VIAU THÉOPHILE DE (1590-1626)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le libertin

Il suffit de dégager des légendes l'histoire de sa vie pour comprendre que Viau n'était pas un doctrinaire, et moins encore un chef de secte. Il n'a pas écrit d'ouvrage contre la religion. Il n'a professé son attachement à aucun système philosophique, et il put, sans trop se démentir, adopter vers la fin de sa vie une attitude qu'un croyant de bonne foi devait approuver. On serait donc tenté de croire qu'il se bornait à des boutades, scandaleuses à coup sûr et qui bravaient les croyances les plus respectées, mais dans lesquelles il conviendrait peut-être de faire la part du jeu et de l'outrance. La vérité n'est probablement pas aussi simple.

S'il est vrai que Théophile ne met pas dans ses vers un exposé des théories hétérodoxes qui s'insinuaient alors dans certains milieux, le lecteur le plus dépourvu de parti pris est obligé de reconnaître qu'elles sont à l'arrière-plan de ses œuvres les plus importantes. Il y parle de « ce grand Dieu qui donne l'âme au monde », et cette formule admet à la rigueur une interprétation orthodoxe. Mais il se trouve que Giordano Bruno parlait en des termes semblables de l'Être infini. De même les idées de Théophile sur la nature et la place que l'homme y occupe coïncident avec celles que Vanini venait de développer dans son De admirandis Naturae, reginae deaeque mortalium, arcanis, publié à Paris en 1616.

Quand les commissaires reprochèrent à Théophile d'enseigner « qu'il ne faut recognoistre autre Dieu que la nature », ils ne se trompaient sans doute pas. Comme Vanini, il croyait non à la Providence des chrétiens, mais au Destin, à la matière éternelle, aux éléments que l'âme du monde enferme en des formes éphémères et si l'on hésitait sur la signification matérialiste de cette philosophie, il suffirait, pour fixer la conviction, de citer les vers imprudents où Théophile avertit l'homme qu'il aurait tort de « se flatter d'une divine essence », qu'il est un animal parmi les autres animaux, plus faible seulement et plus exposé qu'aucun autre à tous les fléaux.

Par l'audace des propos tenus dans le cercle de ses amis, par les insinuations qu'il mettait dans ses vers, Théophile a tenu sa place dans l'histoire de la libre pensée au xviie siècle. On note son influence, longtemps après sa mort, dans l'entourage de Gaston d'Orléans. On la constate également dans le monde élégant de Paris. Le plus intime ami de Théophile, Jacques des Barreaux, y prêchait, sans trop se cacher, l'athéisme. À l'époque de la Fronde, c'est dans la ligne de Théophile que se plaçaient ceux qu'on appelait « messieurs du Marais », esprits fins, épicuriens raffinés, qui épouvantaient les conformistes par leurs audaces. Il ne serait même pas tout à fait inexact de relier à la tradition de Théophile le libertinage de la société du Temple, à la fin du siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  VIAU THÉOPHILE DE (1590-1626)  » est également traité dans :

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « De la liberté au dérèglement »  : […] L'histoire du mot se caractérise par des renversements sémantiques, des confusions et contaminations. Étymologiquement, le libertus ou le libertinus est à Rome un affranchi, un ancien esclave qui a reçu sa liberté. Libertinus est un statut social. Le mot désigne aussi plus tard un fils d'affranchi, donc marqué par une infériorité sociale. Un emploi particulier s'impose au Moyen Âge, qui fait du […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « L'athéisme des aristocrates »  : […] Les premières manifestations d'une pensée libertine au xvii e siècle apparaissent aux environs de 1620 dans un milieu très particulier, la jeunesse de la cour. Ces jeunes libertins cherchent le scandale, se moquent des prédicateurs, affectent de ne pas observer la règle du jeûne et de l'abstinence, chantent dans les cabarets des couplets impies et obscènes. À cette date, ils ont un chef de file, […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La poésie »  : […] En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau , naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe , raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractéris […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine ADAM, « VIAU THÉOPHILE DE - (1590-1626) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-de-viau/