ORGANISATIONS THÉORIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le taylorisme

C'est Taylor qui, en 1911, a jeté les bases de la théorie des organisations, en émettant l'idée que la direction d'une entreprise est une science, au même titre que celle de l'ingénieur, et non un don propre à certaines personnes. Le bon directeur est celui qui organise l'entreprise de façon à donner satisfaction à l'employeur, comme à l'employé, pendant un fonctionnement de longue durée. Pour cela, il faut augmenter le rendement de l'organisation, sans accroître le temps de travail. La direction doit faire en sorte que l'ouvrier, sans avoir des conditions de travail plus pénibles, mais en recevant un salaire plus élevé, produise davantage. Il s'agit donc de transformer l'ouvrier moyen en un très bon ouvrier. Ce résultat sera obtenu par un système de primes au rendement. Le spécialiste en temps et mouvements, comme disent les tayloriens, calculera le pourcentage d'augmentation du salaire en fonction de la nature et de la difficulté de la tâche. Quel que soit le taux de la prime, il faut obtenir qu'à chaque ouvrier soit confiée, dans la mesure du possible, l'exécution d'une tâche correspondant à l'utilisation optimale de son habileté et de ses aptitudes physiques.

On peut alors lui demander une quantité de travail égale à celle qu'un très bon ouvrier de sa catégorie est habituellement capable de fournir. De cette façon, il perçoit, suivant la nature de ses travaux, entre 30 et 100 p. 100 de plus que la moyenne des travailleurs de sa classe.

Taylor a voulu montrer qu'il existait un temps minimal dans lequel un ouvrier de premier ordre peut exécuter une tâche donnée ; c'est ce qu'il appelle le « temps normal », pour le travail considéré.

La théorie des organisations a retenu du taylorisme la conception selon laquelle la direction d'une organisation ne relève ni du génie individuel ni d'aptitudes personnelles, mais d'une technique qui s'apprend. Elle ne lui est pas seulement redevable de cette idée. En assignant à un spécialiste, l'ingénieur des temps et des mouvements, la tâche de déterminer le taux d'augmentation d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, assistant à la faculté des lettres de Reims

Classification


Autres références

«  ORGANISATIONS THÉORIE DES  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « L'élargissement progressif du champ de la science administrative »  : […] À l'origine, la science administrative est, sans doute possible, la science de l'administration publique, ce qui s'explique fort bien compte tenu du contexte historique et politique dans lequel elle prend naissance : l'apparition d'une science appliquée de l'administration, ancêtre de la science administrative, coïncide en Europe avec la mise en place de structures étatiques et administratives mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-la-science-administrative/#i_81360

ADMINISTRATIVE BEHAVIOR, Herbert A. Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine QUINET
  •  • 957 mots

Au début des années 1940, il existe au sein des sciences administratives américaines un accord sur quatre principes supposés garantir la bonne gestion des affaires publiques ou des entreprises : la spécialisation des tâches ; l'unité de commandement ; la limitation de l'aire de contrôle d'un supérieur hiérarchique ; et l'organisation par objectif, procédé, clientèle, ou zone desservie. Or Herbert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administrative-behavior/#i_81360

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Le mot « bureaucratie » est un des termes clefs du vocabulaire des sciences sociales contemporaines. Autour du problème (ou des problèmes) de la bureaucratie se poursuit depuis près d'un siècle un débat des plus animés. Mais le terme lui-même – et c'est peut-être ce qui a fait sa fortune – n'a pas reçu à ce jour une définition scientifique précise. L'usage ancien, qui est encore consacré par les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bureaucratie/#i_81360

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

C'est seulement à l'âge de quatre-vingt-un ans que Ronald H. Coase, professeur émérite de l'université de Chicago, se vit attribuer le prix Nobel d'économie, à la fois pour ses travaux sur la nature des organisations et pour ses analyses sur les modalités de certaines régulations étatiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-harry-coase/#i_81360

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Conflits et hiérarchie »  : […] En revanche, les conflits organisationnels prennent une importance croissante. Dans le travail, l'organisation hiérarchique des salariés est de plus en plus stricte ; les rôles professionnels se définissent davantage par la situation dans une filière hiérarchique que par l'apport d'une qualité particulière. L'autonomie professionnelle tend à disparaître. L'employé se définit plus complètement que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/#i_81360

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Mécanismes d'arbitrage entre modes organisationnels »  : […] Confrontés à l’arbitrage constant à effectuer entre modes alternatifs d'organisation des transactions (la littérature récente parle aussi de « modes de gouvernance » ou même, à notre avis de façon abusive, de « contrats » comme équivalent à modes d’organisation), les agents orientent leurs choix en prenant en compte essentiellement trois caractéristiques des transactions. Évidemment, il n'est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couts-de-transaction/#i_81360

