TCHIANG KAI-CHEK ou JIANG JIESHI [TSIANG KIA-CHE] (1887-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les débuts d'un révolutionnaire

Tchiang Kai-chek, de son nom officiel Chiang Chung-cheng, naît le 31 octobre 1887 dans une famille de commerçants et de paysans assez aisée de Fenghua, dans la province côtière du Zhejiang. Se destinant à la carrière des armes, il entre en 1906 à l'Académie militaire de Baoding, dans le Hebei, puis se forme à l'Académie militaire de Tōkyō de 1907 à 1911. À partir de 1909, il sert ainsi dans l'armée japonaise, dont il admire et adopte les idéaux spartiates. Il subit cependant davantage l'influence des jeunes compatriotes du Tongmenghui (Parti de la Ligne jurée) qu'il rencontre à Tōkyō. Projetant de débarrasser la Chine de la dynastie mandchoue des Qing, ces derniers convertissent Tchiang Kai-chek aux valeurs républicaines et font de lui un révolutionnaire.

Ayant eu vent des insurrections révolutionnaires qui éclatent dans son pays natal, Tchiang Kai-chek regagne la Chine en 1911 et prend part aux combats sporadiques qui finiront par chasser les Qing. Il s'engage alors aux côtés des républicains et autres révolutionnaires chinois qui, de 1913 à 1916, tentent de renverser le nouveau président et empereur en puissance, Yuan Shikai.

Puis, pendant deux ans (1916-1917), Tchiang Kai-chek réside à Shanghai, où il semble faire partie de la Bande verte (Qingbang), une société secrète impliquée dans des manœuvres financières. En 1918, il fait son retour dans la vie publique au côté de Sun Yat-sen, le chef du Parti nationaliste, ou Guomindang (G.M.D.). Ainsi commence une association étroite entre les deux hommes qui permet à Tchiang Kai-chek d'exercer un pouvoir grandissant. Sun est avant tout soucieux de réunifier la Chine, divisée entre des potentats en guerre depuis la chute de Yuan Shikai. Après avoir arraché le pouvoir aux Qing, les révolutionnaires l'ont en effet perdu au profit des seigneurs de la guerre chinois. À moins de vaincre ces derniers, leur lutte se sera avérée inutile.

Sun Yat-sen s'attelle alors à réorganiser le Guomindang selon les lignes soviétiques. Tchiang Kai-chek se rend en U.R.S.S. dès 1923 pour étudier les institutions de ce pays, en particulier l'Armée rouge. De retour en Chine quatre mois plus tard, il devient le directeur d'une nouvelle académie militaire fondée sur le modèle soviétique, à Huangpu (Whampoa), près de Canton. Les conseillers soviétiques affluent à Canton et les communistes chinois sont pour la première fois admis au sein du Guomindang. La force de ces derniers s'affirme rapidement, surtout après la mort de Sun Yat-sen en 1925, et des tensions apparaissent avec les éléments plus conservateurs du parti. Tchiang Kai-chek, qui, avec le soutien de l'armée de Huangpu, est le plus puissant héritier de Sun Yat-sen, gère cette menace avec une grande habileté. Faisant tour à tour preuve de fermeté et d'indulgence, il tente de saper l'influence grandissante des communistes sans perdre le soutien de l'U.R.S.S. Moscou lui retire cependant sa confiance en 1927, après qu'il eut brutalement rompu avec les communistes, chassant ces derniers du Guomindang et supprimant les syndicats qu'ils avaient créés.

Tchiang Kai-chek dans les rues de Canton

Photographie : Tchiang Kai-chek dans les rues de Canton

Un détachement de cavalerie, sous le commandement de Tchiang Kai-chek, dans les rues de Guangzhou (Canton), en 1925. 

Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Tchiang Kai-chek dans les rues de Canton

Tchiang Kai-chek dans les rues de Canton
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Tchang Kai-chek en 1939

Tchang Kai-chek en 1939
Crédits : Hulton Getty

photographie

Taïwan et Tchiang Kai-chek

Taïwan et Tchiang Kai-chek
Crédits : Fernand Gigon/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tchiang kai-chek en 1960

Tchiang kai-chek en 1960
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Classification

Autres références

«  TCHIANG KAI-CHEK ou JIANG JIESHI [ TSIANG KIA-CHE ] (1887-1975)  » est également traité dans :

BLÜCHER VASSILI KONSTANTINOVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 786 mots

Issu d'un milieu de paysans, Blücher, qui exerce de multiples petits métiers, est emprisonné de 1910 à 1913, vraisemblablement pour incitation à la grève. La Grande Guerre en fait un officier mobilisé dans l'armée du front sud-ouest. Hospitalisé entre 1915 et 1916, il reprend bientôt du service comme volontaire et commande un détachement de gardes rouges dans la région de l'Oural. Faisant preuve d […] Lire la suite

CHIANG CHING-KUO (1909-1988)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 492 mots
  •  • 1 média

