PEINTURE THÉORIE DE LA

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 805 mots
  •  • 3 médias

Traditionnellement le plus souvent, par parti pris parfois, les peintres ne sont pas portés à faire la théorie de leur art. L'esprit systématique et critique que toute théorisation exige les en éloigne. Aussi, quand ils élaborent une théorie de leur création, ce dessein répond-il à quelque nécessité. La théorie des peintres a une fonction à remplir, elle répond à des besoins. Cette fonction, ces b […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un médium spécifique. C'est pourquoi il ne saurait […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fonctions traditionnelles »  : […] Elle repose, en premier lieu, sur l'idée que la peinture a pour fonction ancestrale de représenter ou copier la nature ; les frondaisons, les ciels d'orage, les cours d'eau seraient les thèmes éternels que l'artiste ne peut abandonner sous peine d'engager la création picturale dans l'impasse. Cette opinion est moins ancienne et moins nécessaire qu'on ne le croit généralement. Lorsque Léonard de […] Lire la suite

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire et le mystère »  : […] Entre l'espoir d'une mémoire retrouvée et la crainte de s'oublier dans les séductions propres à l'image : c'est toute l'histoire de l'art religieux qui pourrait se raconter à partir de cette grande oscillation inquiète. Les peintres de la Renaissance faisaient-ils autre chose qu'enraciner un culte légitime à peindre de si beaux Saint Sébastien  ? ces corps impassibles et rayonnants malgré l'attein […] Lire la suite

BELLORI GIOVAN PIETRO (1613-1696)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 602 mots

Homme de lettres italien, critique d'art, bibliothécaire de Christine de Suède, puis conservateur des Antiquités de Rome sous le pontificat de Clément X. L'œuvre de théoricien de Bellori, consignée dans un discours sur l' Idée du peintre, du sculpteur et de l'architecte ( L'Idea del pittore ..., 1644 et 1672) ainsi que de biographe ( Vies des peintres, sculpteurs et architectes modernes , Vite d […] Lire la suite

BOCCIONI UMBERTO (1882-1916)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 637 mots
  •  • 3 médias

« Il n'y a qu'une loi pour l'artiste, c'est la vie moderne et la sensibilité futuriste », écrivait Umberto Boccioni, qui est incontestablement, avec le poète Marinetti, le protagoniste le plus important et la figure la plus complète du mouvement futuriste  : il en fut le théoricien le plus lucide, tout en demeurant avant tout peintre et sculpteur. Né à Reggio de Calabre, Boccioni obtient un diplôm […] Lire la suite

CONSTABLE JOHN (1776-1837)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Observation et émotion »  : […] Si l'on cherche à mieux cerner la personnalité artistique de Constable, on doit se reporter à ses lettres à Fisher et à ses conférences sur la peinture. Il pose en principe premier, pour le paysagiste, la familiarité avec la vie rurale et avec les phénomènes naturels tels que vents et nuages. Il critique les « maniéristes » qui se contentent d'imiter le style de tel ou tel maître. Il se montre pl […] Lire la suite

COURS DE PEINTURE PAR PRINCIPES, Roger de Piles - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Une synthèse d'écrits antérieurs et de conférences académiques »  : […] La rédaction du Cours de peinture de 1700 à 1708 a été l'occasion pour Roger de Piles de rassembler et de réviser ses écrits antérieurs et de lier les uns aux autres les textes lus à l'Académie. Il y insère son Dialogue sur le coloris , après avoir rappelé : « Il faut beaucoup plus de génie pour faire un bon usage des lumières et des ombres, de l'harmonie des couleurs et de leur justesse pour cha […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHEFER
  •  • 2 906 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le signe et le sens »  : […] On doit sans doute à Lessing la première tentative de caractérisation du signe pictural dans sa spécificité, par une subdivision des catégories aristotéliciennes de mimèsis (répétition figurative) et de diégèse (narration) : « S'il est vrai, lit-on dans le Laocoon , que la peinture emploie pour ses imitations des moyens ou des signes différents de la poésie, à savoir des formes et des couleurs […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « Art et savoir (« téchnē/epistémē ») : la revendication des artistes »  : […] Depuis le vi e  siècle et surtout au cours des v e et iv e  siècles, architectes, peintres et sculpteurs avaient laissé, en dehors de la transmission orale dans le secret des ateliers, des traités écrits sur leur art. Ainsi Vitruve donne-t-il dans la préface du livre VII (paragr. 7 à 11) une liste d'architectes, de peintres et de sculpteurs auteurs de traités. Il est significatif qu'il commence […] Lire la suite

DELACROIX EUGÈNE (1798-1863)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 466 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La consécration »  : […] Cet effort de discipline et de maîtrise fut reconnu par une partie de la critique contemporaine, mais le public en resta généralement aux toiles, toujours plus ou moins sujettes à polémiques, que Delacroix continuait parallèlement à envoyer au Salon : Femmes d'Alger dans leur appartement (1834) , Bataille de Taillebourg (1837), Médée furieuse (1838), Justice de Trajan (1839), Prise de Consta […] Lire la suite

DEVADE MARC (1943-1983)

  • Écrit par 
  • Ramón TÍO BELLIDO
  •  • 936 mots

Le peintre Marc Devade est mort alors qu'il allait avoir quarante ans, laissant une œuvre déjà riche et complexe. Marc Devade était peintre, mais aussi écrivain. Membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel , cofondateur et rédacteur de Peinture, cahiers théoriques , il était l'un des principaux animateurs des débats sur les relations entre pratique et théorie dans le domaine des arts plast […] Lire la suite

DOLCE LUDOVICO (1508-1568)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 560 mots

On doit à l'écrivain Ludovico Dolce, Vénitien formé à Padoue, une abondante production de traductions du latin, de commentaires (en particulier ceux du Décaméron et du Roland furieux ), de poèmes épiques, de comédies ( La Fabrizia , 1545 ; Il Ragazzo , 1541) qui, bien que dérivées des modèles de Plaute et de Térence, trahissent l'influence de l'Arétin. Mais le nom de Dolce demeure surtout attaché […] Lire la suite

DU BOS abbé JEAN-BAPTISTE (1670-1742)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 742 mots

Après des études en théologie à Beauvais, sa ville natale, Jean-Baptiste Du Bos s'établit à Paris. Son mérite l'ayant fait bientôt remarquer, il remplit diverses missions diplomatiques. Il est principalement connu pour ses écrits, les Réflexions critiques sur la poésie et la peinture (1734) et une Histoire critique de l'établissement de la monarchie française dans les Gaules (1719, 2 vol.). Réfle […] Lire la suite

DU SPIRITUEL DANS L'ART ET DANS LA PEINTURE EN PARTICULIER, Wassily Kandinsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 185 mots
  •  • 1 média

La première ébauche d'une étude entièrement vouée à la couleur remonte à l'année 1904, alors que Kandinsky (1866-1944) était établi à Munich depuis huit ans. Ce petit texte inédit, intitulé Définition de la couleur , donne déjà la mesure d'une utopie universaliste : « Si la destinée m'accorde assez de temps, écrit le peintre, je découvrirai un nouveau langage international qui existera pour l'éter […] Lire la suite

ÉCRITS, Kasimir Malévitch - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 305 mots
  •  • 2 médias

Lorsque Kasimir Malévitch (1878-1935) présente au printemps 1915 un ensemble de toiles dites « alogistes » à l'exposition Tramway V (à Saint-Pétersbourg, alors Petrograd), il lance dans le catalogue cette boutade : « Le contenu de ces tableaux n'est pas connu de l'auteur. » Quelques mois plus tard la même année, alors qu'il dévoile sa nouvelle esthétique, le suprématisme, au public de la fameuse […] Lire la suite

LES ÉCRITS 1965-2012 (D. Buren) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « La question du décoratif »  : […] L’aventure des É crits a commencé en 1989, alors que Daniel Buren préparait son exposition pour le C.A.P.C. (Centre d’arts plastiques contemporains-musée d’Art contemporain) de Bordeaux. Son directeur, Jean-Louis Froment, fit alors le pari de retrouver et de publier l’ensemble des textes depuis 1965. Réédités en 2013 par Flammarion et le Centre national des arts plastiques, ils sont suivis d’un […] Lire la suite

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art »  : […] En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de la mimésis . L'invention du cadre procède avec lo […] Lire la suite

GONG XIAN [KONG HIEN] (av. 1599-1689) ET KUNCAN [K'OUEN-TS'AN] (1612-av. 1680)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « Le théoricien et l'artiste »  : […] Les théories picturales de Gong Xian se trouvent consignées dans un traité Les Secrets de la peinture – Hua jue – ainsi que dans les nombreuses inscriptions tracées par l'artiste sur ses œuvres. Le traité est constitué en fait par une compilation des notes que Gong Xian avait écrites en marge des esquisses et démonstrations graphiques destinées à ses élèves, aussi présente-t-il un caractère d'ini […] Lire la suite

