BOULEVARD THÉÂTRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thèmes dominants

L'argent, le bourgeois, le parvenu

Le Boulevard ne pouvait ignorer l'argent ; il lui était soumis. Il se devait aussi de faire une large place, sur sa scène, aux commerçants, petits ou gros, aux bourgeois, aux rentiers : ils étaient ses clients...

Le petit commerçant, on l'y trouve installé dès l'origine. Déjà, les théâtres de la foire mettaient volontiers en scène des boutiquiers en leurs échoppes. En 1767, une farce parodique de Taconet obtient un certain succès au théâtre de Nicolet. C'est La Mort du bœuf gras, où l'on entend boucher, bouchère, commis et chevillards s'exprimer en alexandrins. En 1780, aux Variétés-Amusantes, l'un des plus grands succès de l'époque est une petite parade, un peu simplette, de Dorvigny : Janot, ou Les battus paient l'amende, qui met en scène deux commerçants et leur commis, Janot, qui a malencontreusement perdu les quelques sous qu'on lui a confiés. Tout cela n'est pas encore bien sérieux. Mais, en 1796, c'est le triomphe, au théâtre de l'Émulation, de Madame Angot, ou la Poissarde parvenue, de Maillot (quatre-vingts ans plus tard, Lecocq en fera une opérette).

Pour la première fois, le Boulevard s'intéresse vraiment à l'argent et à ses conséquences sociales – dans un style encore très fruste, très grossier – et Mme Angot, jouée en travesti par le comédien Corsse, installe sur scène un personnage clé de ce théâtre, le nouveau riche, le parvenu, qui connaîtra une très nombreuse descendance.

Dès lors, le bourgeois de théâtre s'enrichit rapidement. On n'en est plus aux quelques sous perdus par Janot. Chez Eugène Scribe, sous la Restauration, il étale, rehaussé de patronymes aristocratiques, son opulence dans les salons dorés de ses belles propriétés. Dans ce théâtre, presque toujours, « la scène se passe au château »...

Et l'argent, parfois très explicitement, règne en maître sur le théâtre. C'est le manque d'argent qui empêche les mariages heureux, à moins que, par un renversement assez hypocrite, ce soit, comme dans Ceinture dorée d'Émile Augier, le trop d'argent qui fait obstacle au bonheur. C'est d'argent que parleront également tour à tour Dumas fils, Becque, Hervieu, Lavedan, Donnay, Mirbeau, Bataille, Bernstein et Bourdet.

Labiche en fait l'un des plus puissants ressorts de son théâtre. Qu'est-ce qui fait courir les personnages de Labiche ? Une dot bien ronde ou un bel héritage, une cagnotte, trente-sept sous ou trente millions (Monsieur Montaudoin ou Gladiator). C'est l'intérêt, c'est l'argent qui les mène, de Maman Sabouleux – le paysan déguisé en nourrice – à L'Avare en gants jaunes et à ce Criqueville de La Chasse aux corbeaux, qui, ruiné, renonce à se suicider pour reconquérir sa fortune à force de flatteries.

Le personnage type de Labiche, c'est le commerçant retiré, le rentier, le nouveau riche, qui, comme dans La Poudre aux yeux, peut se présenter ainsi au public : « Robert, marchand de bois venu à Paris avec douze sous dans sa poche, donne cent mille francs de dot à son neveu... »

Cette fierté, cette assurance du parvenu est nouvelle au théâtre. Mme Angot était un personnage grotesque ; et si elle eut tant de succès, c'est que son auteur y vilipendait les nouveaux riches. Soixante ans plus tard, Augier, auteur habile et ambigu, marque la transition. Son M. Poirier, son Roussel (Ceinture dorée, 1854) ont encore quelque mauvaise conscience. Leur argent sent encore un peu mauvais, mais ils revendiquent une richesse qu'ils ne doivent qu'à eux-mêmes et on sent que le public leur est déjà acquis.

Quelques années plus tard, le parvenu a envahi tout le théâtre de boulevard. Mais, parfaitement intégré, il ne se remarque plus. Sous les oripeaux pseudo-historiques de Sardou, derrière les personnages de bon ton de Dumas fils, c'est un bourgeois parvenu qui bien souvent se dissimule ; les mots d'auteur de Flers et Caillavet, de Capus, de Lavedan ne font qu'habiller le conformisme de sa pensée ; et lorsqu'il décide de se montrer au grand jour, c'est sans honte, comme Mme Sans-Gêne.

