TÉLÉPHONIE MOBILE ET SANTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

2008 : l'alerte de certains scientifiques

Voila donc qu'émerge depuis peu, mais à très grand bruit, la problématique sanitaire des téléphones mobiles et des « antennes-relais », sans lesquelles ils ne pourraient être utilisés. À la différence des rayonnements nucléaires ou des dioxines des incinérateurs, la problématique des ondes émises par les téléphones mobiles provoque des prises de position d'une ampleur sans précédent. Nous en mesurons encore peut-être mal la portée et les conséquences possibles. Rappelons que ce mode de communication est désormais utilisé plusieurs fois par jour par plus de deux milliards de personnes sur notre planète. Et le nombre des utilisateurs ne cesse d’augmenter.

En juin 2008, en France, un appel solennel à la prudence est lancé par vingt personnalités scientifiques ou médicales ; cet appel, lancé par voie de presse (Le Journal du dimanche, 15 juin 2008), vient relancer une polémique récurrente quant aux précautions qui doivent ou non être prises vis-à-vis de l'utilisation des téléphones mobiles. « Les champs magnétiques émis par les téléphones mobiles doivent être pris en compte en matière de santé. Il est important de s'en protéger, font valoir les signataires de l'appel. Des mesures simples de précaution peuvent y aider. À ce jour, les études épidémiologiques existantes sont insuffisantes pour conclure de façon définitive que l'utilisation des téléphones mobiles est associée à un risque accru de tumeurs et autres problèmes de santé. »

Ces signataires ajoutent toutefois qu'il « existe un consensus scientifique » pour conclure que les études disponibles mettent en évidence plusieurs données. La première est que l'usage de téléphones mobiles peut être associé à une pénétration significative des champs électromagnétiques dans le corps humain, particulièrement au niveau du cerveau, et plus encore chez les enfants. Une autre donnée est que ces champs électromagnétiques peuvent avoir divers effets biologiques, et ce dans les bandes de fréquence des téléphones mobiles (de 800 à 2 200 mégahertz [MHz]) [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, journaliste, chroniqueur médical sur le site d'information Slate.fr

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Yves NAU, « TÉLÉPHONIE MOBILE ET SANTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/telephonie-mobile-et-sante/