GRECO (1541-1614)

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL
  •  • 2 518 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Philosophie et spiritualité de la peinture »  : […] Le recours aux mêmes sujets religieux tout au long de sa carrière tolédane permet de comprendre le tournant stylistique qui s'opère dans l'œuvre de Greco vers 1600. Ses réflexions théoriques sur la création artistique, qui s'expriment dans les annotations de son exemplaire des Vies de Vasari et dans son édition du traité de Vitruve par Barbaro (Bibliothèque nationale, Madrid), montrent une recher […] Lire la suite

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art comme métaphore »  : […] Dans l'un de ses Adages (n o 2048), Érasme relève l'affinité entre les poètes et les peintres qui ont toute liberté de donner libre cours à leur imagination. Et de rappeler le mot de Simonide (« la peinture, poésie silencieuse ; la poésie, peinture parlante ») et d'Horace (« ut pictura poesis erit »). Il développe en tout sens cette seconde comparaison. La métaphore picturale apparaît très tôt […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Ligne, modelé, perspective »  : […] Comme celle des sculpteurs, l'éducation des peintres commençait par une initiation à la science des proportions et des rythmes ; l'énoncé des principes iconométriques ne permet pas, en général, de distinguer les images sculptées des images peintes ; c'est seulement lorsqu'on aborde le domaine des opérations auxquelles donne lieu la réalisation concrète que s'établit une différenciation entre les […] Lire la suite

JOURNAL, Eugène Delacroix - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 041 mots

Dans le chapitre « Le peintre et l'écrivain »  : […] Un texte aussi foisonnant permet une grande diversité de lectures. La plus traditionnelle, et aussi la plus aisée, consiste à chercher dans le Journal ce qui éclaire l'œuvre peint, gravé ou dessiné de Delacroix. Aux éléments d'ordre purement biographiques s'ajoutent ses réflexions sur la peinture et plus largement sur les arts graphiques, qui éclairent le choix d'un sujet, d'une composition, d'un […] Lire la suite

KANDINSKY WASSILY (1866-1944)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 3 932 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Théorie/pratique/écriture »  : […] Pendant cette période décisive où l'« amateur » moscovite se hausse au premier rang de l'art international, les textes tiennent une place importante. Le plus célèbre, Du spirituel dans l'art , traduit en français en 1949, n'est peut-être pas le plus utile pourtant pour la compréhension même de la peinture de Kandinsky. Publié à la fin de 1911, mais écrit pour l'essentiel en 1910, il donne en fait […] Lire la suite

KLEE PAUL (1879-1940)

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 3 147 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le moyen plastique »  : […] L'opération inaugurale de tabula rasa amène Klee à reformuler sa pratique de façon inédite et personnelle : « Tout doit être Klee » ( Tagebücher , 757). Cette mise en cause concerne non seulement l'image, mais aussi ce qui touche à son infrastructure matérielle et technique. Et d'abord le support, sa topologie, sa fonction. Les formats se limitent souvent à celui de la feuille d'écriture, qu'il […] Lire la suite

LAOCOON, OU DES FRONTIÈRES DE LA PEINTURE ET DE LA POÉSIE, Gotthold Ephraim Lessing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 270 mots
  •  • 2 médias

S'il fallait résumer le Laocoon de Gotthold Ephraim Lessing (1729-1781) aux seules thèses qui en constituent l'armature apparente, on arriverait à un résultat malingre et de surcroît peu original pour le xviii e  siècle. D'une démonstration hérissée de détails érudits émergent deux axiomes centraux : la peinture, soumise au principe de simultanéité, représente des corps coexistant dans l'espace […] Lire la suite

LHOTE ANDRÉ (1885-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 263 mots

Peintre d'origine bordelaise, André Lhote a joué un rôle important dans l'histoire du cubisme français, surtout par son enseignement. Après avoir appris la sculpture sur bois, il décide, à l'âge de vingt et un ans, de se consacrer exclusivement à la peinture, fortement impressionné par l'art de Gauguin. Sa palette est alors celle d'un peintre fauve. En 1910, à Paris, il découvre Cézanne, ce qui l' […] Lire la suite

LOMAZZO GIOVANNI PAOLO (1538-1600)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 363 mots

