TELUGU ou TELOUGOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des siècles d'adaptation

La littérature telugu débute au xie siècle avec Nannaya (env. 1030). L'épigraphie livre jusqu'au vie siècle des vocables isolés puis, aux ixe et xe siècles, des fragments en prose. L'inscription de Turimella (viie s.) cependant laisse entrevoir un style littéraire telugu, mais le prākrit puis le sanskrit ont gardé longtemps le monopole de l'expression écrite. Nannaya, patronné par le roi Chalukya Rājarāja Narendra (1022-1063), avec une version telugu de deux chants et demi du Mahābhārata sanskrit, inaugure, non sans originalité ni éclairs de poésie, une longue série d'œuvres épiques et purāṇiques imitées ou adaptées du sanskrit. Vers 1250, Tiḳkana en continue la traduction, avec plus de souplesse dans le maniement de la langue où le telugu a la meilleure part et plus de caractère et de vivacité dans les épisodes. Au pionnier Nannaya est prêté un traité grammatical en sanskrit, l'Āndhra śabda cintāmaṇi (en fait, il date environ du xviie siècle) ; Tiḳkana sert d'idéal à la première grammaire telugu par Kētana (xiiie s.), l'Āndhra bhāṣā bhūṣaṇamu. L'adaptation du Mahābhārata fut complétée au xive siècle par Errāpragada, auteur d'un Harivaṁsá et du Nṛsimha purāṇam qui confirme sa maîtrise dans le genre des prabandha. Ces trois poètes (kavitraya), répondent aux « trois gemmes » kannara (cf. langue et littérature kannara) et représentent la norme classique.

Dans le courant śivaïte, Nannicōḍa compose, vers 1130, un poème de plus de deux mille vers, oublié jusqu'en 1914, le Kumārasaṁbhava, d'un fort tempérament, dont la disgrâce imméritée s'explique par l'usage de formes et de constructions populaires, plus proches du tamoul ou du kannara que du sanskrit. Après lui, Pālakuriki Sōmanātha (1200-1240), ardent propagandiste vīraśaiva (il écrit aussi en sanskrit et en kannara), dans un style à la fois populaire et facile, dans le mètre indigène dvipāda, montre une grande habileté poétique sur des thèmes variés : son Basāva purāṇa étend jusqu'au Mysore le renom de l'auteur et le Panditārādhya caritram, de caractère encyclopédique, est un excellent miroir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  TELUGU ou TELOUGOU  » est également traité dans :

ĀNDHRA PRADESH

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

C'est au cœur de l'actuel Mahārāshtra, qui n'était certainement pas alors aussi aryanisé que maintenant, qu'apparaît, au ~ i er siècle, la dynastie des Sātakani, ou Shātavāhana (« fils du cheval » en mounda ?), ou Āndhrabhritya (« serviteurs des Āndhra »), ou simplement Āndhra, nom du peuple dravidien parlant telugu. Aussi bien, de leur capitale Pratisthana (moderne Paithan), sur la haute Godāvār […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. Des auteurs plus tardifs […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce dernier cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'empire de Vijayanagar, qui a grandi à l'extrême sud da […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « TELUGU ou TELOUGOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/telugu-telougou/