TAXILA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les villes de Taxila

Bhir Mound

Sur la rive gauche du Tamra nala, Bhir Mound est la grosse bourgade assez fruste dont l'aspect sale et désordonné choqua Alexandre ! Elle est construite en pierre mais l'appareillage en est grossier. Les toits de chaume reposent sur des colonnes de bois dont la base en pierre s'enfonce dans le sol des petites cours intérieures. Les puits et le dispositif d'évacuation des eaux sont encore rudimentaires. Les habitants ont perdu depuis longtemps les traditions architecturales des civilisations harappéennes, mais ils témoignent d'un certain sens de la polychromie : les murs des maisons, recouverts de stuc ou de terre battue, sont peints de vives couleurs.

Sirkap

Abandonnant le site primitif, selon la coutume ancienne, les Gréco-Bactriens, au iie siècle avant J.-C., franchissent la rivière et établissent la nouvelle cité au pied et au flanc de la colline Hathial. Cette dernière se trouve en partie enfermée dans des gros murs de pierre à l'appareil plus soigné, renforcés de bastions carrés ou polygonaux. Les Parthes, au ier siècle après J.-C., élargiront la cité vers la colline, et, étalée dans la plaine au pied d'une acropole fortifiée, elle présentera alors le plan géométrique des villes hellénistiques. Les rues sont larges et bordées de boutiques. Les maisons spacieuses possèdent un certain confort. Des temples et des stūpa s'élèvent dans la ville. Tel le grand temple absidal sur le modèle des caitya rupestres indiens, ou le stūpa dit « de l'aigle à deux têtes », au décor syncrétiste. Ailleurs on distingue, dans les ruines arasées, un palais aux pièces plus vastes qui rappelle les dispositions des palais iraniens, et sur la colline, derrière la citadelle, on imagine les vestiges du palais où, selon la légende, Gondopharès reçut Thomas l'Incrédule.

Aux portes de Taxila, dominant la route des caravanes, un temple insolite se dresse à Jandial : le plan de ce temple est grec, et son portail est orné de quatre colonnes aux chapiteaux ioniques ; on l'attribue à un culte étranger, peut-être au culte du feu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAXILA  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La « conquête de l'Inde » »  : […] L'été et l'automne 327 furent occupés à rassembler, au sud de l'Hindou-Kouch, une armée cosmopolite de 120 000 hommes, dont de nombreux marins venus d'Égypte et de Phénicie. Alexandre s'apprêtait en effet à « conquérir l'Inde », et cette expédition constitue encore un mystère. On en voit plusieurs raisons. Il est clair tout d'abord qu'Alexandre devait répondre à l'appel du prince de Taxila, menac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-le-grand/#i_28375

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 234 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'urbanisme traditionnel »  : […] Le seul site maurya largement dégagé est Taxila (Bhir Mound), près de Rawalpindi, dans l'actuel Pakistan. C'était une ville ancienne, métropole du Nord-Ouest, siège d'un vice-roi. Son aspect ne change pas sous les Maurya : petites maisons mal bâties de cailloux et de boue ; rues étroites, sinueuses et mal pavées ; pas d'édifice public marquant, sauf, peut-être, une structure absidale au centre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/#i_28375

Voir aussi

Pour citer l’article

Francine TISSOT, « TAXILA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxila/