AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre en prose

Le pamphlétaire

La « passion partisane » qui caractérise certains chants des Tragiques apparaît aussi dans l'œuvre en prose. Le Caducée, ou l'Ange de la paix est une attaque contre les « prudents », ses coreligionnaires trop accommodants, sous la régence de Marie de Médicis, avec le pouvoir royal. Il met en valeur la politique noble et intransigeante des « fermes ». Le traité des Devoirs des rois et des sujets date de l'époque de la guerre de Louis XIII contre les protestants, et oppose le bon roi au tyran. La Confession catholique du sieur de Sancy, qui ne fut publiée qu'en 1660, est suscitée par une rancune personnelle d'Agrippa d'Aubigné contre Du Perron. L'ouvrage parodie les abjurations des protestants qui se sont convertis au catholicisme pour obtenir le profit et l'honneur. C'est déjà, pour souligner la dangereuse influence de la politique sur la religion, le ton des Provinciales. Plus savoureuses sont les Aventures du baron de Faeneste, dont deux livres parurent en 1617, le troisième en 1619, et le quatrième en 1630 à Genève, où il fit scandale. Retrouvant la verve de Rabelais, « maître François, auteur excellent », d'Aubigné imagine les « dialogues » d'un gentilhomme poitevin, Enay (qui représente l'auteur lui-même), et d'un aventurier gascon ignorant et poltron, Faeneste, digne héritier du Miles gloriosus de Plaute : être et paraître, deux caractères qui s'opposent dans de véritables scènes de comédie. Par le souci de l'observation exacte, par les étonnantes caricatures des courtisans, par les tableaux de mœurs de la société de son temps et par les anecdotes rustiques du Poitou, d'Aubigné est un authentique précurseur du roman réaliste et du genre burlesque.

L'historien

Dans l'Histoire universelle, son œuvre maîtresse qu'il dédie à la postérité, d'Aubigné s'astreint à l'impartialité que l'on attend d'un ouvrage historique et d'une apologie lucide du protestantisme. Oubliant la fureur de ses jeunes années, il déclare maintenant : « Quand la vérité met le poignard à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Maniérisme et baroque »  : […] Le baroque s’inscrit sous le signe de Circé, pour le goût des métamorphoses, la peinture d’un univers en mouvement, instable jusqu’au vertige, et sous le signe du paon, pour la recherche de l’ostentation. La parole baroque, magistrale, cherche à convaincre et se donne comme discours de vérité, alors que la parole maniériste veut seulement séduire, troubler, semer le doute. Le maniérisme est repr […] Lire la suite

LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'Aubigné - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 826 mots

Les Tragiques parurent en 1616, longtemps après les événements qui les avaient inspirés. L'œuvre était signée d'un simple sigle : L.B.D.D. (« Le Bouc Du Désert »), traduisant bien l'éloignement que ressentait l'auteur, Agrippa d'Aubigné (1552-1630), calviniste ardent, pour le monde où il vivait. Ce long poème, commencé en 1577, conte l'épopée des guerres de religion. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BAILBE, « AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' - (1552-1630) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/