ESPAGNOL THÉÂTRE

ALBERTI MERELLO RAFAEL (1902-1999)

  • Écrit par 
  • Robert MARRAST
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Ses premières sources d'inspiration »  : […] Le besoin inné chez les Espagnols d'opposer l'une à l'autre deux personnalités avait dicté à un critique cette définition, immédiatement et trop longuement adoptée : Lorca, le Gitan (car il chantait l'Andalousie de Grenade, l'ivresse dionysiaque du monde grenadin) et Alberti l' Andalou (car son Andalousie était celle des rivages atlantiques, moins violen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rafael-alberti-merello/#i_86725

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

« Acte » ou « pièce » pour la fête du Saint-Sacrement, l'auto sacramental est une des originalités du théâtre espagnol à son âge d'or. Liée à la réforme interne du catholicisme plutôt qu'à sa lutte contre le protestantisme (la défense de l'orthodoxie contre les sacramentaires n'y a presque aucune place), la floraison du genre illustre bien l'insertion du théâtre dans une vie sociale tout imprégné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_86725

BENAVENTE JACINTO (1866-1954)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 926 mots

Dramaturge espagnol. Jacinto Benavente fut le principal représentant de la comédie bourgeoise, qui triompha sur la scène avant l'apparition des productions poétiques d'un Valle-Inclán ou d'un García Lorca. Des dialogues brillants, mélange de cynisme et d'humour, et l'habileté de la construction dramatique caractérisent son théâtre, dégagé de la grandiloquence d'un Echegaray. Témoin des mœurs cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacinto-benavente/#i_86725

BERGAMÍN JOSÉ (1895-1983)

  • Écrit par 
  • Florence DELAY
  •  • 1 177 mots

« Un oui, un non, une ligne droite, une fin » : ce dit nietzschéen qui inspira l'objectif d'affirmation et de négation de sa revue Cruz y raya peut aussi définir la vie de José Bergamín. Si l'être « bergamasque » des années trente se posait comme un être de foi en trois personnes : « foi en l'art, foi dans le jeu, foi en Dieu », avec la guerre d'Espagne s'en impose une quatr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-bergamin/#i_86725

BUERO VALLEJO ANTONIO (1916-2000)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 760 mots

Né le 29 septembre 1916, à Guadalajara, membre de la Real Academia Española (1971), lauréat du prix Cervantès (1986), Antonio Buero Vallejo fut l'auteur dramatique le plus représentatif du théâtre, en Espagne, dans la seconde moitié du xx e  siècle. On peut le considérer comme le chef de file de la « génération réaliste » (A. Sastre, J. M. Rodrigu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-buero-vallejo/#i_86725

BURLA, littérature

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 514 mots

Le terme espagnol burla désigne aussi bien la moquerie que la tromperie. Sur le plan littéraire, il est employé pour caractériser de façon large toute la matière facétieuse issue de la mise en œuvre de ces deux ressorts, matière longtemps indispensable pour la structuration d'une intrigue, hors des domaines nobles de la comédie héroïque et de la fiction idéaliste. Il s'agit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burla-litterature/#i_86725

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Calderón est le plus grand des dramaturges espagnols  : ses origines, son expérience et sa culture rendent compte des idées, des sentiments, des thèmes et des sujets qu'il expose et développe dans cent vingt comédies, quatre-vingts autos sacramentales et quelques intermèdes. Sa souche paysanne et castillane fait de lui un parvenu, soucieux de ne le paraître pas et, pourtant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-calderon-de-la-barca/#i_86725

CAÑIZARES JOSÉ DE (1676-1750)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 80 mots

Auteur dramatique espagnol, Cañizares compte parmi les écrivains les plus distingués de son époque. Censeur officiel des comedias , il subit l'influence conjointe de Calderón et de Góngora, mit en scène Thérèse d'Ávila et Jean de la Croix dans À qui mieux mieux, confessée et confesseur ( A cual mejor, confesada y confesor ) et adap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-de-canizares/#i_86725

CASONA ALEJANDRO RODRIGUEZ ALVAREZ dit ALEJANDRO (1903-1965)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 632 mots

