YARMOUTH TEL, Israël

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Yarmouth après le Bronze ancien

Abandonnée pacifiquement à la fin du Bronze ancien III, vers 2350, Yarmouth n'a été réoccupée qu'à partir du Bronze récent II, vers le xive siècle. L'établissement est dès lors resté confiné dans les limites étroites de l'acropole, sur une superficie huit à dix fois moindre qu'au Bronze ancien, et il n'a plus jamais connu de prospérité comparable à celle du IIIe millénaire.

Un sondage stratigraphique a établi la séquence des occupations dans cette partie du site où les couches archéologiques forment une accumulation de près de sept mètres au-dessus du rocher. Quatre niveaux (Acr-6 à 3) illustrent la succession du Bronze récent II (env. 1400-1250) et de l'Âge du Fer I (env. 1250-1000). À cette époque, Yarmouth n'était plus guère qu'un village, mais elle entretenait des relations avec les sites côtiers qui lui transmettaient des poteries importées de Méditerranée orientale.

Tel Yarmouth, Israël. Poteries caractéristiques du premier Âge du fer

Photographie : Tel Yarmouth, Israël. Poteries caractéristiques du premier Âge du fer

Photographie

Ensemble de poteries caractéristiques du premier Âge du fer, vers 1100 avant J.-C. 

Crédits : P. de Miroschedji, Mission archéologique de Tel Yarmouth, Israël

Afficher

Signalons aussi pour cette époque une découverte fortuite d'un intérêt considérable faite dans la ville basse, où une cachette d'objets en bronze a été mise au jour au-dessus des ruines du Palais B. Elle renfermait un fragment d'une grande plaque de bronze portant une inscription royale égyptienne ainsi qu'un assortiment d'objets égyptiens en bronze (une houe, un élément de meuble, des feuilles de revêtement d'un char [ ?], un fragment de vase). Ces objets datent de la XIXe dynastie (xiiie siècle). Ils ont probablement été trouvés ensemble dans l'Antiquité, soit sur l'acropole de Yarmouth, soit dans un établissement des environs, puis transportés sur place et finalement enfouis (vers l'époque byzantine ?) par un colporteur ou par un habitant de Yarmouth qui se proposait de céder ou de refondre les objets.

Les niveaux supérieurs (époques du Fer II, Perse, Hellénistique, Romaine et Byzantine) ont beaucoup souffert de l'érosion et du creusement de murs de terrasses successifs. Au niveau Acr-2, une maison romaine et une citerne souterraine taillée dans le rocher ont été dégagées sur la terrasse inférieure. Les prospections sur l'acropole ont révélé d'autres citernes soute [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Tel Yarmouth, Israël. Carte de situation

Tel Yarmouth, Israël. Carte de situation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tel Yarmouth, Israël. Plan topographique

Tel Yarmouth, Israël. Plan topographique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tel Yarmouth, Israël. La porte de la ville (chantier E) et les fortifications, vers l'est

Tel Yarmouth, Israël. La porte de la ville (chantier E) et les fortifications, vers l'est
Crédits : P. de Miroschedji, Mission archéologique de Tel Yarmouth, Israël

photographie

Tel Yarmouth, Israël. Vue aérienne du Palais B1 et des chantiers adjacents

Tel Yarmouth, Israël. Vue aérienne du Palais B1 et des chantiers adjacents
Crédits : P. de Miroschedji, Mission archéologique de Tel Yarmouth, Israël

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Centre de recherche français de Jérusalem

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre de MIROSCHEDJI, « YARMOUTH TEL, Israël », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tel-yarmouth-israel/