TEMPÉRATURE (météorologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Abri de mesure météorologique

Abri de mesure météorologique
Crédits : G. Lachaud, Météo France

photographie

Répartition spatiale des températures de sol

Répartition spatiale des températures de sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les principales couches de l’atmosphère

Les principales couches de l’atmosphère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Coupe méridienne du champ de température

Coupe méridienne du champ de température
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Température au sol

Les besoins, associés à l’étude du climat et à la prévision du temps, ont conduit, dès le milieu du xixe siècle, à l’organisation d’un réseau international dont l’objectif est de mettre en place des méthodes de mesure objectives afin d’observer l’atmosphère, de façon coordonnée, sur la majeure partie du globe. Pour répondre à ces besoins et s’affranchir des effets de surface, la température météorologique de l’air, dite « température au sol », est mesurée à une hauteur de 1,5 mètre, dans un abri (photo) assurant une bonne circulation de l’air et protégeant les capteurs de la pluie et des rayonnements extérieurs. La température de l’air en mouvement étant extrêmement variable dans le temps et dans l’espace, il est nécessaire d’intégrer ses fluctuations. Il y a donc une limite à la finesse possible des mesures et une précision meilleure que 0,3 0C n’aurait pas de signification climatologique.

La température de l’air la plus élevée (56,7 0C) a été enregistrée le 10 juillet 1913, à Greenland Ranch, dans la vallée de la Mort en Californie, alors que le record des températures les plus basses est attribué à la station russe de Vostok, en Antarctique, avec une valeur mesurée in situ de — 89,2 0C, le 21 juillet 1983, et une valeur estimée à partir de données satellitaires de — 93,2 0C, le 10 août 2010.

Les températures moyennes annuelles décroissent de l’équateur aux pôles et ne sortent qu’exceptionnellement de l’intervalle compris entre — 40 0C et + 40 0C.

Répartition spatiale des températures de sol

Répartition spatiale des températures de sol

Dessin

Les isothermes correspondent aux températures moyennes observées au sol pendant les mois de janvier (a) et de juillet (b). La courbe en rouge correspond à l'équateur thermique, une zone d'air chaud qui est fréquemment le siège de mouvements d'air ascendants, propices au développement de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La « variation diurne » est caractérisée par un minimum de température peu après le lever du soleil et un maximum l’après-midi. Elle est plus élevée par ciel clair qu’en présence de nuages, au-dessus des continents qu’au-dessus des océans, dans les régions intertropicales qu’en se rapprochant des pôles. Dans les régions tempérées, son amplitude moyenne annuelle atteint une dizaine de degrés.

La « variatio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « TEMPÉRATURE (météorologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/temperature-meteorologie/