleine transformation, favorisent la naissance d'une réflexion critique et suscitent une vague de projets réformateurs : institutions panoptiques et utopies dont le fonctionnement et l'efficacité reposent sur leur organisation spatiale. La démarche est directement issue de l' Utopia ( […] Lire la suite

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Le terme d'utopie, inconnu du grec, a été forgé par Thomas More pour figurer dans le titre donné par lui à ce qui, de son propre aveu, ne devait être qu'une « bagatelle littéraire échappée presque à son insu de sa plume », c'est-à-dire ce petit libelle sur la « meilleure des Républiques » sise en la nouvelle île d'Utopie. Le texte, publié à Louvain en novembre 1516, allait rencontrer aussitôt une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard DEFAUX, « MORE THOMAS (1477 ou 1478-1535) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-more/