TAXILA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les monastères

Les monastères et les stūpa bouddhiques de Taxila témoignent de la vocation religieuse de la cité. Le plus ancien, le dharmarājika stūpa a peut-être été élevé par le roi Aśoka lui-même, sur les cendres véritables du Buddha historique. Tel qu'on le voit aujourd'hui, reconstruit quatre fois jusqu'au vie siècle après J.-C., il présente pourtant les formes des très anciens stūpa de Sāñcī : dôme très plat, soubassement peu élevé, atteint par quatre volées de marches et qui supporte le couloir de circumambulation. Il est entouré d'une multitude de chapelles pour les images (certaines sont absidales), de stūpa votifs et de monastères. Que ceux-ci se trouvent près du Dharmarājika, dans l'intérieur des murs de Sirkap (Kunala) ou dans les vallées retirées de la colline Hathial, ils présentent toujours un plan semblable et répondent aux mêmes besoins des moines : une cour publique pour le stūpa principal, les stūpa votifs et les chapelles contenant les images ; séparées mais très voisines, une ou plusieurs cours privées bordées de cellules d'habitation pour les moines, avec puits et piscine, cuisine, salles de réunions et bibliothèque. Ces monastères, de dimensions souvent réduites, se trouvent à Jauliān et à Mohra Moradu, à Kalawan et à Giri, à Pipala et à Bhamalā et dans bien d'autres endroits (Hiuan Tsang, au viie s. apr. J.-C., parle de 1 000 ou 1 500 monastères dans la région). Ils sont couverts d'un décor de schiste ou de stuc, et les images qui représentent le personnage du Buddha y sont des témoins précieux de l'art du nord-ouest de l'Inde, dit art du Gandhāra. Certaines de ces statues, malgré leur fragilité, sont encore en place, en particulier à Jauliān ; les artistes ont su tout à la fois garder l'esprit profondément religieux des représentations du Buddha et exprimer le charme quotidien des petits personnages qui illustrent certains épisodes de la légende bouddhique. Certaines figures étant des portraits, il est possible d'identifier les différentes ethnies qui se croisaient sur la route des caravanes.

Taxila a livré un ensemble irremplaçable d'objet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAXILA  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La « conquête de l'Inde » »  : […] L'été et l'automne 327 furent occupés à rassembler, au sud de l'Hindou-Kouch, une armée cosmopolite de 120 000 hommes, dont de nombreux marins venus d'Égypte et de Phénicie. Alexandre s'apprêtait en effet à « conquérir l'Inde », et cette expédition constitue encore un mystère. On en voit plusieurs raisons. Il est clair tout d'abord qu'Alexandre devait répondre à l'appel du prince de Taxila, menac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-le-grand/#i_28375

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 234 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'urbanisme traditionnel »  : […] Le seul site maurya largement dégagé est Taxila (Bhir Mound), près de Rawalpindi, dans l'actuel Pakistan. C'était une ville ancienne, métropole du Nord-Ouest, siège d'un vice-roi. Son aspect ne change pas sous les Maurya : petites maisons mal bâties de cailloux et de boue ; rues étroites, sinueuses et mal pavées ; pas d'édifice public marquant, sauf, peut-être, une structure absidale au centre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/#i_28375

Voir aussi

Pour citer l’article

Francine TISSOT, « TAXILA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxila/