TAXIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dimension écologique

Dans la plupart des expériences anciennes, les réactions d'orientation ont été analysées au laboratoire en faisant intervenir une seule des variables écologiques habituelles. Cependant, comme Precht l'a souligné en 1942, ces divers stimuli ne peuvent être comparés : dans le cas d'un faisceau lumineux de rayons parallèles, ou dans celui d'un courant électrique, le stimulus est purement directionnel et on ne peut relever de variation importante d'intensité dans la plage où évolue l'animal ; par contre, avec un stimulus chimique intervenant dans un milieu tridimensionnel (air, eau), il n'existe pas de direction privilégiée dans l'espace et la propagation du stimulus se fait par diffusion de proche en proche, ce qui implique variation de concentration en fonction de la distance, autrement dit gradient ; enfin, dans beaucoup d'autres cas, direction et gradient se combinent : ainsi pour un faisceau de rayons lumineux divergent ou convergent, une source de rayons infrarouges.

Larves photonégatives de Calotermes flavicollis

Dessin : Larves photonégatives de Calotermes flavicollis

Dessin

Traces de larves photonégatives de Calotermes flavicollis (6e stade) dans des faisceaux lumineux à rayons convergents et d'intensité croissante de droit à gauche. Placées à droite, les larves progressent vers la gauche : l'influence de la direction des rayons lumineux prime ici le gradient... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il est évident que les moyens utilisés par l'animal pour se diriger sur ces divers stimuli sont différents comme peuvent être différentes les significations des milieux dans lesquels ils se manifestent. Mais il faut également souligner que, dans la nature, aucun stimulus ne peut être comparé à ceux du laboratoire. F. J. Verheijen (1958) est sans doute le premier à avoir souligné avec force que certains critères directionnels de l'environnement naturel sont d'une importance fondamentale. Lorsqu'on mesure la quantité de lumière reçue par un animal en provenance des diverses directions de l'espace, on s'aperçoit qu'on peut enfermer cet animal dans une surface tridimensionnelle complexe enveloppant les extrémités libres des « vecteurs d'éclairement » (droites représentatives des intensités dans les diverses directions et dont l'origine se situe sur l'animal). Cette surface nommée illumination potato par Verheijen est le seul moyen de caractériser objectivement l'environnement par la répartition angulaire de la lumière (angular light distribution, A.L.D.). Ce sont en définitive la n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Paul Bert

Paul Bert
Crédits : Hulton Getty

photographie

Larves photonégatives de Calotermes flavicollis

Larves photonégatives de Calotermes flavicollis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Imagos de Calotermes : influence des rayons lumineux

Imagos de Calotermes : influence des rayons lumineux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Calendra granaria : comportement phototaxique

Calendra granaria : comportement phototaxique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAXIES  » est également traité dans :

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Comportements taxiques »  : […] Dans les actions segmentaires qui permettent à l'animal de s'orienter dans une direction particulière, l'intervention de la locomotion est nulle. Cependant, l'orientation prise peut intéresser l'ensemble de l'organisme, en particulier lorsque l'animal exécute des mouvements de correction pour amener la ligne de regard dans la direction du stimulus avec une précision accrue. Dans les comportements […] Lire la suite

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Peut-on distinguer l'inné de l'acquis ? »  : […] Dans ce qui précède, on a opposé variation héréditaire, pour une large part génétique, et variation non héréditaire, d'origine environnementale. On ne peut manquer d'évoquer à ce propos la vieille opposition entre inné et acquis. De quoi s'agit-il exactement ? Étymologiquement, un caractère inné est présent à la naissance de l'individu, tout autre caractère étant, par élimination, acquis. Si l'on […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gaston RICHARD, « TAXIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/taxies/