TESTS GÉNÉTIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En quoi ces tests posent-ils problème ?

Les difficultés liées à ces tests sont évidemment exacerbées lorsque ceux-ci sont librement disponibles, sans encadrement, ce qui est, pour l'essentiel, le cas aux États-Unis.

Les tests de paternité ou de parenté – la criminologie n'entrant pas dans le cadre de cet article, puisque ces tests sont encadrés par la loi – offrent une très grande facilité, tant matérielle que financière. Ils peuvent être pratiqués à l'insu des intéressés, puisqu'il suffit d'un cheveu ou de quelques cellules accrochées à une brosse à dents pour obtenir un peu d'ADN, qui sera ensuite amplifié par une méthode maintenant classique, la PCR (polymerase chain reaction). Le prélèvement est envoyé à l'une des nombreuses officines qui proposent ce service sur Internet, le résultat étant disponible une ou deux semaines plus tard. On imagine les dégâts que peut causer la révélation par cette méthode d'une non-paternité et l'influence délétère qu'elle peut avoir sur l'ambiance familiale. La technique, par son accessibilité même, remet en cause la primauté qu'on accorde en principe en France à la paternité sociale par rapport à la filiation biologique. Son interdiction dans ce pays, avec des pénalités très lourdes est assez illusoire compte tenu de la facilité du recours à Internet.

L'étude des ascendances est sans doute une nouveauté pour le public français. On affirmait encore il y a peu de temps qu'une analyse d'ADN ne pouvait rien dire sur l'origine géographique d'un sujet. Cela n'est plus vrai, et l'étude de quelques milliers de points bien choisis sur l'ADN, telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, permet bel et bien d'indiquer si les ancêtres d'une personne étaient principalement africains, européens ou asiatiques, de révéler des ascendances mixtes et même parfois de suggérer une origine géographique plus précise. La mise en évidence de ces « ascendances » ne signifie pas une réhabilitation du concept de « race » (beaucoup plus tranché, plus exclusif et d'origine très largement sociale), mais elle montre qu'une personne porte dans son ADN la mémoire de ses ancêtres – rien de plus normal après tout. Cela dit, l'interprétation de ces données est délicate et les entreprises impliquées ont souvent tendance à exagérer leur fiabilité et leur précision. Ces études sont très demandées aux États-Unis, notamment par les Afro-Américains qui, dépossédés de leurs origines par la césure de l'esclavage, cherchent à les retrouver dans leur génome. À cette occasion, d'ailleurs, nombre de personnes qui se considèrent – et sont considérées – comme « noires » découvrent que leur ascendance est mixte et que la part européenne y est aussi importante que l'africaine... Cela dit, cette utilisation des analyses d'ADN paraît relativement inoffensive, mis à part le fait que, mal comprise, elle pourrait sembler légitimer la résurgence de la notion de « race ».

Les profils génétiques individuels sont établis en interprétant les résultats de l'analyse approfondie du génome en termes de susceptibilité à différentes maladies, à la lumière des données scientifiques récentes. Il ne s'agit pas là d'informations portant sur les mutations, heureusement peu fréquentes, qui entraînent des affections comme la myopathie, la mucoviscidose ou la chorée de Huntington. En effet, ces analyses-là demeurent pratiquées dans un cadre médical ; d'ailleurs, pour des raisons techniques, ces altérations rares ne seraient pas détectées par les tests DTC. Mais, en ce qui concerne nombre d'affections fréquentes, comme le diabète, le glaucome, la maladie d'Alzheimer, le psoriasis ou l'arthrite rhumatoïde, les recherches menées ces dernières années ont permis d'identifier dans notre génome de nombreuses variations qui modifient leur probabilité d'apparition. Ces maladies courantes sont dites « multigéniques », parce qu'elles sont liées à plusieurs gènes ainsi qu'à l'environnement, au mode de vie et à l'histoire personnelle du sujet. Les recherches actuelles donnent des résultats fiables, généralement confirmés par des études ultérieures ; il s'agit donc de données scientifiques solides. Mais leur valeur prédictive réelle reste très faible malgré quelques progrès : chaque position repérée dans l'ADN correspond, pour le variant le plus pathogène, à une augmentation de la vulnérabilité de l'individu qui dépasse r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TESTS GÉNÉTIQUES  » est également traité dans :

