THÉÂTRE OCCIDENTALL'École du spectateur

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pratique protéiforme

L'école du spectateur se construit à la fois en amont et en aval de la représentation théâtrale. En amont, la préparation peut comporter une visite du lieu théâtral, une rencontre avec les artistes, l'analyse des documents inhérents au spectacle, des recherches sur le contexte historique de la pièce, le décryptage des esthétiques – autant d'initiatives qui visent à procurer aux élèves une meilleure capacité d'ouverture et de réception ; en aval, on propose un débat après le spectacle, des remémorations collectives de la représentation, des analyses critiques et des pratiques artistiques, telles qu'ateliers d'écriture et ateliers-théâtre. En 1996, Dominique Bérody crée l'événement en mettant en place, en partenariat avec les théâtres, six résidences d'auteurs en Bretagne et en Pays-de-Loire afin de créer un répertoire de pièces pour le jeune public, tout en réfléchissant à l'accueil des jeunes spectateurs au C.D.N. de Sartrouville. L'année suivante, Brigitte Lallier-Maisonneuve (théâtre Athénor de Saint-Nazaire) et Dominique Ermine (médiathèque de Guérande) imaginent les valises-théâtre, un choix de livres qui circule dans les écoles. Ce dispositif se développera ensuite sur tout le territoire. Geneviève Lefaure, directrice de l'Espace 600 à Grenoble, résume sur son site l'essence de l'école du spectateur : « On ne naît pas spectateur, on le devient. » Pour ce faire, l'école du spectateur propose aux enfants l'appropriation de l'œuvre artistique, le partage de la représentation et l'analyse critique du spectacle. La rencontre avec les artistes est un moment clé où les enfants peuvent poser des questions et apprendre sans didactisme à se forger une analyse critique. Des ateliers de pratique artistique pérennes ou en relation avec un spectacle enrichissent ces actions. Les formations d'enseignants et de bibliothécaires se font plus nombreuses, tandis que les établissements culturels structurent leurs propositions en relation avec leur programmation : stages, parcours théâtre, répétitions publiques, conférences, se multiplient et concernent bientôt la danse, l'art lyrique, le patrimoine, le théâtre de science, l'art du clown, la marionnette, l'art contemporain, le cinéma, les nouvelles technologies... Dans une perspective voisine, les prix Sony Labou Tansi pour les lycéens ou Collidram pour les collégiens cherchent à faire lire les auteurs contemporains, à les analyser, à les défendre face à d'autres classes, développant ainsi leur connaissance des écritures d'aujourd'hui, leur faculté critique, les techniques d'argumentation et favorisant l'expérience d'une aventure collective. Des résidences d'artistes mises en place au sein même de l'école ont pu déboucher sur des écritures dramatiques ou des spectacles.

Des chartes de l'école du spectateur sont en cours d'élaboration et de signature sur le territoire entre les différents partenaires : D.R.A.C., conseils généraux, mairies, structures culturelles, établissements scolaires. Elles identifient des objectifs communs tels que les échanges entre les équipes artistiques et les publics, les parcours spectacle, le partenariat artiste-enseignant et l'éducation artistique des publics. Elles ne manquent pas également de souligner la nécessité d'une évaluation, non encore modélisée, qui inscrit cette démarche sous le signe néolibéral de la rentabilité.

Si sur le terrain les actions sont de plus en plus nombreuses et concertées, si les structures culturelles se dotent d'artistes-animateurs bien formés et titulaires du diplôme d'État d'enseignement du théâtre, il faut noter également qu'il est nécessaire d'enrayer le relatif échec de la démocratie culturelle et de gagner au théâtre « les non-publics ». En dépit de tous ces efforts, en septembre 2009, François Rancillac note que « seulement 0,55 p. 100 des 11,8 millions de jeunes sont aujourd'hui touchés par le théâtre durant tout leur parcours scolaire ». En outre, le 11 juillet 2009 à Avignon lors de la réunion annuelle de l'A.N.R.A.T., Philippe Meyrieu, décryptant la métamorphose du paradigme pédagogique dans l'éducation, pointait le passage d'une pédagogie collective à des dispositifs individuels de gestion laissant de moins en moins de place à la médiation collective. Pour pallier ce danger, l'école du spectateur devra ne pas devenir, comme po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THÉÂTRE OCCIDENTAL  » est également traité dans :

