BOULEVARD THÉÂTRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déformation de la réalité

Dans la longue histoire du théâtre de boulevard, les modes, les esthétiques, très diverses, ont souvent changé. Un point commun cependant les rassemble : le faux-semblant.

C'est un théâtre qui ne doit à aucun prix déranger, ni choquer. Le public n'y trouve qu'un divertissement facile, une émotion complice au spectacle de passions inoffensives, comme aseptisées par l'adhésion commune à une morale conventionnelle. Aussi, le plus souvent, lorsque le rideau s'est baissé sur cette scène, il ne s'est rien passé, la pièce n'a pas compté, la crise n'a pas eu lieu. Rien n'a été changé.

Ce goût de l'illusion, cette fuite devant la réalité étaient en quelque sorte normaux, innocents, dans le premier Boulevard, celui de la féerie et du mélodrame, des vaudevilles à couplets, des pantomimes, des farces, des parodies. Il était l'essence même du théâtre. Mais lorsque, plus tard, le Boulevard a voulu copier la réalité, lorsqu'il s'est fait réaliste et psychologique, la nécessité du faux-semblant l'a obligé à bien des distorsions. Il a, peu à peu, mis au point un « effet d'éloignement » qui ne doit certes rien à Bertolt Brecht : c'est un déplacement plus ou moins subtil, une « mise à côté » des hommes et des choses, qui, les rendant légèrement faux, leur retire tout danger.

Les moyens de ce déplacement sont divers : longtemps, le Boulevard a tiré parti des prétentions aristocratiques de la bourgeoisie (d'où les nombreux personnages à particule du théâtre de Scribe et de Dumas fils) ; puis il s'est servi de la richesse, de l'élégance qui projettent le spectacle dans un univers un peu irréel, l'idéalisent, et qui provoquent chez le spectateur une agréable identification avec un monde qui, socialement, le domine. Les mots d'auteur, la frivolité, la fausse légèreté servent aussi cet effet d'éloignement, ainsi que le pittoresque géographique : les rois sont toujours balkaniques, et les milliardaires, sud-américains. Les exemples de ces déplacements seraient innombrables.

Le Boulevard actuel a, bien évidemment, lui aussi ses méthodes de déformation : il grossit exagé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOULEVARD THÉÂTRE DE  » est également traité dans :

ANOUILH JEAN (1910-1987)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ÉNARD
  •  • 1 472 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers un théâtre politique ? »  : […] Ce pessimisme explique sans doute les prises de position politiques de Jean Anouilh. Avec le temps, son théâtre devient de plus en plus militant. Pauvre Bitos est un brillant réquisitoire contre les procès faits aux collaborateurs après la Libération. Le thème obsède au demeurant l'auteur qui y revient à plusieurs reprises pour la plus grande satisfaction d'un public qui se sent mauvaise conscien […] Lire la suite

AUGIER ÉMILE (1820-1889)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 382 mots

Représentant avec Dumas fils de la comédie sérieuse, Émile Augier est de ceux qui analysent avec lucidité les mœurs de leur époque. Après avoir passé son baccalauréat en philosophie, il entre chez un avoué mais sent que sa vocation est ailleurs. Admirateur et disciple de François Ponsard, partisan de « l'école du bon sens » en réaction contre le drame romantique, il écrit une première pièce en ver […] Lire la suite

BATAILLE HENRY (1872-1922)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 561 mots

Poète et dramaturge, né à Nîmes, fils de Léopold Bataille, un austère magistrat du Second Empire, Henry Bataille vient faire ses études à Paris. Il croit d'abord se sentir une vocation de peintre et fréquente l'académie Jullian. Mais, féru de théâtre, il écrit un drame fortement inspiré par le romantisme dont Sully Prudhomme a fait l'éloge. Cependant, après l'échec de la première pièce qu'il a fai […] Lire la suite

BECQUE HENRI FRANÇOIS (1837-1899)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 421 mots

Auteur dramatique français qui passe pour être à la fois le dernier des dramaturges de l'ancienne école et le premier des écrivains naturalistes au théâtre, l'un des pères du Théâtre-Libre. Successivement employé dans les bureaux du Chemin de fer du Nord, à la chancellerie de la Légion d'honneur, commis d'agent de change, Becque débute à l'Opéra avec le livret de Sardanapale (1867). Il écrit ensu […] Lire la suite