CROZIER MICHEL (1922-2013)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 875 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une sociologie de la bureaucratie »  : […] Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-crozier/#i_81360

DISTRIBUTION, économie

  • Écrit par 
  • Marc FILSER
  •  • 6 975 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le choix de l'organisation du canal »  : […] Le fonctionnement du canal consiste en un ensemble de transactions entre ses membres. La réalisation de ces transactions est une source de coûts spécifiques : coût de la collecte d'informations, coût de la conduite de la négociation, coûts engagés pour contrôler la performance des partenaires). L'objectif des membres du canal est donc de chercher l'organisation de leurs relations qui minimise ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distribution-economie/#i_81360

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 809 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un programme de recherche foisonnant »  : […] L'importance accordée aux droits de propriété et aux modalités de transfert de ces droits a fait du néo-institutionnalisme un cadre privilégié de l'étude des relations entre droit et économie, sous l'inspiration de Coase, éditeur du Journal of Law and Economics pendant plus de vingt ans. L'insistance sur l'incomplétude des contrats a aussi attiré l'attention sur la nécessité de prendre en compte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-neo-institutionnalisme/#i_81360

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Au-delà de l'interrogation première sur la nature de la firme, une théorie de la firme doit répondre à deux grandes catégories de questions. Elles sont soit internes et portent sur l'architecture et le fonctionnement de l'entreprise, soit externes et concernent la place et le rôle de l'entreprise dans l'organisation économique et sociale. Selon une définition courante, l'entreprise – la firme – co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-theories-et-representations/#i_81360

ENTREPRISE - Gouvernance d'entreprise

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 4 747 mots

Le champ de la corporate governance , du « gouvernement » ou de la « gouvernance » d'entreprise s'est constitué principalement au cours des années 1990. On en attribue cependant l'origine à la thèse d'Adolf Berle et Gardiner Means ( The Modern Corporation and Private Property , 1932) : au début du xx e  siècle, selon leur analyse, la séparation, fortement prononcée dans les grandes sociétés améric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-gouvernance-d-entreprise/#i_81360

FAYOL HENRI (1841-1925)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 307 mots

Élève de l'École des mines, puis ingénieur, Fayol devient, en 1888, directeur général d'un grand groupe minier et métallurgique. Frappé par les insuffisances que présente l'organisation du travail dans ce groupe, il s'attache à définir de nouvelles règles de gouvernement de l'entreprise et livre, en 1916, ses réflexions dans Administration industrielle et générale, prévoyance, organisation, comma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-fayol/#i_81360

FORCE DE VENTE, gestion

  • Écrit par 
  • Christophe FOURNIER
  •  • 5 374 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La perception des rôles »  : […] Il existe dans les organisations un système de rôles qui définit l'ensemble des tâches afférentes à un poste, indépendamment du vendeur qui l'occupe. La réussite du commercial dépend de sa propre action mais également du comportement des autres agents de l'organisation. Le fonctionnement de l'entreprise est facilité si les attentes de chacun sont clairement connues et perçues (exactitude des rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/force-de-vente-gestion/#i_81360

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_81360

LUHMANN NIKLAS (1927-1998)

  • Écrit par 
  • Jean CLAM
  •  • 1 026 mots

Niklas Luhmann est l'auteur d'une œuvre immense, qui en fait le sociologue le plus fécond, le plus original et le plus influent de l'Allemagne contemporaine. Elle comprend une quarantaine d'ouvrages et plus de trois cents articles qui couvrent tous les champs de la théorie sociologique. Alors que dans le monde anglo-saxon la diffusion de la pensée de Luhmann est largement engagée, elle commence à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niklas-luhmann/#i_81360

MARKET AND HIERARCHIES. ANALYSIS AND ANTITRUST IMPLICATIONS, Oliver E. Williamson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Carine STAROPOLI
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement de l'approche en termes de coûts de transaction »  : […] Au plan théorique, Williamson s'applique à rendre opérationnel le concept de coût de transaction, introduit par Coase dans son article The Nature of the Firm de 1937. Pour cela, il élabore le cadre d'analyse des défaillances organisationnelles ( Organizational Failures Framework ), aujourd'hui reconnu comme celui de la théorie des coûts de transaction. Comme Coase, Williamson considère l'organisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/market-and-hierarchies-analysis-and-antitrust-implications/#i_81360

ORGANISATION, économie

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 779 mots

L’analyse économique des organisations a rattrapé depuis les années 1980 son retard initial sur les approches sociologiques ou managériales. Non sans difficultés, car le concept même d’organisation donne lieu à des interprétations divergentes. La conception traditionnelle, en économie, identifie l’organisation à des ensembles structurés, où les droits de décision sont unifiés, permettant aux agen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-economie/#i_81360

