ROUTH THÉORÈME DE

OSCILLATEURS

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN
  •  • 3 002 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Systèmes à plusieurs variables »  : […] n(s) = 0 n'admettra pas de racine positive ou à partie réelle positive. Or, le théorème de Routh permet d'exprimer très généralement qu'un polynôme en s de degré n (n'admettant pas de parité donnée, c'est-à-dire ni pair, ni impair) a toutes ses racines négatives ou à partie réelle négative ; il se traduit par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscillateurs/#i_29194