Dramaturge espagnol. Né dans un village des Asturies, il tire son pseudonyme de la maison ( casona ) de son enfance. Instituteur dans le val d'Aran, il découvre la valeur pédagogique de la poésie et du théâtre. Sous la II e République, il est directeur du théâtre des Misiones pedagógicas qui, à l'instar de La Barraca, animée par Federico García Lorca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casona-alejandro-rodriguez-alvarez-dit-alejandro/#i_86725

CASTRO GUILLÉN DE (1569-1631)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 186 mots

De famille noble, Guillén de Castro y Bellvís fit tout d'abord une carrière militaire et civile à Valence et en Italie, avant de se fixer à Madrid où il fut en relation avec les plus illustres écrivains. Après avoir fait partie du groupe des dramaturges valenciens, il subit l'influence de Lope de Vega. Le succès de sa pièce Les Enfances du Cid ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillen-de-castro/#i_86725

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] À partir de 1975, et durant une dizaine d'années, en Catalogne, comme ailleurs, le théâtre indépendant se professionnalise ; des compagnies disparaissent, d'autres voient le jour (Teatre lliure, 1976). Pour le théâtre de texte, la période 1975-1985 marque une véritable traversée du désert. De 1986 à 1998, de nouveaux auteurs font leur apparition. Des textes de Benet i Jornet (né en 1940), Ramon G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalogne/#i_86725

LA CÉLESTINE (F. de Rojas) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 920 mots

La Tragi-comédie de Calixte et Mélibée , publiée en 1502, est l'édition définitive de l'œuvre couramment appelée la Célestine , en vingt et un actes. Cinq actes avaient été ajoutés à la première édition intitulée Comédie de Calixte et Mélibée, publiée en 1499 à Burgos, qui n'en comptait que seize. À l'exception du premier acte, do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-celestine-f-de-rojas/#i_86725

CÉLESTINE LA

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON, 
  • Universalis
  •  • 1 656 mots

Par le mystère de son anonymat, par sa genèse qui laisse apparaître des strates successives, par son succès populaire, La Célestine présente le cas typique du chef-d'œuvre étrange qui intrigue les érudits sans perdre auprès de son public sa force et sa verdeur. Souvent imitée en Espagne depuis Feliciano de Silva ( Seconde Comédie de Célestine , 1534) jus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-celestine/#i_86725

CERVANTÈS MIGUEL DE (1547-1616)

  • Écrit par 
  • Jean CANAVAGGIO
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'appel des muses »  : […] La poésie de Cervantès a été éclipsée par sa prose. Pourtant sa vocation de poète ne s'est jamais démentie, pas même au cours des années pendant lesquelles il a paru renoncer à ses premières ambitions. Nombre de ses compositions, répandues par des copies manuscrites ou publiées anonymement dans des recueils collectifs, sont aujourd'hui perdues ou, à tout le moins, impossibles à identifier. Demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-de-cervantes/#i_86725

CERVANTÈS, 450 ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 462 mots

En 1997, l'Espagne a célébré avec éclat le quatre cent cinquantième anniversaire de la naissance de Miguel de Cervantès, le 29 septembre (?) 1547, à Alcalá de Henares (Castille). Une exposition, dans cette ville, a évoqué « Cervantès et le monde cervantin dans l'imagination romantique ». La vénération des Espagnols pour leur « évangile » a donné lieu à une manifestation originale : la lecture pub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cervantes-450-ans-apres/#i_86725

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « Le Cid du théâtre et de la légende »  : […] Dès le début du xvii e  siècle, l'Espagne recueille sa foi, ses croyances et sa culture dans le creuset de la comedia, un nouveau genre littéraire. Le romancero du Cid fournit maints sujets aux dramaturges, sûrs à l'avance de gagner ainsi la ferveur du peuple et ses applaudissements. Lope de Vega, créateur de la nouvelle for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cid-le/#i_86725

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans la première moitié du xvi e  siècle, la vie espagnole est toute d'émerveillement devant les mystères de la nature intérieure dévoilée par Pétrarque et les pétrarquistes, et aussi devant les mondes nouveaux révélés par Christophe Colomb et les explorateurs. C'est donc le temps où prédomine la poésie lyrique. Dans la seconde moitié du siècle, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_86725

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des formes populaires »  : […] En effet, de l'Empire romain au Moyen Âge européen, ce sont les formes populaires du jeu comique qui fleurissent partout, avec une continuité remarquable, au détriment du théâtre écrit. Si, dans les écoles, on a continué à lire Plaute et Térence, voire à composer des comédies latines, la renaissance du théâtre comique va se faire au Moyen Âge à travers la satire, la farce et l'allégorie, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_86725