Après 1918, après 1945, on a cherché à plaire à de nouvelles vagues de nouveaux riches. On a modifié le décor : le salon, la garçonnière, puis la résidence secondaire ont remplacé le château ; et de nouveaux personnages sont venus rejoindre les souverains, les ministres, les banquiers, au Gotha du Boulevard...

L'amour, le mariage, l'adultère

Avec l'argent, et conditionné par l'argent, on trouve bien entendu, l'amour...

Le Boulevard partage l'amour en deux catégories bien distinctes : l'amour-sentiment, souvent très désincarné, du drame, du mélodrame, de la féerie et de la comédie de mœurs ; et l'amour physique, dont on ne parle pas ouvertement, mais auquel on fait de fréquentes allusions dans la comédie légère. C'est le règne du clin d'œil égrillard, du sous-entendu. Le public, de connivence, trouve son plaisir à ce jeu de cache-cache.

Pourtant, le Boulevard, en digne fils de la société bourgeoise, est plutôt pudibond. Même dans le genre douteux du vaudeville grivois (très florissant au début du xixe siècle), les allusions libertines sont très discrètes. Porto-Riche, en 1891, fit scandale quand, dans Amoureuse, il osa parler sur scène d'amour charnel. Et, de nos jours encore, le Boulevard préférera toujours à la vérité toute nue la dissimulation de la fausse pudeur.

Les auteurs de Boulevard reprennent tout d'abord l'héritage de la comédie classique : c'est-à-dire qu'ils font de l'amour contrarié de deux jeunes gens l'un de leurs ressorts dramatiques les plus utilisés. Ce schéma inusable est celui du mélodrame et de la féerie, c'est celui des vaudevilles de Scribe et de beaucoup de pièces de Labiche. Au dénouement, tout s'arrange : les obstacles disparaissent, le jeune homme fait un héritage, et tout finit par un mariage.

L'idée de mariage amène fatalement, au Boulevard, celle d'adultère. Moins vite cependant qu'on ne pourrait croire. Il y a bien entendu des adultères chez Labiche (Le Prix Martin, Célimare le Bien-Aimé, La Station Champbaudet, Le Plus Heureux des trois, Doit-on le dire...), mais cela ne saurait tirer à conséquence : ils sont de pure convention.

Dans les genres sérieux, drame, comédie de mœurs, les femmes du Boulevard restent longtemps fidèles. En 1864, Alexandre Dumas fils met en scène un « ami des femmes » qui se sacrifie pour que celle qu'il convoite retrouve l'amour de son mari. La morale, après quelques larmes, quelques attendrissements, reste sauve. La Froufrou de Meilhac et Halévy (1869), elle, a succombé. (Non sans raison d'ailleurs : elle avait été mal mariée.) Elle en sera cruellement punie, et seule la mort lavera son péché.

Mais l'idée d'adultère – au théâtre, si ce n'est dans les mœurs – fait de souterrains progrès. Deux pièces qui n'appartiennent pas tout à fait au théâtre de boulevard vont scandaliser : La Parisienne, de Becque, en 1885, et surtout, six ans plus tard, Amoureuse, de Porto-Riche, qui, très gravement, met en scène une femme infidèle que son mari pardonne et qu'il reprend.

Nous [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOULEVARD THÉÂTRE DE  » est également traité dans :

ANOUILH JEAN (1910-1987)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ÉNARD
  •  • 1 472 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers un théâtre politique ? »  : […] Ce pessimisme explique sans doute les prises de position politiques de Jean Anouilh. Avec le temps, son théâtre devient de plus en plus militant. Pauvre Bitos est un brillant réquisitoire contre les procès faits aux collaborateurs après la Libération. Le thème obsède au demeurant l'auteur qui y revient à plusieurs reprises pour la plus grande satisfaction d'un public qui se sent mauvaise conscien […] Lire la suite

AUGIER ÉMILE (1820-1889)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 382 mots

Représentant avec Dumas fils de la comédie sérieuse, Émile Augier est de ceux qui analysent avec lucidité les mœurs de leur époque. Après avoir passé son baccalauréat en philosophie, il entre chez un avoué mais sent que sa vocation est ailleurs. Admirateur et disciple de François Ponsard, partisan de « l'école du bon sens » en réaction contre le drame romantique, il écrit une première pièce en ver […] Lire la suite

BATAILLE HENRY (1872-1922)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 561 mots

