THÉORIE STANDARD ÉTENDUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le cadre général de la grammaire générative, on peut caractériser de façon informelle la théorie standard étendue comme un effort visant à rendre aussi spécifiques et restrictifs que possible les outils descriptifs mis à la disposition du linguiste dans sa tâche d'analyse des différentes langues naturelles. Ainsi, par rapport à la théorie standard de la grammaire générative, représentée par exemple par le livre de Noam Chomsky, Aspects de la théorie syntaxique, la théorie standard étendue restreint la richesse descriptive des transformations et, corrélativement, accorde une grande attention à des contraintes et conditions universelles qui régissent les transformations et les règles sémantiques. Considérons par exemple la phrase :

(1) Pierre semble avoir compris le problème.

Si, comme les grammairiens classiques, on pose que Pierre dans (1) est le sujet « logique » de la phrase infinitivale avoir compris le problème, on peut en grammaire transformationnelle donner un contenu précis à cette notion en disant que Pierre a été « monté » en position sujet à partir de sa position dans (2) :

(2) semble Pierre avoir compris le problème.

Cette opération de « montée » est une transformation de mouvement. Dans le cadre de la théorie standard, sa formalisation requiert un grand nombre de spécifications : il doit être indiqué que seul le sujet peut être ainsi déplacé, que ce déplacement ne peut avoir lieu que dans les infinitives, etc. Dans ces conditions, la formalisation de la transformation de « montée » doit avoir recours à l'ensemble des conditions d'analysibilité booléenne (utilisation des quantificateurs « tout », « il existe », de la négation, des connecteurs et et ou). De plus, cette transformation doit être ordonnée par rapport à d'autres transformations définissables sur la structure sous-jacente aux suites comme (2). Par exemple, « montée » doit prendre effet après la règle qui déplace les quantificateurs comme tous dans (3) à partir de (4) :

(3) Pierre a tous voulu les lire (voul [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Autres références

«  THÉORIE STANDARD ÉTENDUE  » est également traité dans :

CHOMSKY NOAM (1928- )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 4 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle « principes et paramètres » de la grammaire universelle »  : […] Lectures on Government and Binding , publié en 1981, reprend pour partie cet intense travail collectif et systématise cette approche. Cet ouvrage définit le cadre conceptuel du modèle dit des « principes et des paramètres » dominant jusqu'au milieu des années 1990. Chomsky a présenté les buts et les résultats de cet état de la grammaire générative dans deux ouvrages introductifs : son Knowledge […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une grammaire universelle ? »  : […] La théorie chomskienne, devenue ensuite « théorie étendue », puis « théorie des traces », connaîtra au début des années 1980 une version nouvelle dite « théorie du gouvernement et du liage », de plus en plus technique et formelle. L'entreprise poursuit depuis lors un objectif extrêmement ambitieux, connu sous le nom de « programme minimaliste » : il s'agit de proposer une théorie des propriétés u […] Lire la suite

STRUCTURES SYNTAXIQUES, Noam Chomsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 837 mots

Dans le chapitre « Le primat de la syntaxe »  : […] Structures syntaxiques a imposé le modèle d’une théorie « classique » à quoi succéderont les théories « standard » et « standard étendue » (1974), puis la théorie « du gouvernement et du liage » (1981) et le « programme minimal » (1995). Progressivement, la distinction en niveaux (structure profonde / structure de surface) est remplacée par un formalisme où les relations de dépendance ( gouvernem […] Lire la suite

THÉORIE DES TRACES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 707 mots

Dans le cadre de la théorie standard étendue de la grammaire transformationnelle, la théorie des traces constitue une redéfinition des transformations de mouvement. Cette redéfinition permet également de faire apparaître des généralisations intéressantes à la fois en sémantique et en phonologie. Considérons la phrase suivante : (1) Jean semble les détester tous. On considère en grammaire transform […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves POLLOCK, « THÉORIE STANDARD ÉTENDUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-standard-etendue/