COMÉDIE DE CAPE ET D'ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 362 mots

Genre dramatique fidèlement adapté de la comedia de capa y espada espagnole qui a connu, de 1640 environ à 1656, une grande vogue en France. Les auteurs français — d'Ouville, l'initiateur du genre ( L'Esprit folet , La Dame suivante ), Scarron ( Jodelet ou le Valet maître , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-de-cape-et-d-epee/#i_86725

COMÉDIES BARBARES, Ramón del Valle-Inclán - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 839 mots

Après la publication des quatre Sonates (1902-1905), encore dans l'esthétique du modernisme, Ramón del Valle-Inclán (1866-1936) fait paraître les romans de La Guerre carliste (1908-1909) et les Comédies barbares , qui évoquent, dans un style plus réaliste, des aspects de l'époque historique contemporaine. Trois drames en prose c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedies-barbares/#i_86725

CRUZ RAMÓN DE LA (1731-1794)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 374 mots

C'est en adaptant des comédies de Calderón au goût musical de l'époque que Ramón de la Cruz fait ses débuts dans la littérature ; il traduit Molière, Racine, Shakespeare, qu'il fut le premier à transposer en espagnol ( Hamlet , 1772). S'attachant à ce qui est authentiquement espagnol et populaire, il cultive la saynète, genre déjà brillamment représenté par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-de-la-cruz/#i_86725

CUEVA JUAN DE LA (1550?-? 1610)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 407 mots

Poète et dramaturge espagnol né à Séville, qui, en 1577, après un séjour au Mexique, revint définitivement en Espagne. Le lyrisme de Juan de la Cueva est d'abord marqué par l'influence de Pétrarque dont il se détourne ensuite ( Flores de varia poesía , Coro de romances historiales ). L'allégorie et le genre épique lui inspirent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-la-cueva/#i_86725

DON JUAN TENORIO, José Zorrilla - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 869 mots

Représenté pour la première fois à Madrid, en 1844, Don Juan Tenorio de José Zorrilla (1817-1893) est vite devenu, dans le monde hispanique, une œuvre extrêmement célèbre. Ce drame « religieux et fantastique » fut longtemps joué chaque année, à l'occasion de la fête des morts. Plus que de Tirso de Molina ( L'Abuseur de Séville , 1625) ou de Zamora ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan-tenorio/#i_86725

ECHEGARAY JOSÉ (1832-1916)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 458 mots

Ingénieur, économiste, ministre des Finances, le dramaturge espagnol José Echegaray connaît une carrière sociale brillante. En 1904, il partage le prix Nobel de littérature avec Frédéric Mistral. Mais le lauréat est honni par les jeunes écrivains. À l'époque où le réalisme prédomine dans le roman, son théâtre s'appuie sur le romantisme le plus échevelé. Passions adultères, cas de conscience, duel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-echegaray/#i_86725

ÉGLOGUE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 117 mots

Court poème pastoral, généralement de forme dialoguée, l'églogue exalte les joies de la vie champêtre et de la société des bergers, loin des corruptions aliénantes de la civilisation. En espagnol, le terme a subi une évolution particulière : il désigne généralement une petite pièce théâtrale, dont les personnages sont naturellement des bergers, mais dont le genre, plus éloigné de la convention pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglogue/#i_86725

ENCINA JUAN DEL (1469-1529)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Poète, compositeur et auteur dramatique, Juan del Encina est le premier dramaturge important dans l'histoire du théâtre espagnol, dont il est souvent appelé le patriarche. Il fait ses études à Salamanque, où il remplira par la suite la charge du maître de chapelle de la cathédrale. En 1492, il entre au service du second duc d'Albe comme poète, musicien et dramaturge attaché à la maison. Il se rend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-del-encina/#i_86725

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'hybridité créatrice »  : […] Au cœur des années 2000 et au début des années 2010, les lettres hispaniques semblent assumer plus que jamais une certaine forme d'hybridité créatrice, jouant sur la porosité et la variété des genres, l'instabilité et l'éclatement de l'instance narrative, et adoptant très souvent le ton du pastiche et de la parodie ; elles réaffirment et prolongent en quelque sorte des tendances propres à cette éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_86725

