TEMPS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Genèse de la notion du temps

En faisant du temps la forme du sens interne, la conception kantienne s'élevait, en quelque sorte, au-dessus de l'opposition des notions statique et dynamique du temps. Elle n'ignorait pas, en effet, que le temps concerne la sensibilité, qui reçoit des impressions successives, plus encore que l'entendement, qui conçoit l'ordre général d'apparition des phénomènes, mais elle ne laissait pas de faire du temps le cadre universel de toutes nos connaissances. Ce privilège était dû à la jonction de l'intuition et de la forme a priori qui caractérise, chez Kant, le temps comme l'espace. Il permettait de fonder la mathématique pure et la science pure de la nature, qui trouvaient, l'une et l'autre, dans ces deux formes de la sensibilité, la matière suffisante aux jugements synthétiques a priori. Ceux-ci fournissaient au philosophe les fondements métaphysiques de toute connaissance qui pouvait se faire passer pour science. Cependant, un tel succès était payé très cher : il fallait renoncer à connaître les choses telles qu'elles sont en elles-mêmes, il fallait se résigner à posséder une connaissance d'autant plus sûre, d'autant plus objective même, qu'elle portait moins sur la réalité. D'autre part, il n'était pas sûr que les sciences mathématiques et physiques pourraient apparaître toujours comme la vérification expérimentale de la métaphysique qui avait été conçue pour elles : l'apparition des géométries non euclidiennes allait relativiser l'intuition pure et formelle de l'espace euclidien et, l'abandon de la théorie de l'éther allait, plus tard, mettre en cause l'intuition pure et formelle d'un temps universel. Le déclin des absolus scientifiques entraînait, malgré elle, la philosophie qui avait renoncé à la connaissance des absolus ontologiques pour offrir à la science ce qu'on pourrait appeler des absolus méthodologiques.

Il faut reconnaître que la philosophie n'a pas attendu le verdict tardif de la science pour proposer des alternatives à la solution kantienne. D'un côté, elle revenait, avec l'idéalisme allemand, à la conception d'une connaissance absolue qui restaurait l'emprise des notions sur les choses ; d'un autre côté, elle proposait, avec les essais d'un empirisme subtil, une nouvelle base aux conquêtes plus récentes de la science. Or ce qui oblitère les ingénieuses constructions de l'idéalisme, c'est qu'elles ne proposent, en définitive, rien de plus que ce que la tradition philosophique offrait déjà de façon dispersée ; elles avancent des synthèses conceptuelles qui ne font que survoler le travail laborieux et progressif des sciences. Sous ce dernier rapport, l'empirisme des xixe et xxe siècles est peut-être plus fidèle à l'idée de l'unité de la connaissance, qui animait l'œuvre critique de Kant. En ce qui concerne le problème du temps, en particulier, c'est à cet empirisme qu'il faut demander la dissociation de l'intuition et de la forme, qui était devenue la tâche première de la philosophie depuis que la fusion opérée par Kant était apparue d'autant plus vulnérable aux objections du sens commun qu'elle ne bénéficiait plus de la caution offerte par les sciences existantes. Bien qu'ils ne se réclament pas tous également de l'empirisme, c'est à Bergson, Husserl et Russell qu'on demandera cette nouvelle approche de la conscience du temps, qui permet d'envisager une genèse de la notion de temps. Si leurs tentatives n'apparaissent pas rompre suffisamment avec le formalisme kantien, alors on proposera une voie nouvelle, qui recoupe bien d'autres essais contemporains.

Critique des approches modernes

Bergson

La conception bergsonienne du temps était, il y a peu, familière à tous les Français qui avaient suivi un cours de philosophie. Le grand mérite de son auteur est de n'en avoir pas proposé des versions foncièrement différentes, pendant le demi-siècle où il domina la philosophie française. Il s'agit toujours d'opposer la durée pure, qui est le temps vécu, à la variable numérique t, qui est le temps spatialisé. Il n'est pas exact de prétendre que Bergson s'appuie uniquement, pour fonder cette distinction, sur l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TEMPS  » est également traité dans :

PERCEPTION DU TEMPS

  • Écrit par 
  • Sylvie DROIT-VOLET
  •  • 1 776 mots

La perception du temps diffère des autres formes de perception. En effet, contrairement à la vision ou l’audition, le temps n’est pas une réalité physique que l’on peut directement capter au moyen d’un organe sensoriel spécifique, qui transformerait l’information temporelle en influx nerveux. Autrement dit, le temps n […] Lire la suite

