LEWIS THÉORIE DE

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Conclusion »  : […] Les considérations précédentes montrent les avantages de la généralisation de la notion d'acide et de base. On a proposé une généralisation encore plus grande et, en 1939, Usanovich, assimilant les électrons à des anions, montra que les réactions d'oxydoréduction deviennent une partie indissociable des phénomènes acidobasiques. Cette idée, très satisfaisante sur le plan théorique, a le défaut de f […] Lire la suite

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 284 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La méthode des liaisons de valence »  : […] L'idée de la méthode des liaisons de valence est que la meilleure fonction d'onde pour une molécule est celle qui superpose les fonctions partielles, correspondant chacune à un mode satisfaisant de liaison pour la molécule. Ainsi, pour la molécule d'hydrogène H 2 , le chimiste peut intuitivement envisager deux modes possibles de liaison pour les deux électrons . Le premier mode correspond à un par […] Lire la suite

LEWIS GILBERT NEWTON (1875-1946)

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAUVARQUE
  •  • 114 mots

L'“acidité de Lewis” est une notion bien connue des chimistes. Elle découle de la théorie de la liaison covalente, partage d'un doublet d'électrons entre deux atomes, publiée par Lewis en 1916. Gilbert Newton Lewis, né à Weymouth (Massachusetts) et mort à Berkeley, fut un brillant théoricien, au beau parcours : Harvard, Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.), puis Berkeley. Se qualifiant l […] Lire la suite