MONK THELONIOUS (1917 env.-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pensée musicale

Tout est déroutant, en effet, dans le jeu et les thèmes de Monk. Ni traits élégants, ni style coulant, ni mélodies charmeuses. La dissonance, le décalage rythmique, la distorsion interne sont le credo de sa nouvelle religion. Tout se fonde sur la discontinuité, la densité du silence. Les effets de surprise rythmiques et harmoniques qui en résultent donnent à son discours une allure chaotique, un déhanchement contestataire. Cela ne l'empêche pas de développer un swing à l'évidence brutale, bien plus construit sur des ponctuations élémentaires que sur la division du temps musical en onduleuses arabesques. Sa main gauche a un style posé que bousculent les caprices de sa main droite. La pensée musicale d'un Monk dépasse de très loin le simple instrument qui en est l'intermédiaire : elle a des prolongements orchestraux. Il choque ou il bouleverse. Il ne plaît pas : il ose. Les sarcasmes fusent quand il s'attaque aux standards les plus éculés. Les plus doucereuses ballades sont, sous ses doigts, dépoussiérées, virilisées. Certes, Monk respecte le cadre des douze mesures du blues, mais il en bouscule l'organisation interne de manière asymétrique.

Soliste fascinant, il est aussi un accompagnateur exigeant du soliste un constant dépassement de lui-même. André Hodeir a su parfaitement décrire le commentaire musical que ce grand pianiste proposait aux autres musiciens : « Exploitant les possibilités spécifiques du piano, il fonde son style d'accompagnateur sur un système de figures sonores isolées ou enchaînées, opposées les unes aux autres par des changements de registre abrupts. Les montagnes qu'il érige et les précipices qu'il creuse ne peuvent évidemment pas passer inaperçus. Monk, pourtant, ne cherche ni à briller à titre individuel ni à faire naître l'impression illusoire d'un accompagnement orchestral. Son but, alors même qu'il tente de se désolidariser du soliste, est de lui conférer une noblesse nouvelle en entourant le discours mélodique d'une aura polyphonique [...]. Les sauts de registre monkiens contestent enfin la suzeraineté du soliste, et, au-delà de cette première libération, ils reconstituent sur la base nouvelle de la discontinuité la trame polyphonique autrefois en honneur dans le jazz [...]. Monk est un grand organisateur d'arrières. Il sait admirablement calculer le poids d'une dissonance et la densité d'une attaque pour les combiner et les projeter ensemble au point précis de l'espace musical où l'impact sera le plus sensible, relativement à une certaine longueur qu'il se propose de donner au son, et surtout à celle du silence qui l'entoure – c'est-à-dire en fonction d'une relation subtile entre l'espace et le temps, dont nul jazzman avant lui, pas même Charlie Parker, n'avait ressenti l'urgente beauté. »

On retrouve ces traits également dans la matière même des thèmes qu'il nous laisse : Blue Monk, 'Round about midnight, Epistrophy, Well you needn't, Crepuscule with Nelly, Criss-cross, Misterioso, Monk's mood, Off minor ou Bright Mississippi. Là comme ailleurs, Monk tord le cou à l'éloquence et aux effets de rhétorique pour aller directement à l'essentiel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONK THELONIOUS (1917 env.-1982)  » est également traité dans :

BE-BOP

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 769 mots

Au début des années 1940, quelques jazzmen, parmi lesquels Charlie Parker, Dizzy Gillespie et Thelonious Monk, se retrouvent lors de jam-sessions à New York. Ils y expérimentent une nouvelle forme de musique improvisée qui modifie profondément la couleur sonore du jazz : le be-bop. Au début des années 1940, à la faveur des jam-sessions* et autres after hours* organisées régulièrement au cabaret Mi […] Lire la suite

COLTRANE JOHN

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 1 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fuite en avant »  : […] William John Coltrane, dit « Trane », naît le 23 septembre 1926, à Hamlet, en Caroline du Nord. Spécialiste des saxophones ténor et soprano, c'est à l'alto qu'il commence de se produire, peu avant sa mobilisation à Hawaii. De retour à la vie civile, il travaille dans des formations de rhythm and blues comme celle de Joe Webb, irremplaçables écoles de véhémence où l'on cultive la ferveur rythmique […] Lire la suite

COLTRANE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 576 mots

23 septembre 1926 John William Coltrane naît à Hamlet, en Caroline du Nord. 1947-1948 Coltrane appartient à divers groupes de rhythm and blues. 1949 Coltrane est engagé comme saxophone ténor dans le grand orchestre de Dizzy Gillespie. 1955-1957 Coltrane appartient au célèbre quintette qui rassemble, autour de la trompette de Miles Davis, Red Garland (piano), Paul Chambers (contrebasse) et Philly J […] Lire la suite

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 11 000 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le renouveau bop (1954-1960) »  : […] En 1954, les Noirs reprennent en main ce qui est, tout de même, leur musique, en faisant retour au bop, un bop moins exubérant, plus décanté, mais peut-être plus violent : les sonorités se durcissent (hard bop), on cultive à nouveau un climat torride. Soucieux d'habiter leur héritage, les jazzmen noirs sollicitent, avec prédilection, l'esprit du blues et du gospel religieux, fort délaissé lors de […] Lire la suite

ROUSE CHARLIE (1924-1988)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 412 mots

Charlie Rouse fait partie de ces excellents musiciens qui, pour n'avoir pas bouleversé les fondements mêmes du jazz, sombrent trop rapidement dans un injuste oubli. On ne vit pas impunément à l'ombre des géants. Surtout quand celui dont il est question s'appelle Thelonious Sphere Monk. Charles Rouse naît à Washington en 1924. Son enfance et les circonstances de son apprentissage de la musique rest […] Lire la suite

TAYLOR CECIL (1929-2018)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 742 mots
  •  • 1 média

Le parcours de Cecil Taylor, qui est parvenu à dépasser les différents stades d’évolution du jazz en surmontant toute nostalgie à leur égard, relève d’une recherche permanente et d’un refus des concessions qui, longtemps, ne lui permit pas de vivre de sa musique. Cecil Taylor naît à Long Island le 25 mars 1929. Après avoir abordé plusieurs disciplines dans sa jeunesse, il suit les cours du conserv […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « MONK THELONIOUS (1917 env.-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thelonious-monk/