THALLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les modalités de développement des thalles

Le fonctionnement des méristèmes et modes de croissance

La croissance des thalles filamenteux est assurée par les divisions actives de cellules méristématiques. Dans les thalles les moins évolués où la croissance est diffuse, les cellules actives sont nombreuses et éparses ; leurs cloisonnements sont seulement transversaux (filaments unisériés) ou à la fois transversaux et longitudinaux (filaments plurisériés). Dans les thalles plus évolués où la croissance est localisée, la (ou les) cellule active est intercalaire ou apicale. Lorsque la croissance est intercalaire, les initiales occupent une position quelconque le long du filament (Ectocarpus) ou bien une position privilégiée, soit à la base d'un poil (croissance trichothallique des Cutlériales), soit entre un stipe et une fronde (croissance stipofrondale des Laminariales). Lorsque la croissance est apicale, les ramifications du filament sont soit apicales, soit latérales. Dans le premier cas, l'initiale principale qui assure seule la ramification du filament se divise longitudinalement en deux initiales filles égales (Dictyota) ou inégales (Halopteris) responsables du développement de deux filaments semblables ou non ; la vie de l'initiale apicale est limitée et s'achève au moment de la dichotomie. Lorsque les ramifications sont latérales, l'initiale principale continue de se cloisonner transversalement, tandis qu'une initiale latérale donne naissance à un nouveau filament. On rencontre, dans les thalles, les deux types de ramification latérale connus chez les Cormophytes, à savoir le type monopodial dans lequel l'initiale principale construit indéfiniment le filament principal, et le type sympodial dans lequel l'initiale principale construit seulement un tronçon de filament principal avant d'être rejetée latéralement et remplacée dans le même rôle par une initiale latérale qui subira le même sort.

Les filaments axiaux et pleuridiens qui constituent les cladomothalles ont tous un mode de croissance apicale, et le plus souvent un mode d [...]


Médias de l’article

Algues : types morphologiques de thalle

Algues : types morphologiques de thalle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Algues vertes

Algues vertes
Crédits : Spike Walker, Getty Images

photographie

Cladomothalles uniaxiaux

Cladomothalles uniaxiaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cladomothalles : diverses formes

Cladomothalles : diverses formes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  THALLE  » est également traité dans :

ALGUES

  • Écrit par 
  • Bruno DE REVIERS
  •  • 4 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des organismes difficiles à définir »  : […] On peut constater que les algues sont des organismes généralement inféodés aux milieux aquatiques. Certaines sont cependant aériennes : elles vivent hors de l'eau (sur des rochers, troncs d'arbres...) et peuvent supporter de longues périodes de sécheresse. Comme les embryophytes – souvent nommées plantes terrestres et qui regroupent, au sens large, les mousses, les fougères et les plantes à grain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algues/#i_1962

BRYOPHYTES

  • Écrit par 
  • Suzanne JOVET
  •  • 5 098 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le protonéma »  : […] L'enveloppe de la spore, au moment de la germination, se déchire irrégulièrement. La masse cytoplasmique apparaît à l'extérieur et devient soit un filament simple ou ramifié, chlorophyllien, composé de cellules haploïdes séparées par des cloisons obliques ou perpendiculaires à la direction du filament, soit une lame chlorophyllienne lobée ou ramifiée. Ainsi se forme le protonéma sur lequel naissen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bryophytes/#i_1962

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Les champignons sont des organismes eucaryotes, c'est-à-dire pourvus de véritables noyaux (avec membrane nucléaire, chromosomes et nucléole) dont les divisions impliquent des séquences mitotiques régulières . Les actinomycètes, qui sont un groupe de procaryotes parmi les bactéries, n'appartiennent donc pas aux champignons. Ces derniers possèdent un appareil mitochondrial comme tous les eucaryotes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/champignons/#i_1962

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Végétaux inférieurs »  : […] Les végétaux inférieurs sont des plantes n'ayant ni racines, ni feuilles, ni tiges anatomiquement définies. L'organisme est un thalle, de forme filamenteuse, aplatie ou plus complexe. Parmi ces organismes, les moins différenciés morphologiquement, par exemple l'algue verte Ulva lactuca ont en principe une croissance diffuse. Elle dépend de circonstances extérieures favorables (température de l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_1962

DIASPORES, botanique

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 936 mots

Dans tout le règne végétal, on appelle diaspores les parties des plantes qui sont disséminées, permettant ainsi la propagation des espèces ( diaspora , dispersion). Les diaspores sont d'origine végétative quand elles sont constituées d'une fraction de l'appareil végétatif ( thalle ou cormus). Chez les Algues, les Champignons et les Lichens, des fragments non spécialisés du thalle assurent un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspores-botanique/#i_1962

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cormophytes-embryophytes-archegoniates/#i_1962

LEVURES

  • Écrit par 
  • Jacques BOIDIN, 
  • Jean-Bernard FIOL, 
  • Simone PONCET
  • , Universalis
  •  • 3 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principaux types et classification »  : […] Les Levures « vraies » , ou Levures ascosporogènes , forment des ascospores dans des asques qui sont des cellules d'aspect ordinaire ou issues de la fusion de deux cellules végétatives ; ces asques ne sont pas inclus dans des fructifications comme c'est le cas de la plupart des Ascomycètes ; aussi les classe-t-on dans les Hémiascomycètes . Les Levures « fausses » , ou Levures anascosporogènes , fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/levures/#i_1962

LICHENS

  • Écrit par 
  • Henry DES ABBAYES
  •  • 3 577 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure des thalles »  : […] Le thalle peut être formé d'une croûte (thalles crustacés) tapissant les écorces, les rochers, etc. Il peut avoir une forme foliacée, plus ou moins lobée et rayonnante en rosette au pourtour (thalles foliacés), adhérant au substrat par des rhizines, des plis, un point central. D'autres forment des arbuscules ramifiés, dressés ou pendants (thalles fruticuleux). Certains ( Cladonia ) ont une partie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lichens/#i_1962

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones chez les champignons et les algues »  : […] Le rôle des phéromones dans les processus de reproduction sexuée des champignons filamenteux a été clairement mis en évidence. Par exemple, chez l'espèce aquatique Achlya ambisexualis ( phycomycètes), les thalles femelles synthétisent et rejettent dans le milieu une phéromone : l' antheridiol. Celle-ci, détectée à très faible concentration (6 × 10 −12  g/ml) par les thalles mâles, induit la croi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_1962

PHYCOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT
  •  • 4 011 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Morphologie et reproduction »  : […] La morphologie du thalle et les particularités de la reproduction sexuelle permettent de diviser les Chytridiomycètes en trois ordres. Les Chytridiales ont un thalle extrêmement réduit ; les formes les plus simples (Olpidiacées et Synchytriacées = Archimycètes) sont holocarpiques  : dépourvu de filaments végétatifs différenciés, le thalle unicellulaire ou plasmodial se transforme entièrement, à ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phycomycetes/#i_1962

ZOOSPORES

  • Écrit par 
  • Monique GUERN
  •  • 243 mots

Encore appelées planospores (du grec planod = vagabond), par opposition aux aplanospores, immobiles ou amiboïdes, les zoospores sont des cellules nues (la paroi glucidique caractéristique des Végétaux est absente) et mobiles grâce à un appareil locomoteur à un ou plusieurs flagelles. Ce sont donc, avec les zoogamètes, les cellules végétales les plus proches des Protozoaires. Pour leur forme et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoospores/#i_1962

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean FELDMANN, Marie-Thérèse L'HARDY-HALOS, « THALLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thalle/