THÉÂTRE OCCIDENTALThéâtre et sociétés

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Champs sémantiques et champ social

Le flou qui entoure aujourd'hui encore la notion de théâtralité est significatif. Comprendre le rapport des sociétés aux pratiques spectaculaires implique de renoncer à définir le théâtre par ce qu'il serait hors de tout contexte. En revanche, il paraît plus opportun de considérer que le théâtre appartient à un certain champ sémantique, et de le définir par des critères qui permettraient de le distinguer d'autres objets apparentés à ce champ. Encore convient-il d'inclure dans ce champ sémantique l'ensemble des traits qui concernent la mise en œuvre de l'événement, comme la façon de concevoir le talent et le travail du comédien, les conditions de la représentation, les modes de participation des publics.

Une telle démarche ne nous est pas coutumière qui souligne la dépendance de la notion de théâtralité à l'égard des systèmes de pensée sous-jacents à la conception de la nature de l'Homme et de sa place dans le monde. Il est aussi difficile pour un acteur-danseur non occidentalisé du Kerala de bien comprendre ce que Stanislavski entend par perejivanije – qu'Antoine Vitez traduit par « le revivre » –, que pour un épigone américanisé de l'Actors Studio de saisir les subtilités de la modification de l'image du corps dans l'exercice des représentations imaginaires des divinités de l'hindouisme. Sinologues et japonisants soulignent combien il est difficile de traduire et d'interpréter en chinois et en japonais certains textes théoriques du théâtre européen et euro-américain, en raison même de leurs présupposés philosophiques : dans la tradition chinoise, par exemple, la conception du corps et de l'esprit ne suppose pas la dualité mais la complémentarité. Il ne peut y avoir d'art qui ne soit pas corporel, ni de pratique physique qui n'ait une dimension « spirituelle » et cosmique : « Toute réalité, physique ou mentale, n'étant rien d'autre qu'énergie vitale, l'esprit ne fonctionne pas détaché du corps : il y a une physiologie non seulement de l'émotionnel, mais aussi du mental... comme il y a une spiritualité du corps, un affinement ou une sublimation possible de la matière physique. » (Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, 1997). Lorsque les Japonais s'ouvrirent aux arts européens au temps de la restauration Meiji, ils furent surpris de découvrir une culture qui distinguait nettement l'art de la vie, et mettait en relief les formes achevées plutôt que la « corporéité de l'acte » artistique dont elles étaient l'aboutissement : « Dans l'art traditionnel japonais nombre de valeurs différaient de celles de l'Occident moderne. Particulièrement gei-goto, relatif à la notion d'acte corporel qui lui est essentiel et lui correspond pleinement, et gei-dō qui recouvre divers arts » (Nakamura Yujiro). L'ignorance de l'histoire de la danse au Japon a ainsi nourri les contresens et les approximations qui ont vu le jour dès la fin des années 1950 autour du būto enfanté par Hijikata Tatsumi. Dans ce cas, l'ethnocentrisme était d'autant plus voilé qu'il se dissimulait sous l'évocation des désastres d'Hiroshima et de Nagasaki. Encore que l'Asie ait bénéficié de la part des réformateurs du théâtre et metteurs en scène européens de faveurs et d'une compréhension dont l'Afrique noire a été exclue, comme si les cultures de ce continent touchaient plus que toutes l'extrême de l'aporie que nous évoquions.

Le théâtre, « maquette » de société

« Tous les phénomènes esthétiques sont à quelque degré des phénomènes sociaux », notait Marcel Mauss. Tous les phénomènes spectaculaires – au sens où nous l'entendons – sont des maquettes de société. Ils constituent autant de modèles réduits anthropologiques dont on ne peut rendre compte qu'à la condition de démêler la totalité du contexte dans lequel il a pris naissance. Parfois, l'austérité apparente de ce qui est vu par le spectateur étranger dissimule le buisson ardent de la source. Lorsque les amateurs de la troupe de Chenne, quittant la ville de Luxi, dans l'ouest du Hunan (Chine), pour se produire dans un festival européen, présentent ce que le programme appelle un « opéra-rituel » du xiie siècle de style gaoqiang, que percevons-nous ? Les familiarités apparentes, les appariements trompeurs sont autant de pièges pour l'ethnocentrisme, également à l'œuvre au sein même des cultures. La Phèdre du répertoire classique français n'a-t-elle pas autant d'identités que de metteurs en scène et d'interprètes ? Trouverait-on Shakespeare universel si Britannia dominatrice n'avait eu un empire ? De quels archaïsmes les avant-gardes se font-elles les chantres ? Quelle galaxie de genres, de familles d'esprit, d'innovations et d'inventions cache l'expression « théâtre occidental » qui évoque un cadre canonique quand il faudrait penser un archipel de pratiques mouvantes ?