FUENTEOVEJUNA, Felix Lope de Vega - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 812 mots

Comme Peribañez et le Commandeur d'Ocaña (1614), ou Le Meilleur Alcade, c'est le roi (1635), deux pièces composées par le grand dramaturge espagnol Felix Lope de Vega Carpio (1562-1635), Fuenteovejuna est un drame de commandeurs. Écrite vers 1612-1614 vraisemblablement, cette pièce de théâtre, l'une des plus célèbres des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fuenteovejuna/#i_86725

GARCIA RODRIGO (1964- )

  • Écrit par 
  • Delphine JAUNASSE
  •  • 1 122 mots

Rodrigo Garcia est né à Buenos Aires (Argentine) en 1964. Bien que vivement controversée, l'œuvre de ce metteur en scène, auteur, vidéaste et scénographe qui s’est établi à Madrid en 1986 connaît un succès incontestable en Europe, et notamment en France. Ainsi, au cours de l'année 2003, il a créé Jardinage humain au Théâtre national de Bretagne, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodrigo-garcia/#i_86725

GARCÍA GUTIÉRREZ ANTONIO (1813-1884)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 213 mots

Poète et dramaturge romantique espagnol. Son drame Le Trouvère ( El Trovador , 1836) fut l'un des plus éclatants succès du siècle. Dans cette œuvre de jeunesse, pleine de passion, de dynamisme et de lyrisme, García Gutiérrez met en scène les amours infortunées du trouvère Manrique et de la belle Leonor ; l'opéra de Verdi Il Trovatore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-garcia-gutierrez/#i_86725

GARCÍA LORCA FEDERICO (1898-1936)

  • Écrit par 
  • Marie LAFFRANQUE
  •  • 3 362 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art, chaîne de solidarité spirituelle »  : […] Lorca donne pour fin dernière à l'art, sous toutes ses formes, de rétablir une continuité explicite et expressive entre l'homme et la vie universelle, entre les hommes d'un même temps, entre ceux d'aujourd'hui et ceux qui les ont précédés d'âge en âge. Il prend place lui-même au cœur de ce réseau de « solidarité spirituelle ». Ainsi, leur nature même l'exige, sa poésie et son théâtre plongent déli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-garcia-lorca/#i_86725

GOROSTIZA MANUEL EDUARDO DE (1789-1851)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 313 mots

Poète, auteur dramatique mexicain de parents espagnols, Manuel Eduardo de Gorostiza participe à la guerre d'Indépendance de 1808 à 1812. Libéral exalté, il fréquente les célèbres réunions politiques et littéraires des cafés La Fontana de oro et La Cruz de Malta . Il publie ses premières poésies dans la Crónica científica y literaria […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-eduardo-de-gorostiza/#i_86725

HERNÁNDEZ MIGUEL (1910-1942)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire ZIMMERMANN
  •  • 1 411 mots

Dans le chapitre « Du chevrier au poète »  : […] Miguel Hernández naît le 10 octobre 1910 à Orihuela (province d'Alicante), d'une famille de pauvres chevriers. Il fréquente le collège entre neuf et treize ans et demi, puis devient berger à son tour, sans cesser pour autant de se nourrir de poésie espagnole (saint Jean de la Croix, Garcilaso, Góngora, Antonio Machado...) ou française (Verlaine, Paul Valéry...). Miguel commence à écrire des poèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-hernandez/#i_86725

JOVELLANOS GASPAR MELCHOR DE (1744-1811)

  • Écrit par 
  • Florence DELAY
  •  • 1 538 mots

Dans le chapitre « La carrière d'un Espagnol éclairé »  : […] Asturien, comme le père Feijóo dont il prit la relève, Gaspar Melchor de Jovellanos naquit à Gijón, d'une famille noble mais modeste qui le destina aux ordres. Il perdit vite ses illusions sur l'enseignement dispensé par les universités. Sur le point de recevoir la tonsure, il opta pour le droit. À vingt-quatre ans, nommé procureur à Séville, il se présenta au tribunal sans perruque, sur le consei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspar-melchor-de-jovellanos/#i_86725

L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de Molina - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 894 mots

