THÉORIE GÉNÉRALE DE L'EMPLOI, DE L'INTÉRÊT ET DE LA MONNAIE, John Maynard KeynesFiche de lecture

Une théorie de l'emploi

Le « but ultime » de Keynes est « la découverte des facteurs qui déterminent le volume de l'emploi ». Il s'oppose pour cela dès le livre I à l'analyse du marché du travail proposée par ceux qu'il nomme les « classiques » : les économistes qui, de David Ricardo à Arthur Cecil Pigou, auraient en commun d'admettre la loi de Say (l'offre crée sa propre demande) et la théorie quantitative de la monnaie (selon laquelle la quantité de monnaie en circulation détermine le niveau des prix). Pour Keynes, le volume de l'emploi n'est pas déterminé par un hypothétique marché du travail : il dépend uniquement de la décision d'embauche des entrepreneurs, personnages clés du système keynésien. Ceux-ci fixent leur niveau d'embauche selon le « principe de la demande effective » : ils offrent un niveau de production égal à la quantité de biens qu'ils espèrent écouler d'une part, en veillant à maximiser leur profit d'autre part. C'est donc la demande globale anticipée qui détermine les volumes de la production et de l'emploi. Après avoir défini l'ensemble de ses concepts économiques dans le livre II, Keynes s'attarde sur les deux composantes essentielles de la demande effective : les dépenses de consommation des ménages et les dépenses d'investissement des entrepreneurs. La consommation, étudiée dans le livre III, résulte d'une « loi psychologique fondamentale » : « les hommes tendent à accroître leur consommation à mesure que le revenu croît, mais non d'une quantité aussi grande que l'accroissement du revenu ». Toute hausse du revenu stimule la demande, ce qui incite les entrepreneurs à embaucher ; mais à mesure que la société s'enrichit, la part du revenu global consacrée à la consommation diminue, au profit de l'épargne. « Pour qu'un certain volume d'emploi soit justifié, il faut donc qu'il existe un certain volume d'investissement courant suffisant pour absorber l'excès de la production totale sur le volume que la communauté désire consommer. »


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-IX-Dauphine

Classification


Autres références

«  THÉORIE GÉNÉRALE DE L'EMPLOI, DE L'INTÉRÊT ET DE LA MONNAIE, John Maynard Keynes  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 719 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution keynésienne »  : […] Keynes (1930, A Treatise on Money ; 1936, Théorie générale de l'emploi, l'intérêt et la monnaie), élève de Marshall, propose de changer de perspective. Selon Keynes, marshalliens et ricardiens commettent l'erreur commune de raisonner sur un niveau de revenu d'équilibre donné et ne se distinguent qu'à propos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_30192

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques au sens de Marx et au sens de Keynes »  : […] Keynes propose une définition alternative de l'école classique. Le texte le plus controversé de la pensée économique du xxe siècle, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, s'ouvre par deux chapitres qui énoncent une thèse d'histoire de la pensée économique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_30192

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Prémisses : le rejet de l'analyse dichotomique »  : […] crédit bancaire, pour répondre aux besoins de financement de l'économie. Mais son objectif le plus important est de démontrer que les volumes de la production et de l'emploi ne sont pas déterminés indépendamment des conditions monétaires. Cette ambition sera pleinement réalisée dans son œuvre majeure de 1936, la Théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_30192

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La demande effective et le multiplicateur d'investissement »  : […] En ligne avec le principe d'accélérateur, John Maynard Keynes, dans la Théorie générale (1936), a particulièrement insisté sur le rôle de la demande anticipée. Il a notamment insisté sur les facteurs psychologiques à l'œuvre dans la décision d'investir. L'incertitude des résultats […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_30192

KEYNES JOHN MAYNARD (1883-1946)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 1 876 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie générale »  : […] L'intégration totale se réalise dans La Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (The General Theory of Employment, Interest and Money, 1936), fruit d'une collaboration intellectuelle de Keynes et d'un certain nombre de ses condisciples (Piero Sraffa, Richard Kahn, Joan Robinson, James Meade). La Théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-maynard-keynes/#i_30192

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 113 mots

Dans le chapitre « Le multiplicateur keynésien »  : […] beaucoup d'économistes s'y opposaient. Mais une substantielle minorité d'entre eux y devenait favorable. Dans son ouvrage, La Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, publié en 1936, John Maynard Keynes, professeur à Cambridge mais familier des prises de position publiques, apporta son soutien à la thèse minoritaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-theorie-macroeconomique/#i_30192

MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

  • Écrit par 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 7 465 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les motifs de demande de monnaie »  : […] Ainsi, dans la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), John Maynard Keynes définit trois motifs de demande de monnaie : transaction (régler les échanges), précaution (faire face aux aléas futurs) et spéculation (profiter des opportunités ultérieures de placements). En ce qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-theorie-economique-de-la-monnaie/#i_30192

Voir aussi

Pour citer l’article

Marion GASPARD, « THÉORIE GÉNÉRALE DE L'EMPLOI, DE L'INTÉRÊT ET DE LA MONNAIE, John Maynard Keynes - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-generale-de-l-emploi-de-l-interet-et-de-la-monnaie/