FRANÇAIS THÉÂTRE, XVIIIe s.

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les figures du paradoxe »  : […] Si l'Église ne désarme pas, l'engouement pour les acteurs continue de se manifester au travers d'innovations et de polémiques qui traversent tout le siècle. L'imitation de la nature reste le référent obligé, à la fois de l'esthétique théâtrale et de celle de l'art de l'acteur. Mais cette mimésis change de signification : elle se tourne peu à peu vers plus de vérité, de naturalité, d'authenticité. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_2961

LE MARIAGE DE FIGARO (P.-A. de Beaumarchais) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 423 mots
  •  • 1 média

Le Mariage de Figaro , comédie en cinq actes, créée à la Comédie-Française le 27 avril 1784, est sans aucun doute le grand succès théâtral du xviii e  siècle (73 représentations au cours de la seule saison 1784-1785). C'est aussi l'œuvre dramatique la plus profondément novatrice entre la période classique et l'aube du xx e  siècle. De 1781 à 1784, Beaumarchais (1732-1799) dut se débattre dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mariage-de-figaro/#i_2961

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

L'apparition de Beaumarchais dans le théâtre et les lettres françaises de la fin du xviii e siècle relève de la magie. Il touche à tout, fait flèche de tout bois et apporte au théâtre le charme qui s'en est absenté après la mort de Marivaux. Ce séducteur écrit et agit dans un roman qui ne s'embarrasse que rarement du récit et de la rétrospection parce qu'il va son chemin sans s'arrêter longtemps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaumarchais-pierre-augustin-caron-de/#i_2961

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Il y eut les théâtres des boulevards . Tout d'abord au boulevard du Temple, puis, en une constante progression vers l'ouest, du boulevard Saint-Martin à la Madeleine, avec au sud un solide point d'ancrage au Palais-Royal et des têtes de pont lancées vers les boulevards extérieurs (où des théâtres de seconde zone, à Montmartre, à Montparnasse, aux Batignolles, à Grenelle, aux Gobelins, au faubourg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_2961

CHÉNIER MARIE-JOSEPH (1764-1811)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 448 mots

Né à Constantinople deux ans après son frère André, officier de dragons à dix-sept ans, Marie-Joseph de Chénier démissionne assez vite de l'armée pour se consacrer aux Muses. Après quelques pièces sans aucun succès, il remporte un triomphe à la fin de 1789 en faisant jouer un Charles IX où sa plume de patriote dénonce vigoureusement les tyrans. La même faveur du public accueillera son Henri VIII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-joseph-chenier/#i_2961

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La crise du XVIIIe siècle »  : […] Ainsi, au début du xviii e siècle, le prestige du théâtre est à son apogée dans toute l'Europe occidentale et particulièrement en France. L'art dramatique fait désormais partie de la culture officielle et de la vie de société, laquelle commence à constituer un monde clos sur lui-même et qui se mire dans son passé. Si les Comédiens- Italiens, chassés de France par Louis XIV, ont laissé la place à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2961

COMÉDIE-FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 408 mots

Dans le chapitre « « La Maison Molière » »  : […] Si l'acte de fondation de la Comédie-Française date de mars 1804, et fut officialisé par Napoléon depuis Moscou par le décret du 15 octobre 1812, sa création se situe sous le règne du Roi-Soleil. En 1680, Louis XIV, épris de spectacles mais aussi désireux de renforcer les liens entre la culture et l'État, enjoint aux deux dernières troupes parisiennes de comédiens français – celle de l'hôtel de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-francaise/#i_2961

COMÉDIE LARMOYANTE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 128 mots

Genre théâtral du xviii e  siècle, illustré notamment par les quelque quarante pièces en vers de Nivelle de La Chaussée ( Le Préjugé à la mode , 1735 ; Mélanide , 1741 ; L'École des mères , 1744). Ces drames sentimentaux n'avaient pas la prétention d'amuser, mais d'émouvoir et d'attendrir. On y voyait des personnages vertueux appartenant traditionnellement à la bourgeoisie, en proie à des crises d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-larmoyante/#i_2961