Fils de Chiang Kai-chek (Tchiang Kai-chek) qui l'envoie, adolescent, suivre les cours de l'université Sun Yat-sen à Moscou, Chiang Ching-kuo (Jiang Jingguo) ne regagne la Chine qu'en 1937, soit dix ans après la rupture intervenue entre son père et Moscou. En Union soviétique, le jeune Chiang est entré au Parti communiste, a travaillé comme cadre administratif dans une usine de l'Oural et s'est mar […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Tchiang Kai-chek et l'expédition du Nord »  : […] En juillet 1926 s'ébranlent les armées de Canton, dirigées par le général Tchiang Kai-chek ( Jiang Jieshi), beau-frère de Sun Yat-sen. Cette « expédition du Nord » est un plein succès sur le plan militaire . Tout le bassin du Yangzi, de Wuhan à Shanghai, est reconquis en quelques mois, en particulier grâce à l'action des organisations ouvrières et paysannes dirigées par les communistes : c'est une […] Lire la suite

CHINE AU XXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 389 mots

1912 Proclamation, le 1 er  janvier à Nankin, de la République chinoise par Sun Yat-sen. Abdication du dernier empereur, Puyi, sous la pression du général Yuan Shikai (12 février). Création du Guomindang (août) qui prend la succession de la Ligue jurée de Sun Yat-sen. 4 mai 1919 Manifestation étudiante à Pékin contre le traité de Versailles et l'influence japonaise en Chine. 1 er  juillet 1921 […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 598 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « L'offensive américaine dans le Pacifique »  : […] Dans le Pacifique, les Américains lancent deux offensives qui vont au but, par approches successives, en négligeant et en isolant les points d'appui japonais secondaires. C'est la tactique dite du « saut de mouton ». À travers le Pacifique, au plus court, d'atoll en atoll, l'amiral Nimitz mène une guerre aéronavale droit vers l'archipel japonais. Il déploie des escadres autonomes, l'équivalent de […] Lire la suite

HUANGPU ACADÉMIE MILITAIRE DE

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 056 mots

C'est en mai 1924 que le Guomindang de Sun Yat-sen et l'embryonnaire Parti communiste chinois conviennent d'établir près de Canton, sur une île de la rivière des Perles, et avec le concours de l'Union soviétique, la future école des cadres politiques et militaires de la Chine contemporaine, la fameuse Académie militaire de Huangpu (Whampoa). Dès 1923, la majorité des leaders du Parti communiste et […] Lire la suite

LIN BIAO [LIN PIAO] (1907-1971)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 069 mots

Né au Hubei dans un milieu de petits propriétaires terriens, Lin Biao s'intéresse très tôt aux mouvements radicaux de l'intelligentsia. Au sortir de l'école secondaire, il devient membre de la Ligue de la jeunesse socialiste puis entre, en 1925, à l'Académie militaire de Whampoa, où ses qualités attirent l'attention de ses instructeurs, parmi lesquels Tchiang Kai-chek, le général Blücher, le princ […] Lire la suite

MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 7 611 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La rupture avec l'horizon urbain (1928-1935) »  : […] Son univers politique s'est effondré : loin de se modeler sur les cadres politiques existants, l'activisme de masse doit forger les siens. L'inébranlable fidélité de Mao au P.C.C. passe désormais par cette condition : il devient un « hérétique en acte » (B. Schwartz), pour lequel la révolution doit changer de cadrage. L'horizon national est bouché par le G.M.D. ; limité par l'enclavement des dynam […] Lire la suite

QUEMOY ET MATSU

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 972 mots
  •  • 1 média

Dans la série de petites îles côtières situées à proximité du continent chinois, mais contrôlées par Taïwan située à environ 200 kilomètres, Quemoy et Matsu sont les deux principales. Revendiquées par la Chine communiste et par la Chine nationaliste, elles ont, depuis 1949, servi de symbole à l'affrontement entre les deux régimes. Quemoy, située dans la baie d'Amoy, dont elle contrôle le trafic, n […] Lire la suite

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 909 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le statut international »  : […] Décidée à l'occasion des conférences internationales du Caire (1943) et de Potsdam (1945), la restitution de Taïwan à la Chine devint effective en août 1945, immédiatement après la capitulation japonaise. Les forces aéronavales américaines permirent aux troupes du Kuomintang de débarquer immédiatement dans l'île, d'obtenir la reddition de la garnison japonaise et de réoccuper Taïwan. Mais le pouv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 septembre - 9 octobre 1981 Chine – Taïwan. Offensive diplomatique de Pékin en direction de Taïwan

Le 9 octobre, jour du 70e anniversaire de la première révolution chinoise en 1911, le président du Parti communiste chinois, Hu Taobang, s'adresse publiquement à Jiang Jingguo, fils de Jiang Jieshi (Tchiang Kaïchek). Il lui propose que la dépouille de ce dernier soit ramenée dans le caveau familial à Fenghua, en Chine continentale, et l'invite à Pékin ainsi que Song Meiling, la veuve de Tchiang Kaï-chek. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« TCHIANG KAI-CHEK ou JIANG JIESHI [TSIANG KIA-CHE] (1887-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tchiang-jiang/