HOBBES THOMAS (1588-1679)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un mécanisme strict

On parle souvent de Hobbes comme d'un philosophe matérialiste. Certes, il définit bien les corps comme ce qui coïncide avec quelque partie de l'étendue et ne dépend pas de notre pensée. Mais l'étendue elle-même n'est rien d'autre pour lui que le phénomène d'une chose existant sans l'esprit, le phénomène de l'extériorité. Et la matière n'est rien elle-même, sinon un mot par lequel on désigne les corps en général, considérés dans leur extension ou leur grandeur et dans leur capacité à recevoir une forme. Ce matérialisme est donc plutôt une théorie du ϕάιυεσθαι, de l'apparaître, des apparences, un phénoménisme doublé d'un nominalisme.

Bref, l'effort de Hobbes se concentre moins sur un problème métaphysique que sur un problème de physique. À la manière de Descartes, avant Descartes, comme le montre bien le Short Tract of First Principles, il conçoit le monde dans les termes d'un mécanisme strict, en termes de mouvements caractérisant des corps définis par leur étendue et par leur forme. Tout mouvement consiste dans le passage continu d'un lieu à un autre. Tout corps est en mouvement ou en repos. Quand un corps est en mouvement, il se meut éternellement à moins d'en être empêché. Être actif ou passif, pour un corps, c'est être la cause ou l'effet d'un mouvement. La force elle-même n'est que la vitesse d'un mouvement multipliée par elle-même. Pour essayer de rendre compte d'un état tendanciel, d'un pouvoir, Hobbes forge le concept de conatus, d'endeavour, de mouvement à travers un espace et un temps moindres que tout temps et tout espace assignables.

Ainsi armé, Hobbes décrit le comportement humain en termes mécanistes. La vie d'un animal consiste dans le « mouvement vital » qui l'anime, qui consiste d'abord dans la circulation du sang. Elle se manifeste dans le « mouvement animal » : celui-ci est à la fois, d'une part, sous forme de conatus, désir se développant en passions et volonté, c'est-à-dire ultime désir passant à l'acte ; d'autre part, réactions des parties internes du corps mues par des mouvements issus de corps extérieurs, c'est-à-dire sensations, puis imaginations, tous mouvements intérieurs capables de réagir sur le mouvement animal et de déclencher gestes, mouvements des membres ou paroles.

Les pensées elles-mêmes ne sont donc que des mouvements internes provoqués par des mouvements extérieurs qui « apparaissent » ou « réapparaissent » – encore une application de la théorie du ϕάιυεσθαι – sous la forme de sensations, de phantasmes, d'imaginations, de souvenirs. Par sens, on entendra le jugement que nous portons sur les objets à partir de leurs phantasmes, leur signification. Entre ces pensées, des liaisons mécaniques s'établissent, formant des « trains de pensées », des associations, qui sont à la fois des associations de mouvements et des associations de significations. À ce discours mental se substitue un discours verbal, ce qui permet d'enregistrer et de signifier, pour autrui comme pour soi-même. La raison est ce discours verbal, dans la mesure où il consiste dans la mise en ordre correcte des mots dans nos affirmations. Elle est ratiocination, un calcul correct de « tout ce qui peut être pris en compte » par des « noms » par des « mots », le calcul de leurs rapports d'inclusion et d'exclusion dans un système de pensées correctement enchaînées. À partir de l'expérience des trains de pensées passés, on peut imaginer dans une certaine mesure l'avenir et y penser. Ainsi le désir peut-il réaliser son essence et tenter d'assurer la voie du futur désir : n'est-il pas chez l'homme le désir de désirer ?

L'enchaînement des mouvements forme un système radicalement nécessaire, qui englobe l'enchaînement des pensées et des volontés dans toutes leurs conséquences. Ce que l'on appelle liberté n'est que la nécessité non empêchée par des interférences extérieures.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification

Autres références

«  HOBBES THOMAS (1588-1679)  » est également traité dans :

LÉVIATHAN, Thomas Hobbes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

S'il fut publié en 1651 en anglais, le Léviathan ou La Matière, la forme et la puissance d'un État ecclésiastique et civilconnut une version latine donnée par Thomas Hobbes (1588-1679) lui-même en 1668. C'est à juste titre que l'on peu […] Lire la suite

