TERRITOIRE, éthologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structures sociales chez les Vertébrés inférieurs

Poissons

Le profane imagine surtout des bancs de harengs et de sardines, mais l'aquariophilie a popularisé la notion de « vie familiale » chez les Poissons. Ceux-ci présentent en fait une gamme très variée de toutes les structures sociales possibles. Le banc en est la forme la plus simple. C'est un rassemblement cohérent, massif, uniforme, où tous les sujets de même taille, âge, couleur, et souvent de même sexe, sont orientés dans le même sens, sont équidistants en raison de l'équivalence des motivations, et présentent une parfaite synchronisation de mouvements. Il n'est pas le résultat d'un groupement passif ; la tendance à rechercher les congénères apparaît très tôt chez l'alevin. Le banc est un type de société fréquent chez les poissons de haute mer : Clupéiformes (harengs), Mugiliformes (mulets), Gadiiformes (morues). Il est adapté au mode de vie pélagique. Il facilite les déplacements, la recherche de nourriture, la protection contre les prédateurs, le rapprochement des partenaires sexuels au milieu de l'immensité de l'Océan. Souvent le rapprochement des sexes est très théorique. Chez nombre de ces espèces en effet, il n'y a pas de parade, pas de sélection du partenaire. Les bancs de mâles et femelles sont superposés au moment de la fraie ; toutes les femelles expulsent simultanément leurs œufs, et ceux-ci, plus légers que l'eau, montent vers la surface et traversent le banc des mâles qui expulsent leur laitance. Certaines espèces vivent en bancs en pleine eau durant la période de repos sexuel ; elles se rapprochent des côtes et des berges, où elles s'attribuent un territoire de nidification, en période de reproduction. De nombreux poissons benthiques enfin sont territoriaux toute l'année, et défendent aussi bien un territoire de chasse que de reproduction. La grandeur du territoire est une caractéristique spécifique. Chez les Cichlidés et l'Épinoche, qui nichent sur le fond, c'est la colonne d'eau proche du fond qui est défendue, tandis que chez les espèces qui élaborent u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Crapauds

Crapauds
Crédits : Christoph Burki/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Caméléon

Caméléon
Crédits : Mike Severns/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Rats musqués

Rats musqués
Crédits : Hulton Getty

photographie

Hyène

Hyène
Crédits : J Sneesby/B Wilkins, Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  TERRITOIRE, éthologie  » est également traité dans :

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Comportement »  : […] La biologie de la reproduction a, chez les Mammifères, des caractères tout à fait originaux, en raison de l'existence chez la femelle de cycles œstriens à détermination hormonale, l'accouplement ne s'effectuant qu'au cours de l' œstrus. Certains Mammifères n'ont qu'un cycle œstrien par an (phoques, otaries, morses, Mustélidés), d'autres plusieurs au cours d'une période définie de l'année ; chez d' […] Lire la suite

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones de mammifères »  : […] Les phéromones des mammifères interviennent dans la définition des droits territoriaux et du statut social à l'intérieur d'une communauté. Elles jouent aussi un rôle dans l'attraction, généralement à assez courte distance, d'un sexe par l'autre, et dans l'identification de l'état physiologique d'un individu par ses congénères. Les droits territoriaux , qu'ils appartiennent à un animal solitaire […] Lire la suite

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Processus interactifs de communication »  : […] Ici la communication olfactive à fonction territoriale n'est pas différée et est incluse dans des échanges « multimodaux » ; le marquage olfactif est alors associé à des vocalisations puissantes émises par des adversaires en contact visuel ( Propithecus , Mertl-Millhollen, 1979 ; Callicebus , Mason, 1968 ; Saguinus , Dawson, 1979). Au cours des conflits de frontières, mettant en présence deux grou […] Lire la suite

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la vie solitaire au groupe temporaire »  : […] De nombreuses espèces animales vivent de façon solitaire. Les interactions n'interviennent entre les deux sexes que pour assurer la reproduction. Dans certains cas, les individus s'organisent dans l'espace en formant des territoires. Chaque animal habite une région déterminée de son environnement et la défend activement contre ses congénères, par l'agression des intrus ou par des signaux spécifiq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude RUWET, « TERRITOIRE, éthologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/territoire-ethologie/