TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population et peuplement

L’occupation humaine de l’île de Terre-Neuve et du Labrador par des peuples autochtones a débuté il y a environ 9 000 ans. Des groupes dits de l’Archaïque maritime y ont tout d’abord vécu, avant que d'autres, appartenant aux cultures Groswater et Dorset, arrivent en provenance de l’Arctique. Ces derniers ont ensuite fait place aux Premières Nations et aux Inuit. La présence des Vikings est attestée à l'Anse aux Meadows (à l’extrémité nord de l’île de Terre-Neuve) à partir de l’an mille environ. C'est le seul site scandinave identifié en Amérique du Nord, même si son occupation n'a été que brève et non permanente. Bien que les expéditions des explorateurs européens (en particulier Jean Cabot et Jacques Cartier) soient les plus connues, la majorité des premiers Européens arrivés à Terre-Neuve auraient été des équipages anonymes de baleiniers et de pêcheurs.

Pendant des millénaires, les modes de vie des Autochtones sont organisés autour des activités maritimes. Les ressources de l’océan (particulièrement la morue, les cétacés et les phoques) attirent les Européens (Portugais, Espagnols, Basques, Français, Anglais) vers le début du xvie siècle. La colonisation proprement dite du territoire commence avec les Anglais au début du xviie siècle, puis se poursuit avec les Français au milieu du siècle. Bien qu’elles n’aient jamais été densément peuplées, ces colonies ont vu croître leur population graduellement. Toutefois, les changements politiques (notamment le traité d’Utrecht de 1713) permet aux Anglais de s’établir de façon permanente sur l’île, tandis que les Français ne conservent qu’un droit de pêche saisonnier sur la côte nord et l’ouest de l’île de Terre-Neuve, et ce jusqu’en 1904. Résultat de la guerre de Sept Ans, la côte du Labrador est annexée à Terre-Neuve en 1763, lors du traité de Paris. Mais il faudra attendre 2001 avant que la province porte officiellement le nom de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les Autochtones de Terre-Neuve-et-Labrador se sont maintenus malgré l’empiétement croissant des Européens sur leur territoire. Les Inuit vivaient le long de la côte du Labrador. Dans le nord de la région, ils gèrent aujourd’hui le territoire du Nunatsiavut, autonome depuis 2005. Ils se sont également installés dans le Sud – souvent en contractant des mariages avec des familles de commerçants britanniques à partir du xviiie siècle. La population qui en est issue, les « NunatuKavut Inuit », est maintenant représentée par le conseil communautaire du NunatuKavut.

Le sud de Terre-Neuve faisait partie du grand territoire des Mi’kmaq et la Première Nation Miawpukek y est encore bien présente. Quant aux peuples béothuks, qui vivaient dans toute l’île, leur histoire eut une fin tragique. Ils furent chassés des régions côtières et de leurs territoires traditionnels par les équipages de pêche européens, ce qui les força à pénétrer dans les terres intérieures marginales et inhospitalières. Les maladies introduites par les Européens et le manque de ressources ont conduit à leur extinction en 1829.

Les populations de colons européens augmentent au cours des xviiie et xixe siècles et continuent à tirer leur subsistance de la pêche à la morue jusqu’au moratoire de 1992. Les relations politiques entre Terre-Neuve et la Grande-Bretagne se développent au xixe siècle, et Londres accorde le statut de gouvernement responsable en 1855. La paralysie des finances du dominion conduit, en 1933, à l’abandon de l’autonomie, au profit d’une commission de gouvernement directement contrôlée par la Grande-Bretagne. Cette dépendance dure jusqu’en 1949, quand Terre-Neuve vote pour rejoindre la Confédération canadienne.

Terre-Neuve, Canada

Photographie : Terre-Neuve, Canada

Vue panoramique du village de Crow Head sur l'île Twillingate, qui a prospéré grâce à la pêche à partir du XVIIe siècle. L'île est située dans la baie Notre-Dame, qui baigne la côte nord de Terre-Neuve (Terre-Neuve-et-Labrador, Canada). 

Crédits : EB Adventure Photography/ Shutterstock

Afficher

La colonisation et la mise en valeur des ressources ont donc contribué à l’organisation de l’écoumène. De type linéaire, ce dernier se concentre principalement le long des côtes où l’on retrouve des villages de pêcheurs. Terre-Neuve-et-Labrador se distingue, en effet, par l’éparpillement d’un grand nombre de petites localités. Plus de la moitié de celles-ci ont moins de 500 habitants alors que seulement seize en comptent plus de 5 000. Les localités étant définies comme rurales si elles ont moins de 2 500 habitants, c’est près de 95 % d’entre elles qui peuvent être considérées comme telles, conférant à cette province une structure de peuplement très particuliè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Terre-Neuve-et-Labrador : carte de situation

Terre-Neuve-et-Labrador : carte de situation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Terre-Neuve-et-Labrador : carte administrative

Terre-Neuve-et-Labrador : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Terre-Neuve, Canada

Terre-Neuve, Canada
Crédits : EB Adventure Photography/ Shutterstock

photographie

Plate-forme pétrolière Hibernia

Plate-forme pétrolière Hibernia
Crédits : DORIS Engineering

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeure agrégée, département d'archéologie, histoire, théologie et sciences des religions, université arctique de Tromsø (Norvège)
  • : docteur en développement régional, professeur de géographie à l'université de Moncton, Nouveau-Brunswick (Canada)

Classification

Autres références

«  TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Terre-Neuve et les routes de la pêche »  : […] L'île de Terre-Neuve, en face de l'embouchure du Saint-Laurent, semble avoir été connue de bonne heure des marins européens. Certains érudits situent le Vinland sur le littoral nord-est (baie de la Trinité). Mais ce n'est pas tant la vigne que le poisson – la morue surtout – qui attirait sur les bancs de Terre-Neuve les marins du littoral atlantique. On faisait grande consommation de poisson au M […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La scission anglo-américaine »  : […] La révolution américaine révéla les tensions et les contradictions qui existaient dans la colonie laurentienne et en Nouvelle-Écosse. L'alliance conclue entre les administrateurs britanniques et les porte-parole officiels de la collectivité franco-catholique – membres de la classe seigneuriale, commerçants et professionnels, dirigeants ecclésiastiques – n'avait pas l'appui spontané de la populatio […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Les provinces de l’Atlantique »  : […] Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador comptaient pour 6,7 p. 100 de la population et 6 p. 100 seulement du PIB canadien en 2016. Historiquement, le revenu par habitant et la productivité de la main-d’œuvre de ces provinces ont toujours été inférieurs aux niveaux canadiens. Les écarts de revenu et de productivité avec le reste du Canada se son […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Canada atlantique : espace fragmenté »  : […] La mer est omniprésente dans le Canada atlantique qui s’organise autour d’un ensemble de petites localités nichées le long de la côte. À Terre-Neuve et en Nouvelle-Écosse, ces localités sont le plus souvent des ports de pêche. À l’Île-du-Prince-Édouard s’ajoutent des communautés agricoles et au Nouveau-Brunswick de petites villes forestières. L’ensemble ainsi formé est très peu intégré, si ce n’e […] Lire la suite

CARTIER JACQUES (1491-1557)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 1 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Premier voyage : dans le golfe du Saint-Laurent »  : […] Après avoir obtenu de l'amiral Chabot la permission de « voyager, découvrir et conquérir à Neuve-France, ainsi que trouver, par le Nord, le passage au Cathay », Cartier reçut de François I er l'ordre d'aller « de ce royaume ès Terres Neufves pour découvrir certaines ysles et pays où l'on dit qu'il se doibt trouver grant quantité d'or et autres riches choses ». Ce double objectif, recherche du pas […] Lire la suite

RÉGION ATLANTIQUE, Canada

  • Écrit par 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 866 mots
  •  • 2 médias

La région atlantique du Canada est constituée des quatre provinces situées à l’est du pays : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard – les « provinces maritimes » ou les Maritimes – ainsi que Terre-Neuve-et-Labrador . Elle comprend aussi l’archipel des Îles-de-la-Madeleine sis dans le golfe du Saint-Laurent et faisant partie du Québec. Faiblement peuplée par rapport aux […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Explorations et découvertes »  : […] L'ère de l'expansion est relativement tardive. L'Angleterre a été devancée par les royaumes ibériques – Espagnols et Portugais visant même, à la fin du xv e  siècle, à un partage du monde après l'arbitrage pontifical de 1493. Les Tudors, pas plus que les Valois français, n'ont jamais souscrit à cette prétention. Mais la prétendue vocation maritime du royaume n'existe pas, le pays vit de la terre […] Lire la suite

SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 757 mots
  •  • 2 médias

La collectivité d’outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon est le seul territoire français en Amérique du Nord. Situé à 4 000 kilomètres de l’Europe continentale et à 25 kilomètres du Canada (Terre-Neuve), cet archipel de 242 kilomètres carrés est composé de huit îles ou îlots , en bordure des Grands Bancs de Terre-Neuve, immenses plateaux sous-marins riches de nombreuses espèces de poissons, dont l […] Lire la suite

WESTMINSTER STATUT DE (1931)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 015 mots
  •  • 2 médias

Véritable constitution adoptée par le Parlement britannique en 1931 pour définir les rapports entre le Royaume-Uni et les dominions, l'originalité du statut de Westminster, en dehors de ses dispositions fondamentales, est de soumettre son entrée en vigueur à la ratification de chacun des États concernés. Il consacre la naissance d'un « Commonwealth britannique des nations ». Celui-ci associe la mé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Amanda CROMPTON, Majella SIMARD, « TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-neuve-et-labrador/