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Le temps est ce dont chacun d’entre nous ne cesse de faire l’expérience, de la naissance à la mort. Des premiers écrits de l’humanité jusqu’à la littérature contemporaine, en passant par les poètes de la Renaissance, Ronsard (1524-1585) et sa rose, dont la beauté « ne dure que du matin jusques au soir », la fuite du […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Toutes les sociétés humaines ont découpé le temps de leur passé, réel ou mythologique, en segments de taille variable. Ces découpages reposent sur une certaine conception du temps, mais aussi sur une interprétation plus globale du passé qui permet de comprendre le présent (évolution, dégradation, cycles, etc.), et, enfin, sur un outillage permettant la production de ces unités temporelles. Dans la […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le règne de l'homme »  : […] L'exemple de l'art, en effet, éclaire tout le problème de la nature matérielle et spirituelle de l'alchimie. Demande-t-on à un peintre s'il est vrai qu'il utilise des couleurs palpables et des métaux comme le chrome et le cobalt ? Et s'il répond que son problème consiste à trouver un certain jaune, et un bleu qui l'obsède, devra-t-on en déduire que la peinture n'est qu'une préchimie des colorants  […] Lire la suite

ANACHRONISME, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 418 mots

Dans le chapitre « Un péché irrémissible »  : […] Faire de l'histoire ce serait d'abord éviter les anachronismes, « erreur qu'on fait dans la supputation des temps », selon Le Dictionnaire universel de Furetière (1687-1691). Pour autant, le lexicographe remarque la fortune encore médiocre d'un terme dont l'origine renvoie au grec tardif mais qui, après de rares mentions médiévales, surgit soudainement vers 1625 en français et en anglais. La cond […] Lire la suite

ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

  • Écrit par 
  • Eugène SUSINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « « Le Pèlerin chérubique » »  : […] La Sainte Joie de l'âme et la Description sensible des quatre choses dernières sont des œuvres proprement lyriques, emphatiques parfois, souvent maniérées dans le goût de la Trutznachtigall de Friedrich Spee et d'autres poètes mystiques du xvii e  siècle. L'œuvre capitale, la plus originale et la plus forte, reste Le Pèlerin . Silesius a eu des devanciers. Le distique religieux en vers de douze p […] Lire la suite

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Le temps des sciences sociales »  : […] Il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et même la succession de Febvre, en 1956, à la direction de la revue pour que le mouvement prenne de l'ampleur autour et au-delà des Annales . Malgré l'assistance de Fernand Braudel, qui lui succède au Collège de France, et la formation d'une nouvelle équipe avec le sociologue Georges Friedmann et l'historien Charles Morazé, Febvre continue de […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nature et mouvement »  : […] Le livre II de la Physique définit l'être naturel ( physei on ), objet propre de la physique. Il se distingue de l'être artificiel en ce qu'il a en lui-même un principe de mouvement et de repos. Alors que, dans l'art, l'agent est extérieur au produit, la nature est un principe immanent de spontanéité : la nature ressemble à un médecin qui se guérirait lui-même (199 b 31). L'analogie de l'art perm […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 28 également, la Turquie annonce la fermeture des détroits du Bosphore et des Dardanelles aux navires de guerre, en application de la convention de Montreux de juillet 1936 qui lui permet de prendre une telle mesure en temps de guerre. Le 28 toujours, la Fédération internationale de football association (FIFA) et l’Union européenne des associations de football (UEFA) décident d’exclure la sélection nationale et les clubs russes de toutes les compétitions jusqu’à nouvel ordre. […] Lire la suite

4-23 février 2022 Canada. Fin du mouvement des camionneurs.

Dans le même temps, le mouvement de protestation s’étend à d’autres villes du pays. Le 7, les camionneurs bloquent le pont Ambassador reliant Windsor (Ontario) à Detroit (Michigan), par lequel transite le quart des échanges commerciaux routiers entre le Canada et les États-Unis. Ce blocage paralyse l’industrie automobile de part et d’autre de la frontière. […] Lire la suite

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

Le développement des premières a « pris du retard », admet-il, prévoyant de décupler la production d’énergie solaire d’ici à 2050 et d’installer une « cinquantaine de parcs éoliens en mer [tout en] étalant dans le temps » le développement de l’éolien terrestre. Le chef de l’État indique sa volonté de relancer la filière nucléaire en vue de « garantir l’indépendance énergétique de la France », comme il l’avait annoncé en novembre 2021. […] Lire la suite

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Dans le même temps, le préfet de police de Paris Didier Lallement dépose, « au nom du président de la République », une gerbe sur la sépulture commune des victimes de Charonne, au cimetière parisien du Père-Lachaise. Cette commémoration s’inscrit dans le cadre de la politique de réconciliation mémorielle engagée par le président Macron à la suite de la publication du rapport de l’historien Benjamin Stora en janvier 2021. […] Lire la suite

10 février 2022 Belgique. Restitution d'un tableau volé à un couple juif par le régime nazi.

Dans le même temps, le Service public fédéral Économie annonce la mise en ligne d’une liste de deux mille huit cents œuvres détenues par la Belgique, dont l’origine est douteuse, en vue de l’identification d’éventuels ayants droit.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé BARREAU, Olivier COSTA DE BEAUREGARD, « TEMPS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/