COMMEDIA DELL'ARTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 440 mots

Milieu du xvi e  siècle En Italie, des associations de particuliers se forment dans le but de faire du théâtre. Seconde moitié du xvi e  siècle Les troupes de la commedia dell'arte se répandent en Espagne, en France, en Bavière, puis en Angleterre, en Allemagne enfin dans la seconde partie du xvii e  siècle. 1571 Les premiers Gelosi, les comédiens les plus célèbres du temps, sont de passage à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commedia-dell-arte-reperes-chronologiques/#i_2961

CRÉBILLON PROSPER (1674-1762) & CLAUDE PROSPER (1707-1777)

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 882 mots

« Jamais la nature ne fit deux êtres plus voisins et plus dissemblables. » Le jugement est tranché, que Louis Sébastien Mercier, dans le Tableau de Paris , porte sur les deux Crébillon, père et fils, à la veille de la Révolution. Le premier aurait traité son fils du « plus mauvais de ses ouvrages » et le second confié à Mercier qu'il n'avait jamais pu achever la lecture des tragédies de son père. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crebillon-prosper-et-claude-prosper/#i_2961

LA DISPUTE, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 050 mots

S'il est une mise en scène qui a marqué notre époque, c'est bien celle que Patrice Chéreau donna de La Dispute de Marivaux (1688-1763) en 1973. Pour qui assista à cette « fête noire », l'impression fut indélébile. Il faut pourtant revenir au texte de cette pièce en un acte, « la plus subtilement métaphysique de ce théâtre métaphysique » (Georges Poulet). Comment lire, comment représenter aujourd' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dispute/#i_2961

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Le drame bourgeois naît au xviii e siècle du déclin de la tragédie classique. Il vise à la remplacer comme grand genre du théâtre sérieux. L'audience qu'obtiennent ces pièces est à mettre en relation avec l'évolution du public, elle-même liée à celle de la société. Chez les spectateurs, quelle que soit leur naissance, le goût s'embourgeoise. Le genre atteste les qualités de sérieux qui caractéris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_2961

FALBAIRE DE QUINCEY CHARLES GEORGES FENOUILLOT DE (1727-1800)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 201 mots

« Son nom commande le respect », disait Rivarol. Dramaturge honnête, Falbaire est au théâtre un épigone de Diderot qu'il admire fort. Il a essayé, dans le sillage du maître, d'embourgeoiser la tragédie, mais a varié plus que lui les formules dramatiques. Ses pièces, surtout jouées en province, furent beaucoup plus appréciées à l'étranger qu'en France : Paris les bouda. Seuls les Deux Avares , opér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/falbaire-de-quincey-charles-georges-fenouillot-de/#i_2961

FAVART CHARLES-SIMON (1710-1792)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 211 mots

Poète et librettiste français né et mort à Paris, Favart débute dans un style inspiré de Virgile, puis écrit des comédies et des parodies mêlées de vaudevilles, comme Les Jumelles et La Chercheuse d'esprit , données respectivement à la Foire Saint-Germain en 1734 et en 1741. Parmi ses livrets, on peut citer : Bastien et Bastienne (1753), plus tard mis en musique par Mozart ; Les Trois Sultanes , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-simon-favart/#i_2961

LE FILS NATUREL, SUIVI DE ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 182 mots

« Il n'y a plus, à proprement parler, de spectacles publics. Quel rapport entre nos assemblées au théâtre dans les jours les plus nombreux, et celles du peuple d'Athènes ou de Rome ? » Parce qu'il n'y a plus d'assemblée civique, et pour « intéresser » l'homme éclairé du xviii e  siècle, il faut un nouveau genre, plus proche de lui – c'est-à-dire « bourgeois ». Ce genre, qui n'a pas d'emblée de no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fils-naturel-suivi-de-entretiens-sur-le-fils-naturel/#i_2961

FLORIAN JEAN-PIERRE CLARIS DE (1755-1794)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 428 mots

Surtout connu pour ses Fables (1792) qui font de lui un disciple et un imitateur de La Fontaine, plus moralisateur et moins poète. En fait, son œuvre fut en son temps assez riche et variée, même s'il ne s'y trouve point de chef-d'œuvre de premier plan. Né au château de Florian, dans les basses Cévennes, il a même été considéré comme un écrivain languedocien et comme le premier des « félibres ». S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/florian-jean-pierre-claris-de/#i_2961

FRANÇOIS DE NEUFCHÂTEAU NICOLAS comte FRANÇOIS dit (1750-1828)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 503 mots

Avocat puis homme de lettres, encouragé par Voltaire en ces termes : « Il faut bien que l'on me succède, et j'aime en vous mon héritier », François de Neufchâteau est, de 1782 à 1787, procureur général près du conseil supérieur de Cap-Français, à Saint-Domingue. De retour en France, il accueille avec enthousiasme la Révolution. En 1791, il est élu à l'Assemblée législative par le département des V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-neufchateau/#i_2961

LES FAUSSES CONFIDENCES, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 246 mots

Les Fausses Confidences , comédie en trois actes de Marivaux (1688-1763), fut représentée pour la première fois le 16 mars 1737 au Théâtre-Italien. C'est la dernière des « grandes » pièces de l'auteur. À bien des égards, elle représente un aboutissement de l'évolution de son œuvre dramatique vers une forme de comédie en prose marquée par une sorte de réalisme bourgeois. Très souvent reprise dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fausses-confidences/#i_2961

GRESSET JEAN-BAPTISTE LOUIS (1709-1777)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 390 mots

Né à Amiens d'une famille de bonne bourgeoisie, Gresset fait ses études chez les jésuites et entre dans leur ordre à seize ans. Il est envoyé au collège Louis-le-Grand pour y professer, et décrit dans une épître en vers, La Chartreuse (1734), la vie qu'il menait à cette époque. Mais c'est surtout à une sorte de conte poétique, publié la même année, qu'il doit son succès. Ce poème, Vert-Vert, his […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-louis-gresset/#i_2961

HOUDAR DE LA MOTTE ANTOINE LAMOTTE-HOUDAR dit (1672-1731)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 404 mots

Avec Les Originaux ou l'Italien (1693), Houdar de La Motte fait au théâtre des débuts désastreux qui le conduisent à la Trappe. Mais il revient bientôt aux lettres et entame avec succès une nouvelle et double carrière, dramatique et poétique. Ses opéras en particulier, L'Europe galante (1697), Le Triomphe des arts (1700), Sémélé (1709) sont bien accueillis. Ses Odes (1709) sentent, suivant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/houdar-de-la-motte/#i_2961

L'ÎLE DES ESCLAVES, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 419 mots

L'Île des esclaves , comédie en un acte de Marivaux (1688-1763), fut créée au Théâtre-Italien le 5 mars 1725 et connut un réel succès dont témoigne le nombre de représentations qui suivirent la création et celui des reprises au cours du xviii e  siècle. Elle est souvent étudiée et représentée depuis le milieu du xx e  siècle. C'est en effet une œuvre passionnante et « moderne » à bien des égards : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ile-des-esclaves/#i_2961

ITALIENS LES, théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 877 mots

Les comédiens italiens qui, au xvii e et au xviii e siècle, se sont, pendant deux longues périodes, installés en France, ont joué dans l'histoire de notre théâtre un rôle considérable. Dès le dernier tiers du xvi e siècle et tout au long de la première moitié du xvii e , des troupes vont de ville en ville ; certaines d'entre elles (en premier lieu celle de Flaminio Scala, dit Flavio, qui avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-italiens-theatre/#i_2961

LE BARBIER DE SÉVILLE, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 437 mots

Le Barbier de Séville, ou la Précaution inutile fut créé à la Comédie-Française le 23 février 1775 dans une version en cinq actes et connut un échec retentissant. Mais Beaumarchais (1732-1799) sut revoir rapidement sa pièce pour la resserrer en quatre actes. Ce fut alors un triomphe mémorable, et le premier grand succès au théâtre de l'auteur. Le parfum de scandale qui flottait autour de Beaumar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-barbier-de-seville-pierre-augustin-caron-de-beaumarchais/#i_2961

LEMIERRE ANTOINE MARIN (1723 env.-1793)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 564 mots

