BRA THÉOPHILE (1797-1863)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« endroit » d'une carrière

Théophile Bra eut une carrière exemplaire comme sculpteur, réalisant des ambitions professionnelles et intellectuelles que ses origines familiales – une famille de simples artisans-sculpteurs – laissaient peu prévoir. De 1802 à 1807 il fait son apprentissage dans l'atelier de son grand-père et de son père, sculpteurs à Douai. Arrivé à Paris en 1807, il entre dans l'atelier du sculpteur Pierre-Charles Bridan puis, en 1812, s'inscrit à l'École des beaux-arts dans l'atelier du sculpteur Jean-Baptiste Stouf. Il y reçoit une formation technique accomplie qu'il complète simultanément par huit années d'études d'anatomie dans les hôpitaux de Paris. Sa culture littéraire et scientifique est étendue. Il obtient un second grand prix de Rome de sculpture en 1818 et dépend comme ses pairs, des aléas des commandes officielles et des concours. Mais Bra s'est toujours protégé de la commande privée et de la commercialisation de son art, dont les contraintes ne s'accordaient pas avec l'esthétique intellectualiste qu'il adopta vers 1826. Ainsi, pour lui comme pour David d'Angers, la sculpture est avant tout monumentale et publique ; elle naît du tissu social dont elle doit représenter symboliquement les croyances, le progrès et les acteurs principaux. L'histoire pour David d'Angers et, pour Bra, l'histoire et le catholicisme, en sont les thèmes ; le portrait en est le genre artistique privilégié. Le sujet mythologique, le nu féminin, l'art créé pour le musée, la statuette « objet d'art », le bibelot – autant de complaisances sensualistes – ne sont pas des genres d'élection de la sculpture. De là une œuvre volontairement et numériquement restreinte, car seule la commande publique l'engendre, et nécessairement ascétique dans sa thématique et son style.

Artiste en vue à Paris, où il réside jusqu'en 1840, Bra est inclus dans d'importants programmes officiels et privés ; il participe à plusieurs Salons à Paris et à Douai. En 1825, il obtient la commande du monument au duc de Berry destiné à la ville de Lille (bronze, dét [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques de CASO, « BRA THÉOPHILE - (1797-1863) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-bra/