THÉORIE DE LA JUSTICE, John RawlsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le contrat social comme procédure de choix d'institutions justes

Pour Rawls, l'objet d'une théorie de la justice est de déterminer la « structure de base de la société », c'est-à-dire la manière dont les institutions – juridiques, politiques et économiques – doivent attribuer les droits individuels et répartir les fruits de la coopération sociale. Contrairement à l'utilitarisme, qui définit le juste par rapport à une conception particulière du bien – à savoir la maximisation de l'utilité globale –, la théorie rawlsienne se veut purement procédurale. La première partie de l'ouvrage fournit alors une première formulation des deux principes qui doivent guider les règles de la coopération sociale. D'une part, chaque individu doit avoir un accès égal au système le plus étendu possible de libertés (principe de liberté). D'autre part, les inégalités économiques et sociales ne sont légitimes que si elles bénéficient aux plus désavantagés (principe de différence) et respectent une juste égalité des chances. Ces deux principes sont eux-mêmes ordonnés : il existe une priorité absolue du principe de liberté et, de plus, le principe de différence l'emporte sur toute considération d'efficacité ou de bien-être. Le dernier temps de l'argumentaire, le plus original de l'ouvrage, justifie alors ces principes en montrant qu'ils seraient choisis par des individus rationnels lors d'un contrat social. Ce contrat doit respecter un certain nombre de contraintes morales minimales (« la position originelle ») afin d'assurer l'impartialité du choix des contractants. C'est pourquoi Rawls place les individus sous un « voile d'ignorance » : les individus ne savent rien de leur position, de leurs talents ou encore de leurs goûts dans la société. Dès lors, et conformément à la solution du maximin en théorie des jeux, chaque individu, craignant d'être dans la pire situation sociale, choisira la société qui maximise le sort du plus défavorisé.

La deuxième partie de l'ouvrage décrit les institutions propres à incarner les principes de justice impartialement choisis et montre qu'ils sont le plus souvent en accord avec nos convictions morales intuitives. Au-delà des nombreuses questions étudiées à l'aune des deux principes de justice, comme la liberté de conscience, la désobéissance civile, la justice entre les générations, etc., le cœur de l'argumentation concerne incontestablement la répartition. Dans le cadre d'un État de droit constitutionnel conforme au premier principe, et en laissant ouvert le choix du système économique (socialisme ou économie de propriété privée), Rawls décrit alors les transferts légitimes de richesses qu'autorise le principe de différence.

Dans la dernière partie, Rawls revient sur les questions laissées de côté lors de la construction de la théorie. Est alors définie une « théorie étroite du bien » comme poursuite d'un « projet de vie rationnel ». Mais en réintroduisant une théorie du bien, non déduite de la position originelle, Rawls semble aller contre son projet initial d'une justice procédurale pure. Elle s'avère pourtant absolument nécessaire : d'abord, parce qu'elle lui permet de dresser une liste définitive des biens premiers (les droits, les libertés et les opportunités, ou encore le respect de soi-même) nécessaires à la réalisation de tout projet de vie rationnel ; ensuite, parce que ce n'est que par une évaluation en termes de biens premiers que l'on peut caractériser la situation du plus défavorisé ; enfin, parce que les biens premiers permettent de définir les intérêts et les motivations qui animent les contractants placés sous un voile d'ignorance.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  THÉORIE DE LA JUSTICE, John Rawls  » est également traité dans :

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes participants, Piaget avait […] Lire la suite

ÉGALITÉ

  • Écrit par 
  • Laurence HANSEN-LÖVE
  •  • 1 458 mots

Dans le chapitre « Justice, égalité et différences »  : […] Il existe cependant aujourd'hui un libéralisme de gauche qui tente de dépasser cette antinomie entre une approche formelle et une conception matérialiste et volontariste de l'égalité. Pour John Rawls ( Théorie de la justice , 1971), il est possible d'articuler exigence de liberté et idéal égalitaire. Une société juste est une société telle que les hommes sont tous susceptibles d'en approuver la r […] Lire la suite

JUSTICE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 426 mots

Dans le chapitre « Dire le Juste »  : […] Quelle que soit l’origine de notre notion du Juste, et aussi hypothétique que soit l’idée d’une origine transcendante de cette idée, les hommes n’ont jamais vécu en parfait accord les uns avec les autres. Toutes les sociétés, à des degrés divers, ont été conflictuelles et ont vu leurs membres s’affronter sur de multiples sujets. Sauf à accepter qu’ils règlent leurs conflits par la violence, et à […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Les droits naturels »  : […] Certains penseurs contestent le fait que le critère du bien-être (ou du bonheur) de la collectivité soit le bon critère pour décider des mesures à mettre en œuvre. Ils pensent qu'il existe un critère supérieur, celui de certains droits, considérés comme naturels ou inaliénables − droit à la vie, droit de propriété, par exemple − dont le respect passe avant le bien-être collectif, dans le cas où […] Lire la suite

RAWLS JOHN (1921-2002)

  • Écrit par 
  • Catherine AUDARD
  •  • 863 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la justice »  : […] Le défi normatif que relève Rawls avec son monumental ouvrage Théorie de la justice (1971), est de découvrir les principes de justice que devrait adopter toute société « juste » ou « bien ordonnée », la question institutionnelle venant ensuite. Dans cette quête, l'influence décisive va être celle de l'économie du bien-être ou économie normative ( welfare economics ), selon laquelle seule une redi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-31 mars 1988 France. Annonce de la candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle

Le 23, Raymond Barre s'inquiète de « la théorie de la limitation de la fonction présidentielle » développée par le chef de l'État, mais déclare, le 24, sur Europe 1, que contrairement à Jacques Chirac il ne censurerait pas automatiquement un gouvernement que désignerait François Mitterrand s'il était réélu. Le 25, François Mitterrand dénonce sur Europe 1 « une tentative de mainmise sur l'État » et précise, en faisant allusion à Jacques Chirac et au R. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Samuel FEREY, « THÉORIE DE LA JUSTICE, John Rawls - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-justice/