THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley JevonsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilité et échange

La Théorie de l'économie politique rassemble les éléments nécessaires à la construction de cette « mécanique de l'utilité et de l'intérêt privé ». Le chapitre introductif présente le caractère mathématique de l'économie qui « traite de quantités », telles que « le plaisir, la peine, l'utilité, la valeur, la monnaie, le capital, etc. ». Le deuxième chapitre, « Théorie du plaisir et de l'effort », explicite les fondements utilitaristes de l'ouvrage : Jevons revendique une filiation avec Jeremy Bentham et envisage de quelle manière on peut « traiter le plaisir et l'effort comme on traite en algèbre les quantités positives et négatives ». Dans le chapitre III, « Théorie de l'utilité », il explique que l'utilité reste « une circonstance des choses » : elle n'existe que dans un rapport aux besoins de l'homme. En opérant une distinction entre « l'utilité totale » et « le degré d'utilité », Jevons formule une « loi générale », celle de l'utilité marginale décroissante : plus la quantité possédée d'un bien augmente, plus l'utilité (la satisfaction) tirée de la dernière unité décroît. La « Théorie de l'échange » (chapitre IV) est alors élaborée dans le cadre d'un marché parfait (« deux ou un plus grand nombre de personnes négociant deux ou un plus grand nombre de produits lorsque les stocks de ces produits et les intentions des coéchangistes sont bien connus de tous »). Il analyse l'échange de deux produits entre deux « corps commerçants » (une collectivité d'acheteurs ou de vendeurs, pouvant toutefois se réduire à un individu) maximisant leur utilité, et met en avant un théorème de l'échange : le rapport des prix reflète le rapport des utilités marginales, c'est-à-dire le rapport entre le supplément de satisfaction procurée par la dernière unité de marchandise obtenue et la perte de satisfaction due à la dernière unité de marchandise offerte en échange.

Les trois derniers chapitres (« Théorie du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley Jevons  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de son père qui a utilisé l […] Lire la suite

JEVONS WILLIAM STANLEY (1835-1882)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 1 501 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des travaux théoriques »  : […] Dans le domaine de la logique, discipline qui a occupé une grande partie de son temps de 1866 à 1876, Jevons acquiert une réputation aussi importante qu'en économie. Ses différents ouvrages –  Logique pure ( Pure Logic , 1863), Les Principes de la science ( The Principles of Science , 1874), Leçons élémentaires de logique ( Elementary Lessons in Logic , 1876) –, qui connurent parfois une import […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe LE GALL, « THÉORIE DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE, William Stanley Jevons - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-economie-politique/