Publiée en 1630, cette comedia, l'une des plus célèbres du théâtre espagnol du Siècle d'or, fut probablement composée avant 1620. L'attribution à Tirso de Molina (1580 env.-1648) demeure aujourd'hui encore incertaine. L'Abuseur de Séville s'inspire d'anciennes légendes et poèmes populaires, où apparaissent les motifs de l'insulte faite à une tête de mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-abuseur-de-seville/#i_86725

LARRA MARIANO JOSÉ DE (1809-1837)

  • Écrit par 
  • Jean-René AYMES
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « Explorations littéraires »  : […] Paradoxalement, c'est la censure gouvernementale, non pas implacable mais arbitraire, qui, obligeant à la ruse, permet à Larra d'exercer avec brio son ironie. Artiste du langage, il est tout à la fois pionnier et fossoyeur. Il rompt avec les conventions du style journalistique en amalgamant de multiples procédés d'expression : dialogues impromptus, aphorismes, boutades, apartés, digressions... Pur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mariano-jose-de-larra/#i_86725

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_86725

LOPE DE RUEDA (1510?-1565)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 730 mots

Avec Juan de la Cueva, Lope de Rueda est l'un des principaux représentants du théâtre espagnol antérieur à Lope de Vega. On connaît mal sa vie. Né à Séville vers 1510, il devint à la fois acteur et auteur dramatique après avoir exercé le métier de « batteur d'or » ( batihoja ). La petite troupe qu'il dirige et avec laquelle il parcourt l'Espagne en jouant ses propres pièces o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lope-de-rueda/#i_86725

LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 1 992 mots

Pour Cellorigo, observateur lucide du déclin de son pays, les Espagnols du début du xvii e  siècle semblent vivre sous l'effet d'un charme. Cette société, en particulier celle du frivole microcosme madrilène, trouve en Lope de Vega l'enchanteur qui, dans le miroir de la comedia , ordonne les mirages glorieux du public des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lope-de-vega-carpio/#i_86725

MARTÍNEZ DE LA ROSA FRANCISCO (1787-1862)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 530 mots

S'il joua, dans l'Espagne de son temps, un rôle prépondérant en littérature et en politique, sa fidélité obstinée à la norme du juste milieu empêcha Martínez de La Rosa d'affirmer profondément, dans l'un ou l'autre domaine, sa personnalité. Martínez de La Rosa eut une existence mouvementée. Très jeune il enseigne la philosophie à l'université. Lors de la guerre de l'Indépendance, il se rend en Ang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-martinez-de-la-rosa/#i_86725

MIRA DE AMESCUA ANTONIO (1574?-1644)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 373 mots

Dramaturge espagnol né à Guadix (province de Grenade), Mira de Amescua est ordonné prêtre en 1610. En 1616 il accompagne le duc de Lemos à Naples, puis est chapelain à Grenade. Il néglige sa vocation ecclésiastique au profit de sa vocation littéraire. Chapelain à Madrid il fréquente Góngora, Lope de Vega, Tirso de Molina. Sa réputation est grande. Il meurt à Guadix où il avait obtenu une place d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-mira-de-amescua/#i_86725

MORATÍN LEANDRO FERNÁNDEZ DE (1760-1828)

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 572 mots

Poète des toros , auteur de quelques comédies et réformateur du théâtre de son pays, Nicolas Moratín (1737-1780) laissera moins de souvenir dans la littérature espagnole que son fils Leandro qu'on appelle souvent Moratín le Jeune pour le distinguer de son père. Leandro fait d'abord un modeste apprentissage de bijoutier auprès du joaillier de la reine Isabelle ; il exerce ensu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leandro-fernandez-de-moratin/#i_86725

QUIÑONES DE BENAVENTE LUIS (1593?-1651)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 536 mots

Né à Tolède, Quiñones de Benavente abandonne vers 1640, au terme d'une carrière féconde, le monde du théâtre, dont il était l'une des figures majeures, pour se faire prêtre. Son nom reste pourtant attaché au Género Chico, genre théâtral qui, loin d'être mineur, jouait un rôle essentiel dans les corrales du xvii e siècle. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-quinones-de-benavente/#i_86725

RIVAS ÁNGEL DE SAAVEDRA duc de (1791-1865)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 448 mots

Poète et auteur dramatique espagnol. Ángel de Saavedra connut une existence mouvementée. Nommé officier de la garde du roi après avoir été élevé au séminaire des nobles de Madrid, il se distingue au cours de la guerre de l'Indépendance (1808) ; condamné à mort par Ferdinand VII à cause de ses idées libérales, il réussit à s'enfuir et reste exilé pendant dix ans en Angleterre, en Italie, à Malte, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angel-de-rivas/#i_86725

