THE SERVANT, film de Joseph Losey

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La déchéance d'un architecte

Tony, architecte aux allures de playboy, revient à Londres après un long séjour en Afrique. Quelque peu désœuvré, il loue une maison et cherche un domestique pour y mettre de l'ordre et lui faire la cuisine. Hugo Barrett remplit parfaitement ces fonctions – du moins les premiers temps. Car peu à peu, Barrett prend des initiatives. Au début ce n'est rien, un bouquet changé de place, un sourcil réprobateur. Mais bientôt le voici qui snobe Susan, la fiancée de son maître, jusqu'à briser le couple naissant. Tony le laisse faire. Un beau jour Barrett installe Vera à l'étage supérieur, une jeune femme qu'il présente comme sa sœur quand nous savons par ailleurs qu'elle est sa maîtresse. L'opération semble secrètement destinée à jeter Tony dans les bras de Vera, et, sur ce point, elle réussit. Cependant, dans un ultime accès de volonté, l'architecte se rebelle et flanque à la porte tout ce petit monde... C'est le début de la fin. Il se laisse aller, s'installe dans la crasse et la dépression. La vérité se fait jour, il a besoin de Barrett. Alors, il le reprend à son service, mais le rapport maître/domestique a vécu, ce sont deux vieux amis qui partagent un foyer. Leur vie va désormais de querelles sordides en parties fines. Quelle ironie pour Tony, ce fils de bonne famille qui souhaitait « construire des immeubles destinés à loger le lumpenprolétariat »...

The Servant, J. Losey

The Servant, J. Losey

Photographie

Dirk Bogarde dans The Servant (1963), de Joseph Losey (1909-1984). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « THE SERVANT, film de Joseph Losey », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-servant/