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La théâtralité

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 4 012 mots
  •  • 1 média

Des expressions telles que « philosophie des sciences », « philosophie de la religion », « philosophie de l'art » sont courantes : elles signifient que l'homme aime à réfléchir sur ses propres activités, comme s'il cherchait à se connaître à travers ce qu'il fait. Il est donc naturel d'envisager aussi une philosophie de cet art qu'est l'art théâtral, rec […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

L'art théâtral a longtemps été considéré par les critiques et les historiens comme une forme particulière, mais non différente en essence, de la création littéraire. En quoi ils suivaient Aristote prononçant que tout ce qui touche à l'organisation du spectacle, quel qu'en soit le pouvoir de séduction, est ce qu'il y a de plus étranger à la […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Le théâtre est d'abord un spectacle, une performance, un travail corporel, un exercice vocal et gestuel, le plus souvent dans un décor particulier. Il est aussi une représentation, autrement dit un moyen esthétique d'offrir au spectateur l'illusion que les corps, les décors, les voix et les gestes sont autre chose que ce qu'il voit directement et que cet ensemble est le simulacre d'une autre réal […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - De la salle de spectacle au monument urbain

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 5 080 mots
  •  • 1 média

De l'ambiguïté des relations qu'entretient l'individu avec la mise en scène du drame découle l'essence même du théâtre. Les sens se bercent d'illusion tandis que la catharsis opère l'osmose des passions et fonde un nouvel ordre de réalités. Les rapports entre l'architecture, la ville et le théâtre ne sont pas moins ambigus : les citadins, rassemblés en public dans un local tota […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 456 mots
  •  • 4 médias

C'est au début des années 1950 que remonte la naissance de ce qu'on est convenu, plus tard, d'appeler le « nouveau théâtre », à l'instar du « nouveau roman » qui avait trouvé sa dénomination, non sans quelque intention publicitaire, un peu auparavant. L'un et l'autre avaient en commun une volonté de rupture avec l'héritage (notamment avec le psychologisme et l'humanisme traditionnels), quelques gr […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 030 mots
  •  • 5 médias

Pour l'historien du théâtre, le xxe siècle se confond avec l'âge d'or de la mise en scène. Elle est née dans les vingt dernières années du siècle précédent. En créant le Théâtre-Libre en mars 1887, André Antoine s'est promu premier metteur en scène moderne et a placé la mise en scène théâtrale au centre de toute problématique de la modernité. Il pouva […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 550 mots
  •  • 7 médias

Depuis ses origines, le théâtre occidental s'est nourri d'apports artistiques dont la synthèse unique contribue à son identité. Dans l'Antiquité, le théâtre grec est un spectacle total. L'expression des tragédies et des comédies anciennes repose alors autant sur la musique et les formes spectaculaires que sur le texte lui-même. À travers le temps, certains c […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 282 mots
  •  • 2 médias

Faut-il se plaindre du fait que la scène théâtrale française, à partir des années 1980, se soit tournée vers ce qu'il est convenu d'appeler le « grand répertoire » ? Faut-il considérer, comme le faisait Jean Jourdheuil (Libération, 29 et 30 mai 1987), que les théâtres actuels sont avant tout « immobiles » et qu'ils répètent plus qu'ils n'innovent ?Outre le fait que les pièces c […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et politique culturelle

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 114 mots
  •  • 1 média

Dès son apparition en Grèce, le théâtre a suscité l'intérêt du pouvoir. Intégré dans le fonctionnement même de la cité athénienne, il fut d'abord un instrument de la démocratie, puis, quelques siècles plus tard à Rome, un moyen de canaliser les ardeurs du peuple et de le distraire de la réalité. Revenu au cœur de la vie urbaine, à l'époque médiévale, il eut partie liée avec l'imaginaire collectif […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et sociétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRADIER
  •  • 9 668 mots

La dynamique des flux et des reflux qui anime la vie des sociétés a orienté le sens, la forme et l'organisation des spectacles qu'elles se donnent, pratiques vivantes autour desquelles la collectivité se retrouve. Religieux ou profanes, politiques ou hédoniques, triviaux ou savants, ces moments à voir et à vivre se sont parfois stabilisés en des savoirs et des codes plus ou moins rigoureux. Ce que […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PAQUET, « THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'École du spectateur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-ecole-du-spectateur/