ROJAS Y ZORRILLA FRANCISCO DE (1607-1648)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 449 mots

L'un des principaux dramaturges de l'époque de Calderón. Plusieurs de ses pièces furent jouées au palais royal. Rojas y Zorrilla a écrit quelque soixante-dix comedias et une quinzaine d' autos sacramentales dont El Rico Avariento ( Le Riche Avare ) et La Viña de Nabot ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-de-rojas-y-zorrilla/#i_86725

RUIZ DE ALARCÓN JUAN (1580 env.-1639)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 490 mots

Dans l'histoire de la comedia espagnole au Siècle d'or, Ruiz de Alarcón fait partie, avec Guillén de Castro, Mira de Amescua, Vélez de Guevara et Tirso de Molina, de ce qu'on a appelé le cycle dramatique de Lope de Vega. Un esprit nouveau l'inspire cependant, fait de sobriété, de sens pratique, de scepticisme, d'ironie, et marqué par une philosophie morale un peu désabusée. O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-ruiz-de-alarcon/#i_86725

SASTRE ALFONSO (1926- )

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 625 mots

Dramaturge espagnol, Alfonso Sastre compose, avec Antonio Buero Vallejo, Alfonso Paso, Lauro Olmo, J. M. Recuerda, Antonio Gala, la génération du réalisme social des années 1950. Son théâtre, marqué par l'influence de Sartre, Camus, O'Neill, Peter Weiss..., présente des situations où l'individu se trouve affronté à un destin tragique. En 1945, Sastre fonde avec quelques amis une troupe théâtrale q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfonso-sastre/#i_86725

SAYNÈTE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 152 mots

Petite pièce théâtrale comique, qui présente d'ordinaire des types populaires, la saynète est un exemple frappant des rapports entre la table et la littérature : tout comme la farce , la satire , l' entremés (qui est à rapprocher du terme « entremets », mais qui signifie « intermède »). Le terme de sainete dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saynete/#i_86725

SIÈCLE D'OR (mise en scène C. Schiaretti)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 971 mots

Commencé en 1556 avec l'accession au trône de Philippe II qui hérite de son père Charles Quint un immense empire, le Siècle d'or espagnol s'achève en 1659 quand s'affirme la prédominance française en Europe. Il constitue l'une des périodes les plus importantes et les plus riches de l'histoire de la scène occidentale. Représenté à ciel ouvert sur des tréteaux dressés dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siecle-d-or-mise-en-scene-c-schiaretti/#i_86725

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « La « comedia » »  : […] Dans le théâtre de l'Espagne se conjuguent la veine épique des romances , l'inspiration mystique, un réalisme à saveur de terroir et un lyrisme souvent précieux (« cultiste ») mais toujours spontané. Le terme de comedia s'applique à toute composition dramatique nouant une intrigue complexe. Cette dramaturgie ignore la distinction des genres. Elle emprunt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_86725

TIMONEDA JOAN (1518?-1583)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 645 mots

Né à Valence, ce tanneur, devenu libraire vers 1547, se fait connaître à partir de 1553 en éditant ses œuvres ou celles de ses amis. À sa mort, il jouit d'une confortable aisance dont témoigne son testament. Cette biographie embourgeoisée et sa culture d'autodidacte boulimique ont pu conduire certains historiens à le qualifier d'« honnête boutiquier » ou de « vulgarisateur de profession » (H. Méri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-timoneda/#i_86725

TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648)

  • Écrit par 
  • Pierre GUENOUN
  •  • 1 717 mots

Peu d'œuvres de la littérature d'Occident ont eu la fortune de L'Abuseur de Séville et l'invité de pierre ( El Burlador de Sevilla y convidado de piedra ), le premier Don Juan. Passé à l'état de mythe, ce qui n'est pas courant pour la création particulière d'un pays, d'un siècle et d'un homme, ce premier don Juan est resté pratiquem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tirso-de-molina/#i_86725

TORRES NAHARRO BARTOLOMÉ DE (1482?-? 1531)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 608 mots