Peintre milanais, qui fut aussi poète et théoricien de l'art. Le nom de Lomazzo reste attaché à un vaste traité didactique sur la peinture, Trattato dell'arte della pittura (1584), divisé en sept livres correspondant chacun à une « partie » de cet art : proportion, expression, couleur, lumière, perspective, pratique et formes (en fait, iconographie) ; ainsi qu'à un ouvrage, vraisemblablement conç […] Lire la suite

MENGS ANTON RAPHAEL (1728-1779)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 633 mots
  •  • 1 média

À son époque, Anton Mengs passe pour le plus grand peintre d'Europe. Il semble catalyser les aspirations des premiers néo-classiques qui, à la suite de Winckelmann, prônent le retour à la « manière simple et noble du bel antique », au beau idéal, à la pureté de la statuaire grecque et au dessin de Raphaël. On le tient généralement pour le véritable réformateur de la peinture corrompue par le goût […] Lire la suite

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le peintre et son modèle »  : […] Référée à la structure de renvoi, de redoublement qui caractérise massivement le système de la représentation, la notion de modèle est impliquée d'entrée de jeu dans la définition de la mimèsis , de l' imitation : affirmer que l'art imite la nature (Aristote) revient à signifier qu'il la prend pour modèle, dans ses objets et plus encore dans ses opérations, sinon dans son principe même. Si la pe […] Lire la suite

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monochromie et fin de la peinture »  : […] Parmi les pionniers de la monochromie, Malévitch (1878-1935) et Rodtchenko (1891-1956) occupent une place de choix. Pour l'un comme pour l'autre de ces deux artistes, la monochromie annonce la fin de la peinture. Malévitch expose son Carré noir – nommé également Carré noir sur fond blanc (Galerie Tretyakov, Moscou) – en 1915. En 1919, il présente son Carré blanc sur fond blanc (1918, Museum […] Lire la suite

TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 233 mots
  •  • 1 média

Vers 1490, à la cour de Ludovic le More, duc de Milan, Léonard de Vinci (1452-1519) songeait déjà à composer un traité, dont le manuscrit A de la bibliothèque de l'Institut à Paris contient le projet et le premier noyau. Jusqu'à sa mort, il ne cessa de rédiger des notes, élargissant, compliquant et raffinant son dessein à un point tel que le plan et la possibilité de le structurer et de le publier […] Lire la suite

NANTEUIL ROBERT (1623-1678)

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 854 mots

On peut dire de Robert Nanteuil qu'il est le Saint-Simon de la gravure. Il occupe dans la seconde moitié du xvii e  siècle la place que Jacques Callot tient dans la première moitié du siècle. Il n'a gravé qu'au burin, presque uniquement des portraits (221 sur un total de 229 pièces, dont 155 d'après ses propres dessins ou pastels). Originaire de Reims, Nanteuil travaille d'abord chez son compatrio […] Lire la suite

NEWMAN BARNETT (1905-1970)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 364 mots

Dans le chapitre « L'ambition »  : […] Le but élevé que Newman formula pour son art tient sans doute dans la réponse qu'il donnait à ceux qui doutaient de son sens et de sa portée effective : le « comprendre correctement, affirmait-il encore peu avant sa mort à New York en 1970, signifierait la fin de toute forme de capitalisme d'État et de totalitarisme ». Certes, entre les deux guerres, une possible réforme du monde par l'art avait d […] Lire la suite

PACHECO FRANCISCO (1564-1654)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 372 mots

Peintre espagnol, théoricien passionné d'esthétique et de théologie. Francisco Pacheco est le fondateur d'une académie de peinture à Séville que fréquentent notamment Velázquez, son gendre, et Alonso Cano. La peinture de Pacheco comprend des portraits et des histoires monastiques, telle la Vie de saint Pierre de Nolasque (musée de Séville), qui ne révèlent pas un artiste de grande envergure. Tout […] Lire la suite

PINO PAOLO (actif entre 1534 et 1564)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 747 mots

Peintre et théoricien de l'art formé dans le milieu néo-giorgionesque, Paolo Pino est l'auteur d'un Dialogue sur la peinture ( Dialogo di pittura , 1548) qu'on peut considérer comme le reflet des débats esthétiques qui passionnaient les artistes actifs à Venise au milieu du xvi e siècle. L'importance de cet écrit réside avant tout dans son parti quasi polémique d'affirmer, à la suite des réflexio […] Lire la suite

POUSSIN NICOLAS (1594-1665)