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « Le bien et la vérité connus du prince »  : […] Pareille vision de l'État conduit à discerner deux autres caractères : l'État représente le bien, et le prince a la connaissance de la vérité. Nous sortons complètement de la sphère juridique ou politique au sens concret. L'État dans l'absolutisme n'est pas un organisme pratique. Il est l'expression du bien. Là où l'État règne, là règnent à la fois bonheur des sujets et vérité. La raison d'État, c […] Lire la suite

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le mot français »  : […] Il faut tenir compte d'un fait majeur : le terme français « aliénation » est, d'une part, un mot appartenant au fonds français, d'autre part, la traduction approchée d'un groupe de mots allemands qui véhiculent une tout autre tradition de pensée. Il importe donc d'isoler d'abord la fibre de sens qui est de notre fonds et de chercher le principe de limitation propre à cette tradition. La chose est […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension exogène »  : […] Des facteurs exogènes peuvent néanmoins briser l'unité de la société et détraquer ses circuits. Selon le schéma proposé par Durkheim, de telles perturbations se produisent chaque fois que la « concurrence pour la vie », aiguisée par un accroissement de population, oblige les hommes à élaborer de nouvelles combinaisons technologiques (tel le passage à l'agriculture pendant la période néolithique), […] Lire la suite

CONTRAT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « Hobbes »  : […] Le système de Hobbes repose sur un double postulat. Les hommes sont égoïstes et ne recherchent que leur satisfaction individuelle. Ils sont égaux car le plus faible peut menacer la sécurité du fort. Ce qui caractérise l'état de nature, c'est donc la méfiance mutuelle et la guerre de tous contre tous. Il n'est pas question, à ce stade, de droit naturel. Hobbes distingue le droit de nature, c'est-à- […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilité et relativité culturelle. Le pacte social »  : […] De la notion de « civilité », héritière de la « vie civile » de Dante, Niedermann a recueilli et discuté quelques emplois chez Érasme, Amyot, saint François de Sales, Calvin, Montaigne, Kepler enfin. En référence à Dante un fait domine : au modèle théologique du De monarchia a succédé un modèle proprement politique. Érasme songe apparemment à Machiavel, lorsqu'il écrit dans son Institutio princip […] Lire la suite

DÉMOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 8 952 mots

La définition de la démographie, simple et universellement admise, est l'étude scientifique des populations. Cette définition entraîne immédiatement les quatre questions qui vont être abordées dans cet article : qu'est-ce qu'une population ? en quoi consiste l'étude « scientifique » des populations ? dans quelle mesure l'évolution des populations est-elle la cause et dans quelle mesure est-elle la […] Lire la suite

DÉSIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 097 mots

Dans le chapitre « La puissance de désirer »  : […] Les philosophes qui sont venus après Platon n’ont guère retenu de lui que l’« animalité » du désir et la nécessité de s’en affranchir. Il faut attendre le xvii e  siècle et Thomas Hobbes (1588-1679) pour qu’ils reconnaissent enfin ce qui distingue le désir du simple besoin. La thèse de Hobbes est résumée dans une formule décisive du Léviathan (1651) : « Ainsi je mets au premier rang, à titre d’in […] Lire la suite

ÉTAT

  • Écrit par 
  • Olivier BEAUD
  •  • 6 344 mots

Dans le chapitre « Personnalité juridique de l'État »  : […] Avant d'être l'objet d'une ou plutôt de plusieurs théories juridiques, l'État a d'abord été un défi pratique. Les juristes ont dû inventer une catégorie juridique, celle de « corps », qui a abouti à celle de « personne ». Le juriste Helmut Quaritsch a montré que les précurseurs du droit international ont dû systématiser juridiquement les relations interétatiques et surmonter la diversité des forme […] Lire la suite

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « L’État contre le droit du plus fort »  : […] Peut-on nier pour autant que, sortis d’un état originel sans doute plus rêvé que réel, les hommes n’ont vraiment réussi à s’arracher à la violence de l’état de nature que grâce à la naissance d’un État disposant de ce que le sociologue Max Weber (1864-1920) a appelé, dans son ouvrage L’État et le politique (1919), le « monopole de la violence légitime » ? Trop souvent présenté comme défenseur d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond POLIN, « HOBBES THOMAS - (1588-1679) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/