T.N.S. (Théâtre national de Strasbourg)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est le bâtiment construit entre 1888 et 1892 par les architectes Hartel et Neckelman, pour accueillir les sessions de la Délégation régionale, puis du Parlement d'Alsace-Lorraine en 1911, qui abrite aujourd'hui le seul théâtre national implanté en province. Après la Première Guerre mondiale, le Conservatoire s'installe dans le bâtiment et la salle du Parlement est transformée en salle de concert, jusqu'à sa destruction par un bombardement allié en septembre 1944. Sur son emplacement, l'architecte-scénographe et théoricien Pierre Sonrel construit en 1952 un théâtre de 760 places, en adaptant le concept de la salle à l'italienne. Cette réalisation, qui sera inaugurée sous le nom de Théâtre de comédie en 1957, marque la matérialisation d'un projet culturel régional amorcé depuis 1946.

Dans le contexte de l'après-guerre et pour effacer la germanisation imposée par l'Occupation, des troupes itinérantes participent dans l'est du pays à la réimplantation de la culture et de la langue française. Parmi elles, on retrouve quelques pionniers de la décentralisation comme André Clavé, Léon Chancerel, Louis Ducreux. À l'automme 1946, les municipalités de Colmar, Mulhouse et Strasbourg s'engagent dans la création d'un syndicat intercommunal destiné à la gestion d'un théâtre avec création d'une troupe régionale. Avec le soutien de Jeanne Laurent, sous-directrice des spectacles au secrétariat d'État aux Beaux-Arts, cette structure est promue au rang de Centre dramatique de l'Est (C.D.E.), avant de devenir le premier Centre dramatique national dès 1947, avec pour objectifs des représentations de qualité produites par une troupe stable, et la formation de comédiens. Sous la direction d'André Clavé et en l'absence de lieu adéquat à Strasbourg, le C.D.E. s'installe à Colmar avec un premier spectacle mis en scène par Roland Piétri, le 11 janvier 1947, et ouvre son école d'art dramatique dont la formation est destinée « aux jeunes comédiens qui pourront être appelés à participer à l'effort artistique actuel et futur du C.D.E. ». Cette inti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  T.N.S. (Théâtre national de Strasbourg)  » est également traité dans :

L'ÂGE DES POSSIBLES (P. Ferran)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 542 mots

À première vue, voici un film comme tant d'autres ; un film de jeune, sur les jeunes, encore... À la réflexion, il s'agit d'un joyau dont la singularité se révèle inépuisable. On est loin de tout, et pourtant on se sent chez soi, en terrain familier. On dirait que Pascale Ferran s'est d'abord appliquée à reconnaître les domaines perdus, abandonnés, du cinéma français, avant de se décider à les cu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-des-possibles/#i_87032

CLÉVENOT PHILIPPE (1942-2001)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 772 mots

L'acteur Philippe Clévenot fut l'une des figures les plus représentatives du théâtre contestataire des années 1960-1970, politique et civique, marqué au double sceau de la création collective et de la conquête d'un nouveau public. C'est en applaudissant Jean Vilar et Gérard Philipe que Philippe Clévenot se prend de passion pour le théâtre. Sa mère l'entraîne au cours de Béatrix Dussane, grande fig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-clevenot/#i_87032

ENGEL ANDRÉ (1947- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 928 mots

Philosophe de formation, André Engel abandonne l'enseignement pour rejoindre le Théâtre de l'Espérance de Jean-Pierre Vincent et de Jean Jourdheuil. Il participe à la réalisation de Dans la jungle des villes , de Brecht (1972), puis signe la mise en scène de Don Juan et Faust, de C. D. Grabbe, l'année suivante. En 1975, il collabore au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-engel/#i_87032

GIGNOUX HUBERT (1915-2008)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 844 mots

L'histoire d'Hubert Gignoux, c'est celle des Jean Vilar, Jean Dasté, Roger Planchon. Celle des pionniers de la décentralisation, hérauts d'un « théâtre service public » qui, pour se vouloir populaire, s'est toujours montré d'une exigence et d'une éthique exemplaire. Né à Lyon en 1915, cet acteur, metteur en scène et chef de troupe, s'est engagé très tôt dans le théâtre. Étudiant en droit et en sci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-gignoux/#i_87032

VINCENT JEAN-PIERRE (1942- )

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 1 086 mots

Né à Paris, Jean-Pierre Vincent fait ses débuts avec Patrice Chéreau en participant au groupe théâtral du lycée Louis-le-Grand. Dès 1966 éclate L'Affaire de la rue de Lourcine , un Labiche iconoclaste. Lorsque la municipalité de Sartrouville souhaite s'attacher une troupe permanente, elle fait appel à Chéreau. Jean-Pierre Vincent le suit. L'expérience d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-vincent/#i_87032

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « T.N.S. (Théâtre national de Strasbourg) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-national-de-strasbourg/