  • Écrit par 
  • Stéphane LOIRE
  •  • 3 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Poussin à Rome : la maturité et les dernières années »  : […] Retrouvant les conditions morales propices à sa création et jouissant d'un respect croissant de la part des milieux artistiques tant en Italie qu'en France, Poussin allait, au cours des années suivant son retour à Rome, apparaître progressivement comme l'une des figures dominantes de la peinture européenne. Il sera désormais le peintre-philosophe dont l' Autoportrait peint en 1650 pour Chantelou […] Lire la suite

PREVIATI GAETANO (1852-1920)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 572 mots

Créateur d'une peinture originale et historiquement importante, le peintre italien Gaetano Previati a accompli l'essentiel de son œuvre vers la fin du xix e  siècle. En 1876 et 1877, il travaille avec le peintre Cassioli et s'installe ensuite à Milan où il fréquente l'atelier de Bertini. L'œuvre de l'artiste est marquée par l'influence du divisionnisme français. Ses expériences sont pourtant compl […] Lire la suite

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L'HISTOIRE DE L'ART. LE PROBLÈME DE L'ÉVOLUTION DU STYLE DANS L'ART MODERNE, Heinrich Wölfflin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 331 mots

Dans le chapitre « Théorie du changement stylistique et système descriptif  »  : […] Dans son premier ouvrage véritablement marquant, Renaissance et Baroque (1888), Wölfflin commence à mettre en place son système descriptif, en caractérisant les changements de plan stylistique conduisant à l'art baroque, tant dans la peinture que dans l'architecture. L'arrière-plan culturel des transformations stylistiques y apparaît alors comme une « ambiance », un « sentiment vital » propre à u […] Lire la suite

PURISME, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 262 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du cubisme au purisme »  : […] La première apparition du mot « purisme » se trouve dans le huitième et dernier numéro (décembre 1916) de L'Élan , revue au titre patriotique fondée en avril 1915 par Amédée Ozenfant (1886-1966), et qui participa activement à la défense « nationaliste » du cubisme (sous la plume d'André Lhote par exemple). Dans un article polémique, intitulé « Notes sur le cubisme », Ozenfant dressait un bilan en […] Lire la suite

REMBRANDT (1606-1669)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 6 463 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rembrandt au miroir changeant des siècles »  : […] Vers la fin du xvii e et au xviii e  siècle, les critiques émettent de sérieuses réserves sur Rembrandt. Sur la toile de fond de la théorie classique de l'art, attachée à la hiérarchie des genres, au décorum et à la recherche d'un beau idéal, obtenu par un dessin parfait, à l'école des antiques, il ne pouvait faire figure que d'ignorant, de maladroit, de fourvoyé ou d'obstiné, et son talent de […] Lire la suite

RUBÉNISTES & POUSSINISTES QUERELLE ENTRE

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 447 mots
  •  • 1 média

La fameuse querelle littéraire des Anciens et des Modernes qui se termina à la fin du xvii e  siècle par la « victoire » des Modernes — et qui préfigure d'autres batailles littéraires (bataille d' Hernani , 1830) ou artistiques opposant quelques novateurs enthousiastes aux gloires « académiques » ou « classiques » de toutes les réussites antérieures, sclérosées par les succès et les honneurs — dev […] Lire la suite

SÉRIE, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 743 mots

Lorsqu'on parle de série en art, on désigne soit un ensemble ordonné d'œuvres régies par un thème, support d'un problème plastique à résoudre, soit une multiplicité de figures plus ou moins équivalentes résultant d'un jeu combinatoire ou encore d'un traitement répétitif systématique. Donc, en premier lieu, il y a série chaque fois qu'un peintre exécute, à partir d'un modèle ou d'une même donnée fo […] Lire la suite

SUPPORTS / SURFACES

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 2 479 mots

Dans le chapitre « Une formule + des artistes = un mouvement ? »  : […] Il importe donc de ne pas faire de Supports/Surfaces un phénomène autonome et isolé, ni même un groupe rigoureusement organisé : ce fut bien davantage une formule efficace, autour de laquelle s'agrégèrent temporairement un certain nombre d'artistes. Nulle proclamation fondatrice n’a par exemple été signée. Le texte qui se rapprocherait le plus de ce que l’on attendrait d’un manifeste figure en 19 […] Lire la suite

LE SURRÉALISME ET LA PEINTURE, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 875 mots

Dans le chapitre « Territoires du regard »  : […] Le texte s'ouvre sur l'une des plus célèbres déclarations de Breton – « L'œil existe à l'état sauvage » ; les réflexions qui suivent développent et éclairent le sens de cette phrase inaugurale et lapidaire. Elles se déploient en trois temps à la fois distincts et pris dans un même souffle. D'abord, une méditation générale sur le regard et l'état actuel des arts visuels, où Breton, reconnaissant l […] Lire la suite