Poète et dramaturge, né à Nîmes, fils de Léopold Bataille, un austère magistrat du Second Empire, Henry Bataille vient faire ses études à Paris. Il croit d'abord se sentir une vocation de peintre et fréquente l'académie Jullian. Mais, féru de théâtre, il écrit un drame fortement inspiré par le romantisme dont Sully Prudhomme a fait l'éloge. Cependant, après l'échec de la première pièce qu'il a fai […] Lire la suite

BECQUE HENRI FRANÇOIS (1837-1899)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 421 mots

Auteur dramatique français qui passe pour être à la fois le dernier des dramaturges de l'ancienne école et le premier des écrivains naturalistes au théâtre, l'un des pères du Théâtre-Libre. Successivement employé dans les bureaux du Chemin de fer du Nord, à la chancellerie de la Légion d'honneur, commis d'agent de change, Becque débute à l'Opéra avec le livret de Sardanapale (1867). Il écrit ensu […] Lire la suite

BERNARD PAUL dit TRISTAN (1866-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ÉNARD
  •  • 387 mots

Ami de Jules Renard, d'Alphonse Allais, de Courteline, de Lucien et Sacha Guitry, Tristan Bernard fait partie de ces figures qui ont marqué la vie parisienne durant toute la première moitié du xx e siècle. Plus que par son œuvre, qui a remporté cependant un grand succès en son temps, il est connu par ses bons mots. On ne relit sans doute plus guère Tristan Bernard, mais il n'est pas un dictionnai […] Lire la suite

BERNSTEIN HENRY (1876-1953)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 387 mots

Auteur dramatique français, fils d'un banquier israélite, Henry Bernstein connut un très vif succès dans la décennie qui précéda la Première Guerre mondiale. Découvert par Antoine, directeur du Théâtre-Libre, il débute avec une comédie : Le Marché (1905). Avec beaucoup de brutalité et une puissance d'effets qui est de toute évidence l'objet premier de sa recherche, il peint des drames sommaires o […] Lire la suite

BOURDET ÉDOUARD (1887-1945)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 388 mots

Auteur dramatique français, Édouard Bourdet fait ses débuts, en 1910, avec Le Rubicon . Mais pas plus cette pièce que L'Homme enchaîné (1923) ne connaissent le succès. La Prisonnière (1926) aborde un sujet difficile, la souffrance d'une femme damnée, et l'auteur le traite avec beaucoup d'habileté et l'audace qu'il s'est permise dans le choix du thème est pleinement acceptée par un très large pub […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge bourgeois »  : […] Avec l'avènement progressif de la bourgeoisie au xix e siècle, les problèmes de la comédie vont se trouver posés en termes nouveaux. À la nouvelle classe prédominante le théâtre va proposer des images où elle puisse se reconnaître sans s'effaroucher et trouver un divertissement qui ne mette pas en cause sa vision du monde. Le formalisme littéraire du postclassicisme cède la place, par degrés, à […] Lire la suite

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Augier et Dumas fils »  : […] Au xix e  siècle, le substrat social du genre ne cessant de se consolider, maintes œuvres, sous d'autres étiquettes, continuent à répondre à la définition du drame bourgeois. De Hugo à Montherlant le théâtre à sujets historiques exprime une volonté de poésie. Parallèlement se perpétue une tradition de pièces à idées, sur des problèmes familiaux, professionnels, sociaux... Le Gendre de Monsieur Po […] Lire la suite

DUMAS ALEXANDRE, dit DUMAS FILS (1824-1895)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 322 mots

Un des fondateurs de la pièce à thèse, c'est-à-dire d'un drame bourgeois réaliste mettant en scène quelque problème social et suggérant des solutions, Dumas fils, enfant illégitime d'Alexandre Dumas père, avait hérité de ce dernier, mais dans un genre totalement différent, une grande fécondité littéraire. Son premier succès fut un roman, La Dame aux camélias (1848), adapté pour la scène en 1852 ; […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-27 novembre 2015 France. Attentats terroristes à Paris et Saint-Denis.

théâtre d’attentats meurtriers simultanés commis par trois groupes d’hommes. Un premier groupe intervient à partir de 21 h 20 près du Stade de France à Saint-Denis, où se déroule un match amical de football entre la France et l’Allemagne en présence du président François Hollande. Deux kamikazes font exploser leur charge à l’extérieur du stade. Le  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel ZERKI, « BOULEVARD THÉÂTRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/