MONOD THÉODORE (1902-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'humaniste

La connaissance et l'amour de la nature ont fait de Théodore Monod un écologiste de la première heure. Militant antinucléaire, antimilitariste, défenseur des droits de l'homme et des animaux, il a combattu sur tous les fronts : pour le respect de toute forme de vie, en particulier contre la souffrance animale, pour la non-violence et pour la paix. Là se rejoignent en lui le croyant, fidèle aux enseignements du Christ, et « l'homme de gauche », luttant pour un progrès social et pour un monde plus juste. Signataire pendant la Guerre d'Algérie du Manifeste des 121, témoin actif de Mai-68, militant au Larzac au côté de Lanza del Vasto, engagé avec l'abbé Pierre auprès des sans-papiers, jeûnant chaque année en souvenir des drames d'Hiroshima et de Nagasaki, il n'a cessé de dénoncer l'injustice, de prêcher le partage et la tolérance.

L'appartenance à la famille des Monod, véritable « dynastie » du protestantisme, et les enseignements de son père, ardent partisan d'un « christianisme social », ont exercé une profonde influence sur la destinée du savant. Marié en 1930 à Olga Pickova, jeune femme juive d'origine tchèque dont il a eu trois enfants, Théodore Monod aura réussi, jusque dans son mariage, à insuffler la profonde originalité de sa personnalité. Que ce soit au service de la science ou de ses propres convictions, il a toujours agi avec l'exigence d'une personnalité forgée par la rigueur et la noblesse de cœur. Sa grande longévité lui a permis de transmettre aux générations suivantes l'ensemble des valeurs qui étaient les siennes. C'est tout autant l'image d'un homme engagé que celle du dernier des naturalistes voyageurs qui lui survit.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONOD THÉODORE (1902-2000)  » est également traité dans :

BRULY BOUABRÉ FRÉDÉRIC (vers 1923-2014)

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 1 185 mots

Frédéric Bruly Bouabré est né vers 1923 à Zéprégühé, petit village de la Côte d'Ivoire (alors une colonie de l'Afrique-Occidentale française) ; il vit et travaille à Abidjan. Comme le dit Bouabré, en Afrique, quand un homme est né, on se contente de savoir qu'il est né, on ne cherche à compter ni les jours, ni les mois, ni les années... L'enfant demande à son oncle Lebato à être scolarisé et il su […] Lire la suite

LHOTE HENRI (1903-1991)

  • Écrit par 
  • Alfred MUZZOLINI
  •  • 1 502 mots

Depuis l'immense succès de son ouvrage populaire, À la découverte des fresques du Tassili (paru en 1958, réédité trois fois, traduit en quinze langues), Henri Lhote symbolise auprès d'un vaste public la recherche en art rupestre saharien. Dès 1850, pourtant, on connaissait l'existence de figurations sur les rochers du Sahara, et quelques premières études de synthèse, très partielles et entachées […] Lire la suite

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 698 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La méthode culturelle »  : […] Les présupposés évolutionnistes . Bien que depuis plus d'un siècle, de nombreux auteurs aient réfuté la doctrine évolutionniste voulant faire partout passer l'humanité de l'étage des « chasseurs » à celui des « pasteurs » et bien qu'une théorie aussi obsolète soit abandonnée par la plupart des anthropologues, il est curieux de constater qu'elle est toujours admise par la majorité des chercheurs e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Isabelle JARRY, « MONOD THÉODORE - (1902-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-monod/