THERMOÉLECTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historique

En 1822-1823, Thomas Seebeck décrit, dans un mémoire à l'Académie des sciences de Prusse, un phénomène qui correspond bien à la découverte du courant thermoélectrique se produisant dans un circuit fermé, formé de conducteurs différents et dont les jonctions sont à des températures différentes.

L'explication par Seebeck de ce phénomène est erronée, mais les classements de matériaux qu'il a établis en fonction de ce que, actuellement, on nomme le pouvoir thermoélectrique sont tout à fait corrects.

Seebeck ne manque pas de noter le phénomène provoqué par une différence de température le long d'un conducteur homogène ; ce phénomène sera redécouvert trente ans plus tard par William Thomson.

Vers 1834, Jean Charles Athanase Peltier publie dans les Annales de physique et chimie un article sur les anomalies de température observées aux jonctions de conducteurs de nature différente. Les expériences de Peltier sont confirmées, en 1838, par Antoine-César Becquerel et surtout Heinrich Lenz, mais les explications de Peltier concernant le phénomène découvert sont incorrectes.

Il faut attendre 1857 pour avoir, avec Thomson, une vue d'ensemble convenable des trois effets thermoélectriques (effet Peltier, effet Seebeck et effet Thomson) et une formulation encore admise aujourd'hui.

Le calcul des propriétés des circuits thermoélectriques a été, pour la première fois, effectué d'une manière satisfaisante par E. Altenkirch en 1909.

Enfin, avec le développement des semi-conducteurs, pour lesquels les effets thermoélectriques sont importants, des applications autres que la mesure des températures par thermocouple sont apparues sous l'impulsion notamment du Soviétique Abram Fedorovitch Ioffe, tel le refroidissement thermoélectrique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Conducteurs : propriétés

Conducteurs : propriétés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Couple thermoélectrique

Couple thermoélectrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Alliages de tellurure de bismuth

Alliages de tellurure de bismuth
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur de l'École supérieure de physique et de chimie industrielles (E.S.P.C.I.) de Paris, ingénieur en chef à la Direction des activités Télécom de la Compagnie Industrielle des Télécommunications (C.I.T.-ALCATEL)

Classification

Autres références

«  THERMOÉLECTRICITÉ  » est également traité dans :

BECQUEREL ANTOINE CÉSAR (1788-1878)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 344 mots

Ancien élève de l'École polytechnique (où il entre en 1806), sorti dans le corps des ingénieurs militaires, Becquerel, après la chute de Napoléon, se consacre uniquement à la science et il est le premier à occuper la chaire de physique au Muséum d'histoire naturelle de Paris (1838). Il est le chef de file de toute une dynastie d'hommes de science : son fils Alexandre Edmond lui succède au Muséum n […] Lire la suite

CURIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 1 235 mots

Dans le chapitre « Production et utilisation »  : […] L'énergie cinétique des particules émises lors de la désintégration d'un nucléide se dissipe presque intégralement sous forme de chaleur qu'on peut, dans certains cas, transformer avantageusement en énergie électrique. Aussi certains émetteurs alpha, tels 244 Cm, 242 Cm, 238 Pu, présentent-ils un grand intérêt comme sources thermo-électriques, en particulier pour équiper les engins divers destiné […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « D'Œrsted à Maxwell »  : […] Ayant observé dès le début du xviii e  siècle l'aimantation du fer par la foudre, on se préoccupa donc logiquement de savoir s'il existait des rapports entre l'électricité et le magnétisme. C'est une réponse positive qu'apporta en 1819 Hans Christian Œrsted (1777-1851), quand il observa qu'une aiguille aimantée (mobile sur un pivot), placée parallèlement à un fil métallique et en dessous, quitte […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Lois et applications

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DONNINI, 
  • Lucien QUARANTA
  •  • 4 779 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les effets thermoélectriques »  : […] Si le passage du courant électrique produit un dégagement de chaleur (effet Joule), le transport et la diffusion des porteurs de charge entraîne d'autres effets. Dans l'effet Peltier , le passage d'un courant peut absorber de la chaleur (on utilise cet effet dans certains petits réfrigérateurs ou pour le refroidissement de circuits électriques). Quant à l'effet Seebeck, il correspond à l'appariti […] Lire la suite

MÉTALLOGRAPHIE - Essais physiques

  • Écrit par 
  • Georges CIZERON
  •  • 7 347 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Pouvoir thermoélectrique »  : […] Dans les mesures classiques du pouvoir thermoélectrique, on réalise un couple en soudant un fil du métal à étudier à un fil de référence et on détermine la courbe E =  f  (T). Le tracé de la courbe dérivée fournit la variation du pouvoir thermoélectrique. Deux exemples en sont donnés dans le cas du nickel ou du fer associés au platine  : on notera que les transitions magnétiques perturbent la vari […] Lire la suite

PELTIER JEAN CHARLES ATHANASE (1785-1845)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 151 mots

Physicien français, Jean Charles Athanase Peltier est né à Ham (Somme) le 22 février 1785 et mort à Paris le 27 octobre 1845. Après avoir abandonné sa profession d'horloger à l'âge de trente ans, il se consacra à la recherche en physique ; il est connu pour sa découverte en 1834 de l'effet Peltier : lorsqu'un courant électrique passe à une jonction connectant deux conducteurs, on observe une augm […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles linéaires

  • Écrit par 
  • Jacques CHANU
  •  • 7 182 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Couplage dans les solides »  : […] L'effet thermoélectrique que présentent les chaînes de conducteurs métalliques, ou effet Seebeck , est un exemple anciennement connu de couplage entre des phénomènes thermiques et électriques. La théorie peut en être brièvement rappelée, en raisonnant sur un système où les jonctions des métaux A et B sont respectivement aux températures T et T + ΔT, et où l'on mesure en circuit ouvert une force él […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel ALAIS, « THERMOÉLECTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thermoelectricite/