Né en Estrémadoure, soldat en Italie, serviteur à la cour de Léon X, Torres Naharro écrit et joue, pour le public cosmopolite de Rome, des pièces de théâtre créées le plus souvent au gré des circonstances. Il semble avoir regagné l'Espagne vers 1520, après un séjour à Naples. Les lacunes de la biographie rendent hasardeuse la relation entre le désenchantement d'une partie de son œuvre et les désil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartolome-de-torres-naharro/#i_86725

VALLE-INCLÁN RAMÓN DEL (1866-1936)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 448 mots

Dans le chapitre « « Devant la grille du jardin le char des comédiens attend... » »  : […] La première époque de Valle-Inclán, au théâtre, est celle des pièces épiques ou lyriques : El Marqués de Bradomín (1907), Cris de geste ( Voces de gesta , 1912). Ce sont encore des personnages et des paysages de Galice que représentent les très belles et sauvages Comedias bárbaras  : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-del-valle-inclan/#i_86725

VÉLEZ DE GUEVARA LUIS (1579-1644)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 477 mots

Écrivain espagnol, né à Ecija (Séville). Vélez de Guevara fut d'abord soldat en Italie ; de retour à Madrid, il se met au service de divers grands seigneurs et devient huissier de la Chambre du roi. Son œuvre dramatique s'inscrit dans le cycle de Lope de Vega. Les principales qualités qu'on lui reconnaît sont le sens du lyrisme populaire, la force et la vérité des personnages qu'il met en scène, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-velez-de-guevara/#i_86725

VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 187 mots

Comparé à Aristophane, surnommé le « Plaute portugais », qualifié de « Shakespeare immature », Vicente, dont l'œuvre fut écrite tantôt en espagnol, tantôt en portugais, est avec Torres Naharro le plus grand dramaturge de la Renaissance dans la péninsule Ibérique. La pureté et l'intensité de son lyrisme, la vivacité de son esprit satirique, son art de l'allégorie et du symbole, tels sont les aspec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/#i_86725

LA VIE EST UN SONGE, Pedro Calderón de la Barca - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 881 mots
  •  • 1 média

Chef-d'œuvre du théâtre universel, La vie est un songe , de Pedro Calderón de la Barca, fut écrit en 1634-1635 , sous le règne de Philippe IV, et publié à Madrid, en 1636. Les éléments esthétiques de la culture baroque, dont cette comedia est un témoignage éclatant, expliquent la structure de la pièce : la double intrigue, l'ornementation, les décors, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-est-un-songe/#i_86725

ZAMORA ANTONIO DE (1664 env.-1728)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 161 mots

Auteur dramatique espagnol, Antonio de Zamora vécut sous le règne du dernier monarque de la maison d'Autriche (Charles II). Il occupe une situation charnière dans la tradition dramatique caldéronienne, qu'il prolonge par ses arrangements des pièces du maître baroque, tout en annonçant le renouveau qui sera l'œuvre de Ramón de la Cruz. Parmi ses pièces ( Comedias nuevas , 1722 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-de-zamora/#i_86725

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de la zarzuela : une musique au service du théâtre »  : […] Depuis ses origines, le théâtre espagnol associe la musique au texte littéraire. Bartolomé de Torres Naharro (1485 ?-1524 ?) et Lope de Rueda (1510 env.-1565) sont souvent considérés comme les premiers auteurs comiques espagnols. Torres Naharro semble être le premier à écrire des comédies dans la forme qui allait devenir classique et trouver son épanouissement avec Lope de Vega ; ses pièces sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_86725

ZORRILLA JOSÉ (1817-1893)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 692 mots

Dans ses Souvenirs du temps passé ( Recuerdos del tiempo viejo , 1880-1883), Zorrilla rapporte plusieurs anecdotes de son existence besogneuse et mouvementée. Un poème qu'il lit sur la tombe de Larra (1837) lui acquiert d'emblée la célébrité. À Madrid, il écrit dans les journaux, publie des recueils poétiques, fait représenter plusieurs drames. Il se ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-zorrilla/#i_86725


Affichage 

Cervantès

photographie

Miguel de Cervantès (1547 -1616), écrivain espagnol, auteur de Don Quichotte de la Manche 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Federico García Lorca

photographie

Poète et dramaturge de renommée internationale, l'Espagnol Federico García Lorca (1898-1936) fut fusillé par les franquistes au début de la guerre civile 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Cervantès
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Federico García Lorca
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie