TAYLOR PAUL BELVILLE dit PAUL (1930-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un chorégraphe précurseur et voyageur

La carrière chorégraphique de Taylor débute dès 1953 avec Hobo Ballet. Viennent ensuite Jack and the Beanstalk (1954) et Three Epitaphs (1956). En 1959, il participe à la création d'Episodes, ballet réalisé par Martha Graham et George Balanchine. Ces premières œuvres laissent apparaître un humour caustique. Taylor s'inspire également de sa collaboration avec le peintre Rauschenberg, dont il est très proche, pour appliquer à ses premières pièces une certaine abstraction qui se manifeste par une épuration du psychologique et une libération des conventions dramatiques. Son style est à cette époque plutôt formaliste. Parfois, cet aspect épuré à l'extrême suscite des polémiques comme avec Duet (musique de John Cage), en 1957, pièce dans laquelle les danseurs se meuvent à peine.

En 1962, il crée Aureole (musique de Haendel), qui s'inspire davantage de la technique classique et pure de Balanchine, à la fois lyrique et abstraite. Avec ce ballet plus conformiste, il obtient un franc succès qui le conduit à recevoir le prix de la critique comme meilleur chorégraphe. Il oscille entre le style ironique de ses premières années et le lyrisme plus classique inauguré avec Aureole. Son écriture chorégraphique, quoique fluide dans ses pièces au versant classique, est très complexe et riche. Ce va-et-vient entre les pôles traditionnel et subversif reflète, respectivement, l'influence néoclassique de George Balanchine et celle, moderne, de Martha Graham. Ainsi Duet et Airs (1978) sont des œuvres poétiques, mais The Book of Beasts (1971) et Noah's Minstrels (1973) sont drôles et acerbes à la fois. Une atmosphère inquiétante se dégage de Big Bertha en 1970 (musique du Saint Louis Melody Museum) et son Sacre du printemps (The Rehearsal) créé en 1980 traite la musique de Stravinski sans la moindre révérence.

Paul Taylor est un chorégraphe itinérant. À partir de 1962, il est régulièrement invité dans le monde entier, comme au f [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Bérengère ALFORT, Agnès IZRINE, « TAYLOR PAUL BELVILLE dit PAUL - (1930-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taylor-paul-belville-dit-paul/