BERNARD PAUL dit TRISTAN (1866-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ÉNARD
  •  • 387 mots

Ami de Jules Renard, d'Alphonse Allais, de Courteline, de Lucien et Sacha Guitry, Tristan Bernard fait partie de ces figures qui ont marqué la vie parisienne durant toute la première moitié du xx e siècle. Plus que par son œuvre, qui a remporté cependant un grand succès en son temps, il est connu par ses bons mots. On ne relit sans doute plus guère Tristan Bernard, mais il n'est pas un dictionnai […] Lire la suite

BERNSTEIN HENRY (1876-1953)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 387 mots

Auteur dramatique français, fils d'un banquier israélite, Henry Bernstein connut un très vif succès dans la décennie qui précéda la Première Guerre mondiale. Découvert par Antoine, directeur du Théâtre-Libre, il débute avec une comédie : Le Marché (1905). Avec beaucoup de brutalité et une puissance d'effets qui est de toute évidence l'objet premier de sa recherche, il peint des drames sommaires o […] Lire la suite

BOURDET ÉDOUARD (1887-1945)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 388 mots

Auteur dramatique français, Édouard Bourdet fait ses débuts, en 1910, avec Le Rubicon . Mais pas plus cette pièce que L'Homme enchaîné (1923) ne connaissent le succès. La Prisonnière (1926) aborde un sujet difficile, la souffrance d'une femme damnée, et l'auteur le traite avec beaucoup d'habileté et l'audace qu'il s'est permise dans le choix du thème est pleinement acceptée par un très large pub […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge bourgeois »  : […] Avec l'avènement progressif de la bourgeoisie au xix e siècle, les problèmes de la comédie vont se trouver posés en termes nouveaux. À la nouvelle classe prédominante le théâtre va proposer des images où elle puisse se reconnaître sans s'effaroucher et trouver un divertissement qui ne mette pas en cause sa vision du monde. Le formalisme littéraire du postclassicisme cède la place, par degrés, à […] Lire la suite

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Augier et Dumas fils »  : […] Au xix e  siècle, le substrat social du genre ne cessant de se consolider, maintes œuvres, sous d'autres étiquettes, continuent à répondre à la définition du drame bourgeois. De Hugo à Montherlant le théâtre à sujets historiques exprime une volonté de poésie. Parallèlement se perpétue une tradition de pièces à idées, sur des problèmes familiaux, professionnels, sociaux... Le Gendre de Monsieur Po […] Lire la suite

DUMAS ALEXANDRE, dit DUMAS FILS (1824-1895)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 322 mots

Un des fondateurs de la pièce à thèse, c'est-à-dire d'un drame bourgeois réaliste mettant en scène quelque problème social et suggérant des solutions, Dumas fils, enfant illégitime d'Alexandre Dumas père, avait hérité de ce dernier, mais dans un genre totalement différent, une grande fécondité littéraire. Son premier succès fut un roman, La Dame aux camélias (1848), adapté pour la scène en 1852 ; […] Lire la suite

FEYDEAU GEORGES (1862-1921)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 617 mots

Fils du romancier Ernest Feydeau, Georges Feydeau prend la relève de Labiche et porte à sa perfection le vaudeville. Il est pris très tôt par le démon d'écrire et, dès la fin de ses études, il entre dans une double carrière mondaine et théâtrale. Il écrit d'abord des monologues que des acteurs célèbres récitent dans les salons, et deux courtes pièces en un acte représentées à l'Athénée ( Amour et […] Lire la suite

GUITRY SACHA (1885-1957)

  • Écrit par 
  • Noël SIMSOLO
  •  • 1 321 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le roi du théâtre »  : […] Les succès à la scène s'accumulent au fil des années. Infatigable, Sacha Guitry signera cent trente-neuf pièces au cours de son existence. Qu'elles soient courtes ou longues, qu'elles se présentent comme des comédies musicales ou comme des drames, des revues historiques ou des opéras-bouffes, elles s'assimilent généralement au théâtre de boulevard ; mais, derrière les apparences futiles de toutes […] Lire la suite