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Tests génétiques et assurance »  : […] Si ce principe de bonne foi permet de réduire les effets de l'antisélection, il est parfois remis en cause sur un plan éthique. Faut-il par exemple autoriser un assureur à demander à ses assurés de lui transmettre les résultats de tests génétiques avant de fixer la prime de leur police d'assurance-maladie ou invalidité ? Ne pas le faire serait en quelque sorte organiser l'antisélection et ses con […] Lire la suite

GÉNIE GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 3 329 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Amplification de gènes »  : […] Le clonage décrit dans la figure 3 permet une amplification de la région clonée, mais ce procédé ne se prête pas à des opérations en série. Une autre technique, appelée PCR ( Polymerase Chain Reaction ), permet de multiplier, en une heure seulement et spécifiquement, un million de fois une région de l'ADN correspondant à quelques milliers de bases ou moins. Le principe de cette technique d'amplifi […] Lire la suite

HÉMOCHROMATOSES

  • Écrit par 
  • Claude EUGÈNE
  •  • 2 559 mots

Dans le chapitre « Diagnostic »  : […] Le diagnostic comporte plusieurs étapes. Dans une étape clinique, il est d'abord nécessaire d'évoquer le diagnostic d'hémochromatose avant même que le tableau soit complet, c'est-à-dire une cirrhose bronzée avec diabète. Il faut donc systématiquement penser à cette maladie, devant l'une des manifestations citées ou devant l'observation d'une surcharge en fer dans la famille. Le premier examen biol […] Lire la suite

HÉMOPHILIE

  • Écrit par 
  • Édith FRESSINAUD, 
  • Dominique MEYER
  •  • 4 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diagnostic anténatal »  : […] La détection des conductrices d'hémophilie A ou B est, bien sûr, nécessaire pour le diagnostic anténatal. Autrefois fondée sur l'étude du phénotype, c'est-à-dire la comparaison des taux de facteur VIII (VIII : C ou VIII : CAg) et de facteur Willebrand pour l'hémophilie A, et sur celle des taux de l'activité et de l'antigène facteur IX pour l'hémophilie B, elle s'accompagne maintenant de l'étude d […] Lire la suite

MÉDECINE - Médecine prédictive

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU
  • , Universalis
  •  • 4 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champ d'application actuel de la médecine prédictive »  : […] De plus en plus de spécialités médicales et de maladies sont aujourd'hui directement concernées par l'approche génétique. C'est, par exemple, le cas de la cardiologie en dépit du fait que cette discipline médicale ait été plus lente que d'autres à intégrer les outils de la génétique moléculaire. « Ce sont les cardiomyopathies, et plus spécifiquement les cardiomyopathies hypertrophiques, qui ont o […] Lire la suite

PCR (polymerase chain reaction) ou AMPLIFICATION EN CHAÎNE PAR POLYMÉRASE

  • Écrit par 
  • Véronique BARRIEL
  •  • 4 888 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un bouleversement dans la notion d'identité individuelle et groupale »  : […] La recherche en génétique a grandement bénéficié de l'amplification par PCR. Celle-ci permet de se focaliser sur une portion d'intérêt du génome et d'en détecter le polymorphisme (c'est-à-dire toute variation dans la séquence de l'ADN de deux gènes par ailleurs identiques, qu'elle se traduise ou non par un caractère visible) en combinant la PCR à d'autres techniques telles que le séquençage de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 septembre 2009 France. Report de l'application des tests génétiques en matière d'immigration

Le ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire Éric Besson annonce qu'il ne signera pas le décret d'application permettant le recours aux tests ADN pour prouver la filiation de candidats étrangers au regroupement familial. Le test génétique est prévu dans la loi sur l'immigration depuis l'adoption de l'amendement du député U. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand JORDAN, « TESTS GÉNÉTIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tests-genetiques/