La date de naissance d'Antoine Lemierre est incertaine : 1721 ? 1723 ? 1733 ? Tous ses biographes répètent qu'il avait « des idées, de l'imagination, de la verve » mais regrettent les cahots de sa versification, la rudesse abrupte de son style. L'un d'eux remarque avec finesse : « Dorat et lui, fondus ensemble, eussent fait un grand poète. » (On pourrait en dire autant de Delille et de Roucher.) L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-marin-lemierre/#i_2961

LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)

  • Écrit par 
  • Roger LAUFER
  •  • 1 280 mots

Dans le chapitre « Un écrivain de métier »  : […] La volonté de vivre honorablement de sa plume situe Lesage parmi ses contemporains entre E. Lenoble, J. B. Mailly, folliculaires gagés qui écrivaient indifféremment d'amour, de politique ou de religion, et Crébillon père, F. Gâcon, A. Danchet, poètes membres de diverses académies, qui pratiquaient les grands genres. Né à Sarzeau (Morbihan) d'une famille de petits officiers royaux, il se fixe à Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-rene-lesage/#i_2961

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_2961

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre : une liberté nouvelle »  : […] Encadré – et gêné – par le système du privilège, qui accordait à la Comédie-Française (ou Théâtre-Français) l a propriété de son répertoire et le droit exclusif de représenter à Paris le théâtre parlé, et a fortiori la tragédie et la haute comédie, et à l’Académie royale de musique celui de représenter le théâtre lyrique et de fixer des limites précises au Théâtre-Italien, le théâtre n’en connut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_2961

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

De tous les auteurs du xviii e  siècle, Marivaux est celui dont l’image est désormais la plus éloignée de celle qu’avaient de lui ses contemporains ou les générations qui l’ont immédiatement suivi. Ce sont les metteurs en scène et les acteurs, tout autant que les critiques, qui ont révélé son œuvre, celle d’un écrivain de génie, à telle enseigne qu’on pourrait le dire notre contemporain. Aux yeux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_2961

MARMONTEL JEAN-FRANÇOIS (1723-1799)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 528 mots

Peut-être le meilleur élève de Voltaire, même s'il n'a pas le génie de son maître. Né d'une famille obscure et pauvre, d'abord instruit par un prêtre, puis par les Jésuites, il écrit à Voltaire, qui lui promet sa protection, et vient à Paris. Ses débuts sont difficiles, il connaît la misère avant la gloire. On est bien renseigné là-dessus par les Mémoires pour servir à l'éducation de ses enfants , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-marmontel/#i_2961

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Le mélodrame est un genre décrié. Sa réputation a été grande et René Charles Guilbert de Pixérécourt (1773-1844), le « Corneille du mélodrame », gagnait, à produire des mélodrames, plus de 25 000 francs par an. Somme énorme. De nos jours, le mélodrame « est victime d'un reproche majeur et général : il est populaire, boulevardier, vulgaire ; c'est la tragédie du pauvre ou le drame du pauvre », écr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/#i_2961

MERCIER LOUIS SÉBASTIEN (1740-1814)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 877 mots

Écrivain fécond, dont la nature bouillante et les idées audacieuses font parfois penser à Diderot. À vingt ans, Louis Sébastien Mercier débute dans la littérature par des Héroïdes , mais ne réussit pas et en conçoit un dédain amer pour la poésie. Le roman, le drame sont les genres littéraires qu'il prônera. Le drame, par son mépris des règles d'Aristote, lui convient. Il publie Du théâtre ou essa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-sebastien-mercier/#i_2961

OPÉRA-COMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 587 mots
  •  • 1 média

Le vocabulaire français étant le seul à avoir adopté l'expression « opéra-comique » pour désigner une forme de théâtre lyrique où les dialogues parlés alternent avec les scènes chantées, ce terme devrait s'appliquer à des œuvres aussi différentes que Fidelio , de Beethoven, et Carmen , de Bizet. En fait, la grande période de l'opéra-comique français proprement dit est la seconde moitié du xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-comique/#i_2961

PROVERBE DRAMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 869 mots

Plutôt qu'un genre littéraire, le proverbe est, à l'origine, un divertissement de salon dont la naissance a été favorisée par la brillante vie mondaine de la fin du règne de Louis XIII. C'est « une scène en plusieurs scènes qu'on écrivait ou que souvent on improvisait entre soi sur un simple canevas et qui renfermait un petit secret [...]. Le secret était le mot même du proverbe (par exemple : Sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbe-dramatique/#i_2961

