TRAGÉDIE THÉORIES DE LA

ANTIGONE

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 672 mots

Issue de l'union maudite, parce qu'incestueuse, d'Œdipe et de Jocaste, elle porte bien son nom (du grec Antigonê ), celle que sa piété familiale condamnera à une mort atroce sans époux ni descendance, au terme d'une courte vie toute de malheur, d'errance et de déréliction. Être intermédiaire, déraciné, abandonné de tous, être mort-vivant, c'est-à-dire aussi bien ni mort ni vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone/#i_2793

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poétique »  : […] La Poétique d'Aristote, telle qu'elle nous est parvenue, traite de la tragédie et de l'épopée (un second livre, perdu, devait porter sur la comédie). Cet écrit, dont l'influence sur le théâtre devait être considérable à partir de la Renaissance, n'est pas sans rapport avec l'ensemble de la philosophie d'Aristote. Il représente un aspect de ce que devrait être une théorie gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_2793

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d' Aristote : « La tragédie est l' imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitation qui est faite des personnages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-la-contemplation-esthetique/#i_2793

AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 702 mots

L'un de ces abbés qui tiennent tant de place dans l'histoire de la littérature — et des théories littéraires — au xvii e siècle. Il a été prédicateur, romancier, dramaturge, poète, mais il a surtout voulu être, quant à lui, le législateur du théâtre. En 1640, une querelle l'oppose à Ménage à propos de la durée de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-aubignac/#i_2793

BENJAMIN WALTER (1892-1940)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révélation et tragédie. La question de l'origine »  : […] Si Walter Benjamin, dans une Allemagne où la crise de la conscience européenne atteint son sommet en ce début de xx e  siècle, demeure en marge des courants établis, c'est pour mieux opérer entre leurs diverses positions. Parmi ses interlocuteurs privilégiés, il a compté, outre Theodor W. Adorno (représentant, avec Max Horkheimer, de la « théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-benjamin/#i_2793

BÉRÉNICE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une esthétique de la rareté »  : […] Pour en arriver là, Racine a, une fois de plus, choisi une voie différente de toutes celles qu'il avait jusqu'à présent expérimentées. C'est un nouvel essai esthétique qui tient compte à la fois des acquis (la constante référence aux tragiques grecs et à Aristote, les larmes et la tendresse d' Andromaque , 1667, le sérieux et le recours à l'histoire romaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berenice-jean-racine/#i_2793

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « La « Poétique », un texte fondateur »  : […] Le texte fondateur de cette tradition spéculative est la Poétique d'Aristote, composée au milieu du iv e  siècle avant J.-C. D'après Aristote, toute forme d'expression artistique se fonde sur la mimèsis , terme que l'on traduit, alternativement, par imitation ou représentation. Pour ce qui est de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_2793

CATHARSIS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 815 mots

Dans sa Poétique , Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification ( katharsis ) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l'être humain se libérerait des tensions psychiques, qui s'extériorisent sur le mode de l'émotion et de la sympathie avec l'action représentée (induisant pitié, colère, etc.). Cette interpré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catharsis/#i_2793

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Corneille et le genre tragique »  : […] Corneille était certainement convaincu de l'excellence de la tragédie régulière ; son théâtre a marqué un moment dans le triomphe progressif des règles. On n'en trouve pas moins chez lui, de façon latente, une résistance à la régularisation du poème tragique. Il hésitait, à ses débuts, entre le goût moderne et la discipline des doctes. Le Cid est une tragi-comédie médiocrem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_2793

DITHYRAMBE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 523 mots

Genre lyrique consacré à Dionysos et, comme tel, caractéristique de tout un aspect du monde hellénique. Le mot est d'origine incertaine, probablement non grecque, comme en témoignerait la légende rapportée notamment par Hérodote : Arion de Méthymne (fin ~ vii e  s.), transporté par un dauphin au cap Ténare, en Grande-Grèce, aurait, à la suite de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dithyrambe/#i_2793

LA NAISSANCE DE LA TRAGÉDIE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 209 mots

Dans le chapitre « L'œuvre d'art à la lumière du religieux »  : […] Sur un sujet des plus classiques de la philologie, que Nietzsche avait lui-même abordé plusieurs fois, depuis 1870, dans ses enseignements à l'Université et au Lycée cantonal de Bâle le brillant élève du philologue Friedrich Ritschl publiait un livre fort peu universitaire : relativement court, malgré l'ampleur des thèmes traités, sans notes, écrit dans un style flamboyant et par endroits polémiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-naissance-de-la-tragedie/#i_2793

PATHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 421 mots

Est pathétique ce qui, par le spectacle ou l'expression du malheur ou de la souffrance, excite les passions et les émotions vives telles que tristesse, indignation, horreur, pitié, terreur. C'est dans ce sens que Beethoven intitule Sonate pathétique une œuvre où il tente à bon escient d'ingérer les valeurs dramatiques dans le langage instrumental du piano : l'annexion par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pathetique/#i_2793

POÉTIQUE, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La poésie comme art mimétique »  : […] Le texte qui nous est parvenu est pourtant l'un des plus imparfaits d'une œuvre elle-même soumise à beaucoup d'aléas dans sa transmission. Il n'a pas de plan apparent, semble très peu rédigé (certains philologues le considèrent plutôt comme un ensemble de notes réservé à l'usage privé du maître). Surtout, il est incomplet : l'essentiel est consacré à la tragédie (comparée pour finir à l'épopée, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique-aristote/#i_2793

POLYEUCTE MARTYR, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Amour sacré, amour profane »  : […] Car Polyeucte n'est pas seulement une tragédie hagiographique. C'est aussi une tentative pour intégrer une réflexion esthétique à l'intérieur de la tragédie cornélienne, quitte à la rendre plus complexe, moins didactique, mais aussi plus « intéressante » pour les spectateurs et les lecteurs mondains. Corneille s'efforce ainsi de développer parallèlement la dynamique de l'as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyeucte-martyr/#i_2793

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conscience et homme tragiques »  : […] La conscience tragique apparaît elle aussi déchirée, divisée contre elle-même. Ce que montre la tragédie, c'est un droit qui n'est pas fixé, qui tourne et se transforme en son contraire, un dieu qui combat un autre dieu, la lutte de deux justices ennemies. Quelles que soient, avec l'évolution du genre tragique, les différences qui séparent Eschyle, Sophocle et Euripide, cet aspect conflictuel deme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_2793

RACINE JEAN

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 4 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Terreur et pitié »  : […] Les théoriciens de la tragédie, à la suite d'Aristote, la faisaient reposer sur la terreur et la pitié. Ces ressorts avaient joué bien faiblement dans la tragédie héroïque : un théâtre de l'admiration s'était substitué en fait au théâtre pathétique des Grecs. Chez Racine, l'admiration s'efface presque. Les héros et les héroïnes que nous aimons et que la tragédie va sacrifier appellent dès l'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/#i_2793

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sublime et métaphysique »  : […] Tel est, semble-t-il, le fond de la problématique du sublime. Et tel est ce qui la définit comme une problématique proprement métaphysique, en somme toujours affrontée à ce paradoxe matriciel qui est peut-être le paradoxe même de l'ontologie : dans le sublime, c'est la nature qui demande à l'art de la seconder, de la faire être afin qu'elle se révèle. Mais du coup elle supprime l'art, au sens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime/#i_2793

TEMPORALITÉ (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 019 mots

De la notion de temporalité, on ne retient le plus souvent que la signification philosophique : elle désigne la dimension existentielle, vécue, du temps. Mais il s'agit aussi d'un terme grammatical qui indique la valeur ou le caractère temporels d'un fait de langue. Le linguiste Émile Benveniste l'emploie par exemple dans son étude des « relations d'auxiliarité » (reprise in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temporalite-litterature/#i_2793

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité gréco-latine »  : […] Le théâtre occidental a pour berceau le bassin méditerranéen. Il s'est affirmé, dès l'Antiquité, comme l'expression d'une civilisation de type humaniste, c'est-à-dire caractérisée par la volonté d'assurer la promotion de l'homme, de reconnaître sa situation dans l'univers, de définir ses rapports avec le surnaturel et d'instaurer un ordre rationnel de la société. Il s'est constitué comme art en s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_2793

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dramaturgie classique : l'espace tragique »  : […] Joué avant d'être publié, en particulier au xvii e  siècle, le théâtre s'affirme comme un type de représentation où plusieurs praticiens s'affrontent, et rarement s'accordent : à côté des comédiens et des décorateurs, face au public qui considère avant tout que la séance de théâtre est un moment de sociabilité, les nouveaux auteurs-écrivains reve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_2793

TROIS DISCOURS SUR LE POÈME DRAMATIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 721 mots

Pierre Corneille (1606-1684) est peut-être le premier, en France, à se distinguer clairement de l'auteur employé-au-texte comme de l'auteur chef de troupe : il devient en effet l'« auteur dramatique » et, pour ce faire, établit sa légitimité sur plusieurs fronts. Pour s'affranchir du pouvoir des comédiens, il publie de plus en plus rapidement ses textes de théâtre et ainsi, légalement, se les réap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-discours-sur-le-poeme-dramatique/#i_2793

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 516 mots

Observées dans certaines tragédies du xvi e  siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/#i_2793

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 647 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l'objet de l'historien, le possible, celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vraisemblable-esthetique/#i_2793