TECHNIQUE ET ART

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 5 565 mots

Dans le chapitre « Abstraction, fonction, production »  : […] Parce qu'il intervient après la révolution formelle de l'impressionnisme, l'art dit d' avant-garde des années 1910-1925 reprend ces questions dans des termes tout contraires. La base idéologique commune aux jeunes peintres de l'avant-garde est l'acceptation, comme fait de culture, de la modernité technique : celle de la production industrielle et celle aussi de la vie quotidienne dans le milieu ur […] Lire la suite

THE NEW ART - THE NEW LIFE, THE COLLECTED WRITINGS, Piet Mondrian - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 220 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Désintégration de l'art »  : […] Négliger la parole de Mondrian revient ainsi à séparer son art d'une dynamique essentielle qui conduit l'une et l'autre (théorie et peinture) à une disparition inévitable. Car, comme les mots, l'art même est appelé à disparaître – et sa peinture en est le signal : « L'art est déjà en partielle désintégration, notait Mondrian en 1922 –, mais sa fin maintenant serait prématurée. [La nouvelle plast […] Lire la suite

TORONI NIELE (1937- )

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  •  • 994 mots

L'artiste suisse Niele Toroni est né en 1937 à Muralto. En 1959, il quitte son Tessin natal, où il était instituteur, et décide de venir à Paris pour « faire de la peinture ». À partir de 1966, il formule la méthode de son travail de la peinture qui consiste à appliquer un pinceau plat, large de 50 mm, sur une surface donnée, à intervalles réguliers de 30 cm. Il n'a jamais dérogé à cette méthode. […] Lire la suite

TRAITÉ DES PROPORTIONS, Albrecht Dürer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 045 mots

Publié à Nuremberg peu après sa mort, le Traité des proportions du corps humain d'Albrecht Dürer (1471-1528) n'avait été conçu à l'origine que comme un chapitre d'un ouvrage beaucoup plus vaste qui aurait présenté tout le savoir nécessaire à la formation d'un peintre, dont il traça plusieurs plans vers 1512. Pour Dürer, en effet, l'art de peindre ne se confondait pas avec la maîtrise artisanale d […] Lire la suite

UT PICTURA POESIS

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK
  •  • 1 365 mots

Traditionnellement désigné par un apophtegme emprunté au vers 361 de l' Art poétique d'Horace (65-8 av. J.-C.), ut pictura poesis , qui invitait le poète à comparer son art à celui du peintre, l'appariement de la peinture à la littérature a connu une fortune étonnante à partir de la Renaissance. Il tient en effet un rôle prépondérant dans le discours sur la peinture jusqu'au milieu du xviii e  si […] Lire la suite

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théoricien »  : […] Wang Yuanqi a laissé un court recueil de propos ( Yu chuang man bi ) qui présente un résumé clair et condensé des théories picturales et des principes techniques que l'artiste avait acquis pendant son apprentissage chez Wang Shimin. Pour Wang Yuanqi, la réussite d'une peinture dépend de l'intention qui précède l'exécution. Il reprend l'adage classique « l'idée doit précéder le pinceau », formulé d […] Lire la suite


Affichage 

La Cruche cassée, J.-B. Greuze

La Cruche cassée, J.-B. Greuze

photographie

Jean-Baptiste Greuze (1725-1805), La Cruche cassée, vers 1771 Huile sur toile, 109 cm × 87 cm Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Laocoon

Laocoon

photographie

Groupe du Laocoon, copie romaine d'une œuvre grecque, en marbre, du Ier siècle Hauteur : 2,42 m, largeur : 1, 60 m Musées du Vatican, Rome 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

L’Homme de Vitruve, Léonard de Vinci

L’Homme de Vitruve, Léonard de Vinci

photographie

Inspiré du traité d’architecture de Vitruve, ce dessin, symbole de l’humanisme triomphant, représente les proportions idéales du corps humain tel qu’il s’inscrit dans un cercle Léonard de Vinci, L’Homme de Vitruve, v 1489-1490 Pointe métallique, plume et encre brune, lavis Gallerie... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Cruche cassée, J.-B. Greuze

La Cruche cassée, J.-B. Greuze
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Laocoon

Laocoon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L’Homme de Vitruve, Léonard de Vinci

L’Homme de Vitruve, Léonard de Vinci
Crédits : Bridgeman Images

photographie