HALÉVY LUDOVIC (1834-1908)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 398 mots

Au sortir du collège, Ludovic Halévy, fils de l'écrivain Léon Halévy (1802-1883), entre dans l'administration. Tout en remplissant ses fonctions, il commence à écrire pour le théâtre des livrets d'opérettes. Après avoir donné au théâtre des Bouffes-Parisiens, sous le pseudonyme de Jules Servières, des opérettes en un acte ( Une pleine eau et Madame Papillon ), il fait jouer des œuvres sous son pr […] Lire la suite

LABICHE EUGÈNE (1815-1888)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 742 mots

Successeur direct de Scribe dans la tradition du vaudeville et dans les faveurs du public parisien, Eugène Labiche a régné en maître sur le théâtre comique durant le second Empire. Cette célébrité ne déteint pas sur sa vie (« trop heureuse pour que [sa] biographie soit intéressante », dit-il lui-même), où le succès ne s'est pas fait attendre : « Je n'ai eu qu'à tirer le cordon pour entrer. » Issu […] Lire la suite

MAILLAN JACQUELINE (1923-1992)

  • Écrit par 
  • Pierre MARCABRU
  •  • 495 mots

Née à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), Jacqueline Maillan, après la Libération, vient à Paris et s'inscrit au cours Simon. Elle suivra ensuite la dure école du cabaret qui, de Jean Poiret à Michel Serrault, en passant par Jacques Dufilho, a formé tant de comédiens éblouissants. Quittant L'Amiral , elle sera membre de la compagnie Georges-Vitaly, où elle affirmera sans complexe son humeur et son s […] Lire la suite

MEILHAC HENRI (1831-1897)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 408 mots

Après des études à Louis-le-Grand, Henri Meilhac est employé dans une librairie. Il acquiert vite une réputation d'humoriste doué d'un esprit caustique et d'une imagination quelque peu fantasque, grâce à des dessins et articles parus au Journal pour rire où il collabore de 1852 à 1855 sous le pseudonyme de Talin. En 1855, il débute au théâtre en faisant représenter au Palais-Royal deux vaudeville […] Lire la suite

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Dans le chapitre « Mélodrame et Révolution »  : […] Le début de la Révolution de 1789 marque la naissance du mélodrame, comme si l'intervention de l'histoire dans la vie concrète des hommes de la rue et le droit nouveau du tiers état aux privilèges de la culture étendaient le champ d'action du théâtre. En effet, les premières œuvres datent de 1790-1791 (Olympe de Gouges, Le Couvent, ou les Vœux forcés , 1790 ; Lemierre d'Argy, Calas, ou le Fanatis […] Lire la suite

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 879 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pantomime romantique »  : […] Vers 1800, on appelle mimes tous les imitateurs quels qu'ils soient. Un danseur simulant une action sur une musique donnée est un mime. Les spectacles et les scènes à figuration nombreuse que donne le Cirque-Olympique et dans lesquels l'équitation constitue le principal intérêt prennent le nom de pantomimes équestres. Un décret napoléonien de 1807 réglementa l'activité et l'exploitation des théâtr […] Lire la suite

MONDY PIERRE (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 237 mots

Pierre Mondy, de son vrai nom Pierre Cucq, est né le 10 février 1925 à Neuilly-sur-Seine. Après s'être inscrit au cours Simon en 1946, il commence (avec un petit rôle dans Rendez-vous de juillet , de Jacques Becker) une carrière prolifique tournée aussi bien vers le théâtre et le cinéma que, par la suite, vers la télévision. Au cinéma, on le voit surtout dans des comédies bien françaises ( Mais où […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-27 novembre 2015 • France • Attentats terroristes à Paris et Saint-Denis.

Le 13, Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) sont le théâtre d’attentats meurtriers simultanés commis par trois groupes d’hommes. Un premier groupe intervient à partir de 21 h 20 près du Stade de France à Saint-Denis, où se déroule un match amical de football entre la France et l’Allemagne [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel ZERKI, « BOULEVARD THÉÂTRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/