De l'imitation à la performance

Le champ lexical consacré à ce que nous appelons, faute de mieux, les pratiques humaines spectaculaires organisées est singulièrement pauvre en français. Il n'est pas inutile de rappeler la connotation négative du théâtral dans notre langue, synonyme d'exagération comportementale, d'emphase, d'artificialité, de maniérisme, tandis que comédien est l'épithète réservée au simulateur : « Ne dit-on pas dans le monde qu'un homme est un grand comédien ? On n'entend pas par là qu'il sent, mais au contraire qu'il excelle à simuler, bien qu'il ne sente rien : rôle bien plus difficile que celui de l'acteur, car cet homme a de plus à trouver le discours et deux fonctions à faire, celle du poète et du comédien. Le poète sur la scène peut être plus habile que le comédien dans le monde, mais croit-on que sur la scène l'acteur soit plus profond, soit plus habile à feindre la joie, la tristesse, la sensibilité, l'admiration, la haine, la tendresse, qu'un vieux courtisan ? » (Diderot : Paradoxe sur le comédien). Déjà en grec et en latin de basse époque le mot hypocritês – acteur – avait pris le sens figuré qui a donné notre hypocrite, adopté pour la première fois au xiie siècle par Chrétien de Troyes. Notre mot « spectacle » met l'accent sur l'extériorité et l'extériorisation, dont l'un des effets supposés est précisément la catharsis qui appartient au champ sémantique de l'évacuation, de l'expulsion, et du balayage des ordures aussi bien que de la purification. Jerzy Grotowski a préféré au théâtre et au spectacle le terme performatif forgé à partir de l'acception du substantif anglo-américain performer, du verbe to perform qui signifie réaliser, faire, accomplir. Les arts performatifs forment de la sorte une longue chaîne aux deux extrémités de laquelle se situent pour l'u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VIII, directeur du laboratoire d'ethno-scénologie

Classification

Autres références

«  THÉÂTRE OCCIDENTAL  » est également traité dans :

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La théâtralité

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 4 012 mots
  •  • 1 média

Des expressions telles que « philosophie des sciences », « philosophie de la religion », « philosophie de l'art » sont courantes : elles signifient que l'homme aime à réfléchir sur ses propres activités, comme s'il cherchait à se connaître à travers ce qu'il fait. Il est donc naturel d'envisager aussi une philosophie de cet art qu'est l'art théâtral, rec […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

L'art théâtral a longtemps été considéré par les critiques et les historiens comme une forme particulière, mais non différente en essence, de la création littéraire. En quoi ils suivaient Aristote prononçant que tout ce qui touche à l'organisation du spectacle, quel qu'en soit le pouvoir de séduction, est ce qu'il y a de plus étranger à la […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Le théâtre est d'abord un spectacle, une performance, un travail corporel, un exercice vocal et gestuel, le plus souvent dans un décor particulier. Il est aussi une représentation, autrement dit un moyen esthétique d'offrir au spectateur l'illusion que les corps, les décors, les voix et les gestes sont autre chose que ce qu'il voit directement et que cet ensemble est le simulacre d'une autre réal […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - De la salle de spectacle au monument urbain

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 5 080 mots
  •  • 1 média

De l'ambiguïté des relations qu'entretient l'individu avec la mise en scène du drame découle l'essence même du théâtre. Les sens se bercent d'illusion tandis que la catharsis opère l'osmose des passions et fonde un nouvel ordre de réalités. Les rapports entre l'architecture, la ville et le théâtre ne sont pas moins ambigus : les citadins, rassemblés en public dans un local tota […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 456 mots
  •  • 4 médias

C'est au début des années 1950 que remonte la naissance de ce qu'on est convenu, plus tard, d'appeler le « nouveau théâtre », à l'instar du « nouveau roman » qui avait trouvé sa dénomination, non sans quelque intention publicitaire, un peu auparavant. L'un et l'autre avaient en commun une volonté de rupture avec l'héritage (notamment avec le psychologisme et l'humanisme traditionnels), quelques gr […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 030 mots
  •  • 5 médias

Pour l'historien du théâtre, le xxe siècle se confond avec l'âge d'or de la mise en scène. Elle est née dans les vingt dernières années du siècle précédent. En créant le Théâtre-Libre en mars 1887, André Antoine s'est promu premier metteur en scène moderne et a placé la mise en scène théâtrale au centre de toute problématique de la modernité. Il pouva […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 550 mots
  •  • 7 médias

Depuis ses origines, le théâtre occidental s'est nourri d'apports artistiques dont la synthèse unique contribue à son identité. Dans l'Antiquité, le théâtre grec est un spectacle total. L'expression des tragédies et des comédies anciennes repose alors autant sur la musique et les formes spectaculaires que sur le texte lui-même. À travers le temps, certains c […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 282 mots
  •  • 2 médias

Faut-il se plaindre du fait que la scène théâtrale française, à partir des années 1980, se soit tournée vers ce qu'il est convenu d'appeler le « grand répertoire » ? Faut-il considérer, comme le faisait Jean Jourdheuil (Libération, 29 et 30 mai 1987), que les théâtres actuels sont avant tout « immobiles » et qu'ils répètent plus qu'ils n'innovent ?Outre le fait que les pièces c […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et politique culturelle

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 114 mots
  •  • 1 média

Dès son apparition en Grèce, le théâtre a suscité l'intérêt du pouvoir. Intégré dans le fonctionnement même de la cité athénienne, il fut d'abord un instrument de la démocratie, puis, quelques siècles plus tard à Rome, un moyen de canaliser les ardeurs du peuple et de le distraire de la réalité. Revenu au cœur de la vie urbaine, à l'époque médiévale, il eut partie liée avec l'imaginaire collectif […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'École du spectateur

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 2 534 mots

L'école du spectateur est en passe de devenir un concept clé de la politique culturelle française malgré les difficultés que rencontre sa mise en place. Ce n'est pas le moindre de ses paradoxes. En effet, il n'est pas un établissement culturel qui ne se dote de dispositifs culturels et artistiques en direction des jeunes, des adultes et des élèves. Dans le même temps, la nécessité de l'éducation a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie PRADIER, « THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et sociétés », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-theatre-et-societes/