THÉORIE DE LA CLASSE DE LOISIR, Thorstein VeblenFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La classe de loisir : une institution enracinée dans l'histoire

Théorie de la classe de loisir s'ouvre sur une vaste fresque historique qui permet de définir la « classe de loisir » comme une institution, c'est-à-dire comme un faisceau donné d'habitudes de pensée, inscrites dans le temps et dans l'espace, communes à un ensemble d'individus et qui contraignent les comportements de ces individus, jusqu'à façonner les notions mêmes de rationalité qui servent de référence à chaque époque de l'histoire. « Ce sont les conditions de la vie en société qui poussent les hommes à s'adapter. L'adaptation des façons de penser, c'est le développement même des institutions », écrit Veblen. Ces habitudes de pensée résultent du travail de l'histoire sur les instincts des hommes – de l'histoire ou plutôt des phases historiques : la phase « néolithique », la phase « barbare », la phase « artisanale » et la phase « des machines ». Apparue parallèlement à l'institution de la propriété privée, la « classe de loisir » s'enracine dans la différenciation du travail des hommes et du travail des femmes, puis se développe sous les traits du loisir et de la consommation ostentatoire. Mais tout en conservant des traits « archaïques », héritage de cette phase « barbare » de l'histoire qui l'a vue naître.

À travers cette nouvelle catégorie qu'est la classe de loisir, Veblen construit un cadre d'analyse qui lui permet de montrer en quoi l'évolution des exigences de la production industrielle suppose la mise en place de nouvelles représentations, l'élaboration de nouveaux critères de jugement : de nouvelles « institutions », qui concernent aussi bien les modes vestimentaires féminines que les formes de validation des théories scientifiques élaborées dans les universités.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur du D.E.A. d'épistémologie économique

Classification

Autres références

«  THÉORIE DE LA CLASSE DE LOISIR, Thorstein Veblen  » est également traité dans :

INSTITUTIONNALISME, économie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques GISLAIN
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « L'approche évolutionnaire de l'institution »  : […] En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action […] Lire la suite

VEBLEN THORSTEIN (1857-1929)

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 327 mots

Né aux États-Unis de parents norvégiens immigrés, Thorstein Bunde Veblen a enseigné, après avoir passé un doctorat de philosophie à Yale en 1884, dans plusieurs universités américaines (Chicago, Stanford, Missouri). Sa pensée a subi une triple influence : celle de l'utopie socialiste, celle de l'évolutionnisme (Spencer et Darwin), celle du marxisme enfin, que Veblen rejetait mais dont il devait u […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie L. COT, « THÉORIE DE LA CLASSE DE LOISIR, Thorstein Veblen - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-classe-de-loisir/