TÉLÉPHONIE MOBILE ET SANTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que peut nous dire la science épidémiologique ?

La science épidémiologique ne nous apporte, à dire vrai, que bien peu d'informations ; ou, plus précisément, des choses difficilement interprétables. Le principal travail en cours dans ce domaine est une étude internationale dénommée « Interphone ». Elle a été lancée en 2000 et elle est coordonnée par le Centre international de recherches sur le cancer (C.I.R.C.), basé à Lyon. En pratique, il s'agit d'identifier de manière rétrospective plusieurs milliers de cas de cancers (6 000 tumeurs cérébrales, 1 000 tumeurs du nerf acoustique et 600 tumeurs de la glande parotide). La méthode consiste ensuite à étudier des « cas-témoins », à chercher à évaluer l'existence du facteur de risque que pourrait constituer l'emploi plus ou moins intensif de téléphones mobiles. Ce travail soutenu notamment par la Commission européenne est mené dans treize pays. « N'a été étudié que le risque correspondant aux tumeurs des organes dont on peut penser qu'ils sont, a priori, les plus exposés aux radiations émises par ces appareils téléphoniques. Une période de deux ans et demi de recueil d'informations, d'entretiens et d'analyse des données avait été initialement prévue. Nous espérons aujourd'hui pouvoir fournir les premiers résultats à la fin de l'année 2003 ou au début de 2004 », expliquait en 2000 Élisabeth Cardis, coordonnatrice de cette étude.

Or, neuf ans après le lancement de l'étude, on ne dispose que de quelques informations parcellaires qui ne permettent nullement de conclure dans un sens ou dans un autre. Pour autant, après l'appel à la prudence lancé en 2008, Cardis expliquait qu'elle était pour l'essentiel en accord avec l'analyse des signataires. Elle ajoutait aussi que, en l'absence de résultats définitifs, le principe de précaution s'impose et qu'il faudrait notamment « restreindre l'utilisation des mobiles chez les plus jeunes ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, journaliste, chroniqueur médical sur le site d'information Slate.fr

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves NAU, « TÉLÉPHONIE MOBILE ET SANTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/telephonie-mobile-et-sante/