TAXILA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les occupants de Taxila

En 326 avant J.-C., Alexandre le Grand se prit d'amitié pour le roi de Taxila, Ambhi ou Taxile, qui l'aida à battre son ennemi et voisin, Pôros, roi des Paurava. Les écrivains au service d'Alexandre décrivent la région de Taxila comme une petite Grèce, et cette impression demeure, de nos jours, quand on parcourt cette douce campagne du Pendjab. Un roi de la dynastie indienne des Maurya, Aśoka, est, dans sa jeunesse, gouverneur de la ville. Plus tard, après sa conversion au bouddhisme, il y fait élever un très grand stūpa et un pilier commémoratif. L'administration des Maurya est favorable à la cité qui devient avec Pātaliputrā, dans la vallée du Gange, une des capitales de l'Empire. Les Maurya chassent le Séleucide Séleucus Nicator ; ils sont chassés à leur tour par une dynastie gréco-bactrienne dont les rois sont connus par leurs monnaies : Démétrios, Eucratides, Ménandre et Antiacildas, entre autres. Puis des nomades du Nord, les Sakas, d'origine scythe, se mêlent à d'autres envahisseurs iraniens : les Parthes. Un roi parthe, Gondopharès, reçoit, dit-on, un architecte qui n'est autre qu'un disciple du Christ : saint Thomas. Il reçoit aussi un voyageur, Appolonius de Tyane, qui décrit les merveilles de la nouvelle ville de Sirkap, les palais, les temples et l'afflux des marchands et des caravaniers qui se croisent ici, les uns venant de l'Inde, les autres de la Chine ou des lointains pays occidentaux. Taxila est aussi une ville universitaire réputée où les bouddhistes de toutes sectes rencontrent les adeptes des autres religions, voyageurs aussi sur la route de l'Orient. Au iie siècle de notre ère, d'autres barbares s'installent à Taxila et reconstruisent une nouvelle ville : ce sont les Kuṣāṇa, suivis par les Sassanides, les Kidarites et les Hephtalites. Ces derniers, qui ont très mauvaise réputation, détruisent le pays, et la poussière des siècles recouvre les ruines de Tax [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAXILA  » est également traité dans :

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La « conquête de l'Inde » »  : […] L'été et l'automne 327 furent occupés à rassembler, au sud de l'Hindou-Kouch, une armée cosmopolite de 120 000 hommes, dont de nombreux marins venus d'Égypte et de Phénicie. Alexandre s'apprêtait en effet à « conquérir l'Inde », et cette expédition constitue encore un mystère. On en voit plusieurs raisons. Il est clair tout d'abord qu'Alexandre devait répondre à l'appel du prince de Taxila, menac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-le-grand/#i_28375

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 234 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'urbanisme traditionnel »  : […] Le seul site maurya largement dégagé est Taxila (Bhir Mound), près de Rawalpindi, dans l'actuel Pakistan. C'était une ville ancienne, métropole du Nord-Ouest, siège d'un vice-roi. Son aspect ne change pas sous les Maurya : petites maisons mal bâties de cailloux et de boue ; rues étroites, sinueuses et mal pavées ; pas d'édifice public marquant, sauf, peut-être, une structure absidale au centre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/#i_28375

Voir aussi

Pour citer l’article

Francine TISSOT, « TAXILA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxila/