TEMPÉRATURE (météorologie)

Médias de l’article

Abri de mesure météorologique

Abri de mesure météorologique
Crédits : G. Lachaud, Météo France

photographie

Répartition spatiale des températures de sol

Répartition spatiale des températures de sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les principales couches de l’atmosphère

Les principales couches de l’atmosphère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Coupe méridienne du champ de température

Coupe méridienne du champ de température
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les différentes températures météorologiques

Plusieurs types de températures sont fréquemment utilisés pour définir les caractéristiques d’une couche d’air atmosphérique ou pour évaluer les impressions de chaud et de froid ressenties par un observateur.

Les températures thermodynamiques

La « température sèche » est la température de l’air mesurée à l’aide d’un thermomètre protégé de l’humidité et des radiations. La « température du thermomètre mouillé » est obtenue en humidifiant un thermomètre pour qu’il soit refroidi par évaporation de l’eau appliquée. Ce processus est d’autant plus rapide que l’air environnant est sec, si bien que la différence avec la température sèche fournit une mesure du taux d’humidité. La température « du point de rosée » est celle à laquelle l’air ambiant doit être rapporté, à pression constante, pour que son humidité augmente jusqu’à la saturation et que des gouttelettes de rosée se forment.

Les températures ressenties

Notre sensation de la température, qui nous fait penser qu’un objet est plus chaud ou plus froid qu’un autre, demeure subjective. Il n’y a qu’à saisir par exemple un objet en bois et un objet en métal, tous deux à température ambiante, pour se rendre compte qu’ils fournissent une sensation bien différente. La main de l’homme n’est pas un bon thermomètre. En effet, ce n’est pas la température des objets que nous ressentons, mais le flux de chaleur que nous transmettons aux objets plus froids que nous, ou que nous recevons des objets plus chauds. Or ce flux peut être plus ou moins important selon la nature des matériaux (bois, métal, plastique…). Ainsi un métal froid sera-t-il ressenti plus froid qu’un morceau de bois à la même température, et à l’inverse, un métal chaud sera ressenti plus chaud.

Comme, à l’extérieur, la sensation de froid ou de chaud dépend en partie de la force du vent et du taux d’humidité, on parle parfois, de façon impropre, de températures ressenties. Parce que le vent augmente les trans[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « TEMPÉRATURE (météorologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/temperature-meteorologie/