SEDAINE MICHEL JEAN (1719-1797)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 467 mots

Aîné d'une famille de sept enfants, Sedaine ne compte parmi ses ascendants que travailleurs, maîtres maçons, menuisiers ou serruriers. Son père, entrepreneur des Bâtiments du roi, se ruine et meurt de chagrin, le laissant chef de famille. Pour vivre, il se fait maçon ; Diderot nous dit que son ami « a gâché le plâtre et coupé la pierre trente-cinq ans de sa vie » et Sedaine lui-même se présente à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-jean-sedaine/#i_2961

LES SERMENTS INDISCRETS (mise en scène C. Rauck)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 914 mots

Les Serments indiscrets est une comédie de Marivaux restée trop longtemps mal aimée. Écrite en 1731 pour la troupe de la Comédie-Française, elle ne fut créée par cette dernière qu'une année plus tard. Boudée par le public, décriée par la critique, la pièce disparaît bientôt de l'affiche. Hormis une brève reprise par Talma le 30 août 1792, elle devra attendre le 17 avril 1956 pour retrouver le pla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-serments-indiscrets/#i_2961

TALMA FRANÇOIS-JOSEPH (1763-1826)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 458 mots

Personnage d'une société en transition, François-Joseph Talma est comédien du roi avant d'être comédien de la Révolution ; bon serviteur de l'Empire, il lui survivra, vedette de la société restaurée. Il avait travaillé à Londres en compagnie d'acteurs anglais qui ne reconnaissaient pas le style de jeu et de diction à la française adopté par l'Europe d'alors. Lorsque les romantiques eurent balayé l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-joseph-talma/#i_2961

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Du siècle des Lumières à l'ère industrielle »  : […] Dans toute l'Europe, le théâtre compte désormais parmi les lieux d'élection où se célèbrent les rites de l'esprit de société. Néanmoins, en ce temps où le mouvement des idées commande l'évolution conjuguée des mœurs et des formes littéraires, la création dramatique reste en retrait par rapport, en particulier, à l'essor du roman. En France, le fait caractéristique est la décomposition de la tragéd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_2961

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dramaturgie face à la naissance d'un nouveau genre théâtral »  : […] Les réflexions sur le théâtre contemporaines de la naissance du drame, genre nouveau que Diderot, son créateur, situe dans l'intervalle existant entre la tragédie et la comédie, ne présentent pas l'apparente cohérence de la dramaturgie classique. À partir du milieu du xviii e  siècle, l'esthétique théâtrale est repensée à travers des théories hétérogènes, qui se révèlent parfois en décalage avec l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_2961

TURCARET (A.-R. Lesage)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 834 mots

La seconde partie du xvii e  siècle et le début du xviii e  siècle marquent un moment de crise des valeurs. Tout s'achète, tout se vend, et tout doit aller très vite dans un monde – le Paris de 1708 – où, avant tout, on échange des biens, où l'on joue et où l'on consomme frénétiquement. En montant le Turcaret d'Alain-René Lesage (MC93 de Bobigny), il n'était pas question, pour Gérard Desarthe e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turcaret/#i_2961

VAUDEVILLE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 952 mots

A l'origine, au xv e  siècle, le vaudeville, ou vaudevire, du nom du lieu où il a pris naissance, est une chanson gaie et maligne. Jusqu'à la fin du xviii e  siècle, moment où il se fond avec le courant de la chanson française, le vaudeville se présente sous deux aspects : un aspect satirique inspiré des anecdotes et des événements de l'actualité (les troubles de la Fronde, par exemple), un aspect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudeville/#i_2961

VOLTAIRE

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 5 181 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formes du militantisme philosophique »  : […] Il est inexact de distinguer un Voltaire écrivain pratiquant les grands genres et un Voltaire philosophe militant, utilisant les genres secondaires ou les inventant pour en découdre avec ses ennemis. Voltaire a fréquenté dès sa jeunesse la société libertine du Temple. Son apprentissage philosophique fut très tôt achevé, comme le prouvent La Henriade qui chante la tolérance civile et les irrévéren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voltaire/#i_2961