ORGANISATION DES ENTREPRISES

  • Écrit par 
  • Pierre ROMELAER
  •  • 4 951 mots

La plupart des activités humaines ne sont pas des activités individuelles et solitaires : elles sont le produit des actions concertées et coordonnées de plusieurs personnes. Dès qu'on aborde cet aspect de l'action, on a intérêt à étudier ce qu'est une organisation, comment elle est gérée, s'adapte, décide, et se transforme. L'organisation que constitue une entreprise intéresse aussi bien les diri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-des-entreprises/#i_81360

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « L'approche structurelle »  : […] Maurice Duverger a inauguré une approche structurelle ou organisationnelle des partis. Un parti est d'abord une organisation. Cette approche révèle plus une filiation juridique (référence aux statuts et aux coutumes partisans) qu'un héritage ostrogorskien et michelsien dont il se réclame aussi. On étudie la structure, les membres (électeurs, adhérents, sympathisants, militants) ou les dirigeants. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/#i_81360

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie française et les professions »  : […] En dépit des raisonnements précurseurs de Durkheim, la notion de profession a ensuite été délaissée par notre tradition sociologique, tandis que l'I.N.S.E.E. organisait cette singularité française d'une mise en cases, en ordre et en sens de notre population dans et par une nomenclature des « catégories socioprofessionnelles » (C.S.P.) , devenues « professions et catégories sociales » (P.C.S.). I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-des-professions/#i_81360

RÉSEAUX, philosophie de l'organisation

  • Écrit par 
  • Gabriel DUPUY
  •  • 7 343 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Postes, routes et fortifications : à l'origine des réseaux nationaux »  : […] L'anatomie et la médecine françaises ont entrevu dès le xviii e siècle l'intérêt du concept de réseau. À vrai dire, sans que le mot fût employé, un authentique réseau innervait déjà depuis bien longtemps le « corps » national français. La poste, dont le principe était déjà mis en œuvre par les Celtes, fut très tôt, en tout cas dès le xv e  siècle, organisée comme un réseau étendu à l'ensemble du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-philosophie-de-l-organisation/#i_81360

RÉSEAUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • François DENORD
  •  • 1 548 mots

Désignant un ensemble d'éléments interconnectés, la notion de réseau a un caractère polysémique dans le langage courant. D'un côté, elle possède souvent une connotation positive lorsqu'elle est employée à propos d'une forme organisationnelle ou de voies de communication. Le réseau renvoie ainsi, dans le domaine du management, à des modes d'organisation souples et décentralisés, pensés comme plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-reseaux/#i_81360

SIMON HERBERT ALEXANDER (1916-2001)

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 362 mots

Théoricien original, l'Américain Herbert Alexander Simon (1916-2001) a influencé profondément les sciences économiques et sociales tout en étant constamment marginalisé. Sa remise en cause du concept de rationalité, développée dès les années 1940, continue de donner lieu à de vives controverses. Homme des frontières, il fut sans doute l'économiste le plus polyvalent de sa génération. Il a en effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-alexander-simon/#i_81360

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyse stratégique : l'acteur et le système »  : […] Issu des travaux d'Herbert Simon (1947) sur la rationalité limitée et de ceux de Michel Crozier sur l'administration française et Le Phénomène bureaucratique (1964), ce courant se rattache aux sociologies de l'action dans une perspective particulière, celle des rapports de pouvoir conçu non comme de la domination, mais comme des capacités inégales d'influencer autrui au sein d'une organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_81360

TAYLOR FREDERICK WINSLOW (1856-1915)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 386 mots
  •  • 1 média

Ingénieur de formation, mais ayant successivement occupé tous les postes de la hiérarchie d'une usine, Taylor a d'abord été employé par la Bethlehem Steelwork avant de consacrer sa vie, en tant que consultant, à la propagation de ses idées. Il est le créateur de l'organisation scientifique du travail, couramment désignée par le sigle O.S.T. Ses vues ont été exprimées dans Shop Management , 1904, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederick-winslow-taylor/#i_81360

WILLIAMSON OLIVER E. (1932- )

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 025 mots

Oliver Williamson est sans aucun doute un des économistes les plus influents de sa génération ; cette influence déborde en outre largement sur les sciences de gestion, le droit et les sciences politiques – d'où l'intérêt que lui portent les décideurs économiques et politiques. Oliver Williamson naît en 1932 à Superior, une petite ville du Wisconsin. De famille modeste – ses parents enseignent dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-e-williamson/#i_81360

Voir aussi

Pour citer l’article

René DAVAL, « ORGANISATIONS THÉORIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-organisations/