TÉLÉOLOGIE

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'action morale »  : […] Aristote distingue entre la praxis , qui est l'action immanente n'ayant d'autre fin que le perfectionnement de l'agent, et la poièsis , c'est-à-dire, au sens le plus large, la production d'une œuvre extérieure à l'agent. Cette distinction apparemment claire fonde la distinction entre sciences pratiques ( éthique et politique ) et sciences poétiques (parmi lesquelles Aristote n'a, à vrai dire, étud […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la téléologie à la théologie morale »  : […] La critique du jugement esthétique ayant expliqué comment est possible une finalité formelle et subjective de la nature, c'est à son espèce matérielle et objective que s'attache alors la critique du jugement téléologique. Celui-ci se fondant sur la considération des choses qui ont leur fin dans leur existence même, la question est de savoir à quoi l'on reconnaît de telles choses. Il faut d'abord […] Lire la suite

RAISON (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 943 mots

Dans le chapitre « Les limites de la raison »  : […] Disciple de Galilée, Descartes (1596-1650) comprit mieux que son guide la puissance contenue dans la connaissance rationnelle de la nature. Grâce à la science, nous pourrons « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature », écrit-il dans la sixième partie du Discours de la méthode (1637). Un autre complément apporté par Descartes consiste à prendre au pied de la lettre la formule gali […] Lire la suite

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] En simplifiant, suivant les procédés aristotéliciens de libre interprétation des textes, le matérialisme a surgi du premier coup, avec tous ses traits caractéristiques, chez les penseurs grecs d'avant Socrate. Considérant les choses sensibles, ils en cherchent le principe abstrait, et, afin d'expliquer comment ce principe unique engendre la diversité visible, ils postulent des transformations. P […] Lire la suite

SENS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 150 mots

Dans le chapitre « Comment rendre compte du vivant ? »  : […] II nous faut revenir en arrière pour préciser les étapes qui ont conduit au nihilisme. Au xvii e  siècle, René Descartes (1596-1650), ouvrant la voie aux sciences modernes, conçoit le corps comme une machine . De même que l’astronomie n’a plus besoin de prêter la moindre intention à la Lune pour expliquer qu’elle nous éclaire la nuit, de même on peut rendre compte des actions d’un corps vivant s […] Lire la suite

VIVANT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 944 mots

Dans le chapitre « Réaffirmer la finalité du vivant »  : […] Dès le xviii e  siècle, des arguments majeurs sont opposés au strict mécanisme cartésien. Réfutant Descartes, Emmanuel Kant (1724-1804) refuse que le corps vivant soit comparé à une horloge. Sans doute seule la logique mécaniste garantit-elle une connaissance objective des êtres vivants. Mais il n’en demeure pas moins qu’un corps vivant est doté de capacités dont le mécanisme ne peut rendre comp […] Lire la suite